Dernière minute ...
Le Conseil des ministres approuve le projet de loi sur le service militaire Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social Le Roi Mohammed VI a décidé mercerdi 1er août 2018 de mettre fin aux fonctions de Mohamed Boussaid, en tant que ministre de l'Economie et des finances La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre Environ 440.000 candidats, dont 48% de filles, passent le Bac au titre de la session de juin 2018, une hausse de 9,68% par rapport à 2017 L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le Maigret du Canard
Hassan Bouhemou : pourquoi il a rendu son tablier ?
Hassan Bouhemou.
Hassan Bouhemou n’a été ni poussé vers la sortie ni sanctionné pour une quelconque erreur. L’homme veut tout simplement changer d’air, ce qui est légitime. Récit d’un parcours sans-faute.
 
 
C'est naturellement que l’annonce de son départ a fait l’effet d’une secousse tellurique dans le landernau économique. Au point que certains ne voulaient pas croire à la version de la démission de Hassan Bouhemou, s’échinant à soupçonner une disgrâce pour faute grave là où il n’ y a en vérité que la volonté de l’intéressé d’être libéré après treize ans de bons et loyaux services au sein de la Société Nationale d’Investissement (SNI) dont cinq en tant que président. Le souhait de partir, M. Bouhemou l’a formulé il y a plus d’un an, selon un proche, mais il fallait attendre que l’accord soit donné pour que la décision soit officiellement entérinée. Ce qui fut fait lors du conseil d'administration du mardi 30 septembre réuni en session ordinaire qui a désigné comme successeur Hassan Ouriagli, un cadre maison, qui présidait jusque là aux destinées d’Optorg. Le changement dans la continuité. Hassan Bouhemou n’a été ni poussé vers la sortie ni sanctionné pour une quelconque défaillance. L’homme veut tout simplement changer d’air, ce qui est légitime. Après plus d’une décennie au service du premier groupe du royaume, il aspire au changement. Mais c'est avec le sentiment du devoir accompli, qu'il rend son tablier laissant derrière lui un holding structuré et solide. N’est-il pas l’artisan de la plus grande opération de l’histoire économique du pays: la fusion ONA-SNI suivie du retrait de la cote des deux titres, prélude à un désengagement du groupe de ses filiale agro-alimentaires selon un planning minutieusement préparé ? Ce désengagement, contrairement à ce qui a été écrit ici et là, était intervenu, bien avant l’avènement du Printemps Arabe en 2011 (l’annonce en a été faite dans un communiqué daté du 10 avril 2010). C’est sous la super-vision de ce lauréat très brillant de l’école des mines de Paris et l’école Polytechnique que les entreprises agroalimentaires ont été cédées au meilleur prix à un moment où les réserves en devises étaient à leur plus bas historique, ce qui a permis à ces dernières de se reconstituer au grand bonheur des faiseurs des finance du pays. Et puis, il y a la démarche, novatrice à plus d’un titre, qui a prévalu à chaque cession. Plutôt que de se désengager au profitdu premier candidat venu pourvu qu’il soit solvable, M. Bouhemou et ses équipes ont privilégié l’expertise métier du prétendant. Ce fut le cas avec Centrale Laitière, Lesieur, Bimo mais aussi Cosumar. Ce dernier groupe a bénéficié du savoir-faire d’un opérateur étranger leader dans son secteur d’activité et du soutien d’institutionnels marocains de premier plan. Le souci du vendeur étant de s’entourer de toutes les garanties afin de pré-venir en amont tout risque de livrer l’entreprise ainsi cédée à l’aventure. La méthode est novatrice, peu habituelle dans le monde des affaires. Socialement et économiquement responsable, le désengagement à la façon Bouhemou privilégiait dans chacune des filialescédées les salariés qui ont bénéficié d’une prime de cession. Sans tambour ni trompettes. Hassan Bouhemou, doté d’une fibre sociale, tenait fortement à ce que le personnel touche les dividendes des transactions.
 
Message
 
Ce processus de fusion et les cessions auquel il a donné lieu a surtout favorisé l’émergence d’un grand ensemble apaisé à l’image d’ailleurs de son artisan. Finies les passions charriées régulièrement par l’ONA du temps de sa cotation en bourse où la moindre de ses opérations fut-elle positive donnait lieu à des commentaires médiatiques exacerbées. Aujourd’hui, la SNI est repositionné en tant qu’actionnaire professionnel centré sur des métiers créateurs de valeur comme les énergies renouvelables et les télécoms. A propos de cette dernière activité, Hassan Bouhemou a réussi le sauvetage d’Inwi en persuadant le consortium koweïtien Al Ajial-Zaïn d’injecter en mars 2009 la bagatelle de 2,85 milliards de dH dans le capital de l’opérateur, sans que le nouvel actionnaire ne prenne les commandes du management. Evidemment, les réussites de la SNI ont été souvent accomplies dans l’adversité. Certains esprits malveillants ont tenté de chahuter, voire discréditer l’action de son président. C’est le cas d’un site d’information français qui a relayé des allégations à son encontre portées par l’ex-patron de Taqa. S’estimant diffamé, M. Bouhemou a porté plainte devant la justice française en demandant l’euro symbolique en guise de dommages et intérêts. Le plaignant obtiendra gain de cause le 19 novembre 2011. Peu connu du grand public mais réputé chez les opérateurs économiques pour son efficacité managériale, Hassan Bouhemou est apprécié pour sa courtoisie et son affabilité. Les présidences à vie ne sont ni dans son tempérament ni dans la culture du nouveau règne. Un message fort en direction de ceux qui fournissent une énergie intense à s’accrocher à leurs postes et refusent de passer le témoin tout en organisant le vide autour d'eux. La SNI ne mange pas de ce pain-là. Ici l'alternance a droit de cité...
 
 
Abdellah CHANKOU

à lire aussi :
De l’omniprésence de la gestion
 Utilisé un peu partout et dans tous les sens, le terme gestion ou management est devenu un terme galvaudé. Dans la sphère professionnelle, on parle de gestion de...
Migration : Birrou accélère la cadence
Avec la nouvelle politique migratoire, le Maroc s'engage pour une meilleure intégration des immigrés et leur contribution au développement socio-économique à...
Alimentaire, mon cher agriculteur !
 Tout le monde ne peut pas s’improviser agriculteur ou chasseur, sauf à être un gros propriétaire terrien riche en avoir et très peu en savoir de...
Nouveau portail institutionnel : Birrou se connecte aux MRE
Le nouveau site web du ministère chargé des MRE et des Affaires de la Migration, lancé le mercredi 20 mai 2015 à Rabat, est plus une fenêtre ouverte sur les...