Dernière minute ...
La 14ème édition du Salon International de l’Agriculture au Maroc (SIAM) se tiendra du 16 au 21 avril à Meknès  Le tribunal de Tokyo a annoncé mardi 22 janvier 2019 le rejet d'une nouvelle demande de libération sous caution de Carlos Ghosn Jean-Dominique Senard, le patron de Michelin,  nommé jeudi 24 janvier 2019 nouveau Président de Renault juste après la démission de Carlos Ghosn Le parquet de Tokyo a décidé vendredi 11 Janvier 2019 de retenir deux nouvelles inculpations contre Carlos Ghosn Les ménages marocains pessimistes pour l'année 2019 (HCP) 13,75 tonnes de résine de cannabis saisis samedi 05 Janvier 2019 au Port Tanger Med  Des données personnelles de centaines de responsables allemands, dont Merkel, divulguées sur internet Meurtres d'Imlil : le BCIJ arrête 17 complices (Le ministre de l'Intérieur le 24/12/2018) La crise des Gilets jaunes aura coûté 0,2 point de PIB à la croissance en France  à fin 2018 (Insee) Guides touristiques non formés : la phase transitoire passera à 6 ans Agriculture: 18 milliards de DH pour booster les produits du terroir 68% des Marocains contre GMT+1  Taoufik Bouachrine condamné à 12 ans d'emprisonnement Le Roi participe à Paris aux cérémonies du centenaire de l'armistice  Pas d'augmentation des tarifs de la vignette auto en 2019 au Maroc (Gouvernement) Le PIB agricole a augmenté en moyenne de 5,25% depuis le lancement, il y a 10 ans, du Plan Maroc Vert pour s'établir à 125 milliards de DH en 2018 A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Confus de Canard
Les 12 régions de Hassad
Ce serait faire preuve de grâce que de ne pas saluer le projet sur la régionalisation élaboré par le ministère de l’Intérieur et soumis aux chefs des partis politiques. L’on constate d’emblée en prenant connaissance du contenu du texte et du nombre des régions (12) avec leurs préfectures et provinces que le souci premier de Mohamed Hassad et ses équipes aura été de revenir à une certaine cohérence et un certain équilibre dans l’approche des territoires et des populations qui y vivent. deux qualités essentielles qui avaient fait gravement défaut à la régionalisation actuelle enfantée en 1995 et qui, comme tout le monde le sait, pèche par une foultitude de tares et d’incohérences dans l’architecture même du découpage. Ce qui a donné lieu à des aberrations et des contradictions en pagaille résidant dans des amputations de zones géographiques et de groupements tribaux de leurs territoires naturels pour être rattachés à des régions avec lesquels ils n’ont pas a priori d’affinité.Ce découpage à la hache, qui ne prenait nullement en compte les spécificitésrégionales et les synergies pouvant être créés, a été vécue à l’époque par les régions victimes et leurs habitants comme un traumatisme, voire une injustice . Mais à l’époque, il n’y avait pas de débat public et les partis ne faisaient que valider après un semblant de concertation les décisions prises par le pouvoir incarné par driss Basri. Et puis, cette régionalisation, telle qu’elle a été décré-tée, était conçue moins comme un vecteur de développement que comme un instrument administratif avec un président fantoche dont le rôle est essentiellement protocolaire. Ce qui n’a pas contribué à sortir le pays de sa vision centraliste qui faisait que tout doit encore se décider «au niveau Rabat». Une attitude rigide qui trouve son origine dans le refus des administrations de céder une partie de leurs prérogatives aux conseils régionaux. Cette frilosité a été renforcée et nourrie par cette peur de voir les régions ainsi autonomes prendre petit à petit leurs distances du pouvoir central. donc autant continuer à tenir la bride pour ne pas être tentés par l’aventure du séparatisme affronté par le pays dans son Sahara. Le projet Hassad, lui, s’inscrit en nette rupture avec la régionalisation basrienne et vise du moins sur le papier à doter les régions ainsi mises en place d’une autonomie qui leur per-mettrait de prendre elles-mêmes leur destin en main en matière de développement. Or, l’émergence des indépendantismes un peu partout dans le monde - les cas de l’Ecosse et de la Catalogne sont là pour le rappeler - ne valide pas le choix du Maroc de continuer à fonctionner selon le modèle d’un Etat centralisateur où l’essentiel des programmes de développement se décident depuis Rabat. Le fait que 44% des Ecossais aient voté pour l’indépendance de leur pays a poussé le Premier ministre britannique James Cameron à envisager sérieusement d’octroyer une large autonomie à l’Ecosse pour immuniser définitivement les Ecossais contre le virus du séparatisme.S.M le Roi Mohammed VI l’a bien compris bien avant M.Cameron, et a pris les devants en proposant un large plan d’autonomie sous souveraineté marocaine pour les provinces du sud que les adversaires du pays font tout pour torpiller. Cela dit, il ne faut pas prendre prétexte de l’absence du personnel politique qualifié pour faire une régionalisation a minima qui serait un remake de la précédente. La frilosité nourrit les rétropédalages qui peuvent compromettre l’avenir.
Abdellah CHANKOU

à lire aussi :
La pensée suspecte
La philosophie est-elle "dégénérescence"? Le ministère de l'Education nationale a tâché d'éteindre la grande controverse née de la publication...
Lifting politique
 Le cabinet Benkirane 2 a permis aux Marocains de découvrir combien était grande la volonté de changement qui a présidé à sa formation. Plus...
Chantage à la souveraineté nationale
La dernière visite d’Etat d’un président chinois au Maroc, en l’occurrence Hu Jintao, remonte à avril 2006, soit exactement il y a 10 ans. Le déplacement...
Gestion déléguée
Outre les affaires de terrorisme liées aux attentats de Paris, Tunis et Bamako, l’actualité nationale fut dominée ces derniers temps par le dossier Amendis et les...