Dernière minute ...
Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social Le Roi Mohammed VI a décidé mercerdi 1er août 2018 de mettre fin aux fonctions de Mohamed Boussaid, en tant que ministre de l'Economie et des finances La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre Environ 440.000 candidats, dont 48% de filles, passent le Bac au titre de la session de juin 2018, une hausse de 9,68% par rapport à 2017 L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Confus de Canard
Le tourisme national victime des élus
Depuis le 30 juin dernier, l’ONMT a un nouveau directeur général, Adil El Fakir, un homme qui nous vient du monde de la publicité, nommé en replacement de l’excellent Abderrafie Zoui- ten. Le nouveau responsable a besoin donc de temps pour comprendre ce qu’est le tourisme, son économie interne, ses enjeux mais aussi les divisions qui le minent en interne. En attendant, le secteur poursuit sa marche cahin-caha, montrant une certaine...
Lire la suite
Le broyeur de la vie chère
Le broyeur de la benne à ordures, qui a écrasé scandaleusement le marchand de poisson d’El hoceïma, symbolise ce qu’est devenue depuis plusieurs années la vie du Marocain lambda. Celle-ci passe tous les jours à la moulinette, essentiellement de la vie chère. L’enfer des prix qui grimpent au-delà du supportable et du raisonnable, sans tenir nullement compte de la faiblesse d’achat du grand nombre, est une réalité que rien a priori ne justifie dans un...
Lire la suite
La COP 22, une simple parenthèse ?
Marrakech de la COP 22 n’a rien à voir avec celle d’avant la COP 22. La métamorphose est remarquable. En plus de s’être parée de ses plus beaux atours, la cité ocre a mis les bouchées doubles pour investir exceptionnellement dans ce qui rend une ville agréable à vivre pour ses habitants et ses hôtes. Transport public estampillé écologique, dispositif de propreté top niveau, réfection de la voirie, mise en place de latrines publiques et...
Lire la suite
Benkirane et les 40 valeurs
Qu’il est magnifique le plus beau pays du monde ! Alors que les résultats des élections législatives ont été proclamés le 8 octobre, le Maroc n’a toujours pas de gouvernement. Le sortant n’étant pas encore sorti, une partie des ministres est partie signer des conventions dans le cadre de la visite royale au Rwanda tandis qu’au même moment 12 autres ont été virés pour incompatibilité de leur fonction ministérielle avec leurs mandats...
Lire la suite

Le bal des farces d'appoint
Le chef du gouvernement (sortant) et son parti agissent et se comportent comme un parti unique, méprisent aussi bien leurs alliés que leurs adversaires politiques (…) ; ils jouent sur la corde sensible de la religion pour tromper les Marocains, divisent la société entre vertueux et non vertueux… " Les membres du Bureau politique du RNI, réunis en catastrophe pour tirer les leçons des résultats catastrophiques du parti lors scrutin législatif du 7 octobre, ont...
Lire la suite
Le PJD, une urne dans la tête
Il voulait un second mandat, il l’a obtenu avec un score au-delà de ses espérances. Le petit peuple des votants a exaucé son vœu le plus pieux. S’il arrive à former sa majorité, Abdelilah Benkirane doit s’atteler à la tâche et répondre aux immenses attentes de la population. Le premier mandat ayant permis aux islamistes de connaître les dossiers et les rouages de l’Etat, le second est censé être celui de l’action et non de...
Lire la suite
Le Pjdexit en marche ?
Comme dans toute consultation électorale, la grande inconnue demeure le taux de participation. C’est à l’aune de ce dernier, principal enjeu du scrutin législatif du 7 octobre, qu’est jugé l’état d’esprit des citoyens-électeurs et que l’on mesure à la fois la capacité de mobilisation des partis et l’ampleur de la désaffection à l’égard de la chose politique. Or, la campagne électorale pour ces législatives...
Lire la suite
La croissance du populisme
On connaît désormais les recettes magiques du PJD en matière de gouvernance. Beaucoup de promesses très peu réalistes aux électeurs et à l’arrivée un bilan très en deçà des engagements consignés dans son programme électoral. Les cinq ans passés au pouvoir, qu’ils doivent au Printemps arabe, ont montré aux plus avisés que les islamistes se sont surtout employés à faire vibrer la corde sensible des Marocains...
Lire la suite
Salafisme institutionnalisé
S’il est un thème sur lequel les candidats doivent faire campagne c’est bien le fanatisme religieux. Ce fléau, qui menace la cohésion sociale et la stabilité du pays, repré- sente l’ennemi que tous les partis se réclamant des valeurs démocratiques et d’ouverture doivent combattre comme un seul homme. Car le principal enjeu électoral dans un contexte de montée inquiétante des extrémismes et de démantèlement à tour de bras...
Lire la suite
Precédent 2- 3- 4- 5- 6- 7- 8- 9- 10- 11- Suivant