Dernière minute ...
La 14ème édition du Salon International de l’Agriculture au Maroc (SIAM) se tiendra du 16 au 21 avril à Meknès  Le tribunal de Tokyo a annoncé mardi 22 janvier 2019 le rejet d'une nouvelle demande de libération sous caution de Carlos Ghosn Jean-Dominique Senard, le patron de Michelin,  nommé jeudi 24 janvier 2019 nouveau Président de Renault juste après la démission de Carlos Ghosn Le parquet de Tokyo a décidé vendredi 11 Janvier 2019 de retenir deux nouvelles inculpations contre Carlos Ghosn Les ménages marocains pessimistes pour l'année 2019 (HCP) 13,75 tonnes de résine de cannabis saisis samedi 05 Janvier 2019 au Port Tanger Med  Des données personnelles de centaines de responsables allemands, dont Merkel, divulguées sur internet Meurtres d'Imlil : le BCIJ arrête 17 complices (Le ministre de l'Intérieur le 24/12/2018) La crise des Gilets jaunes aura coûté 0,2 point de PIB à la croissance en France  à fin 2018 (Insee) Guides touristiques non formés : la phase transitoire passera à 6 ans Agriculture: 18 milliards de DH pour booster les produits du terroir 68% des Marocains contre GMT+1  Taoufik Bouachrine condamné à 12 ans d'emprisonnement Le Roi participe à Paris aux cérémonies du centenaire de l'armistice  Pas d'augmentation des tarifs de la vignette auto en 2019 au Maroc (Gouvernement) Le PIB agricole a augmenté en moyenne de 5,25% depuis le lancement, il y a 10 ans, du Plan Maroc Vert pour s'établir à 125 milliards de DH en 2018 A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Confus de Canard
Lifting politique
 Le cabinet Benkirane 2 a permis aux Marocains de découvrir combien était grande la volonté de changement qui a présidé à sa formation. Plus de trois mois de négociations sur fond de blocage, de rumeurs et de spéculations pour faire revenir au gouvernement des visages qui ont déjà servi jusqu’à l’usure. Il fallait vraiment bien chercher pour dénicher les oiseaux rares comme Rachid Benmokhtar bombardé à la tête du ministère, à savoir l’Éducation nationale, qu’il avait occupé il y a environ deux décennies sans qu’il ait entrepris la moindre réforme de l’école publique. Idem pour Mohamed Hassad, ce brillant commis de l’État, plusieurs fois ministres, installé aux commandes du département de l’Intérieur. Le retour de ce dernierau gouvernement aurait été compréhensible à la rigueur s’il avait été installé aux commandes du ministère du Transport et l’Equipement où il était capable de mobiliser son expertise et son expérience reconnues au profit de ce département stratégique qui en a tellement besoin. Au lieu de cela, c’est la pratique des chaises musicales qui est privilégiée avec la création d’un ministère délégué confié à Mohamed Najib Boulif qui officiait jusqu’ici aux Affaires générales et à la Gouvernance. Une permutation qui n’a été accompagnée par aucune explication de la part du chef du gouvernement même si les initiés en ont conclu que l’intéressé a démérité dans l’exercice de ses fonctions initiales. Au Maroc, quand un ministre ne fait pas l’affaire dans un poste, il n’est pas licencié, il se voit offrir un autre en guise de services non-rendus.
Idem pour Abdelkader Amara qui a été débarqué du ministère du Commerce, de l’Industrie et des Nouvelles technologies pour être bombardé à la tête de celui de l’Énergie et des Mines. Ce n’est plus un gouvernement c’est un circuit touristique où l’on se promène d’un portefeuille à un autre ! Pourquoi cette transmutation ? Est-ce pour faire la place à Moulay Hafid le magnifique repeint séance tenante- en guise de respect des partis politiques- aux couleurs du RNI ou parce que le ministre PJD a failli dans la mission première qui lui a été confiée ? Là aussi, Ba Abdelilah Benkirane, tout content d’avoir été maintenu à son poste, n’a pas jugé nécessaire de s’expliquer devant les Marocains lors de son émission spéciale TVM-2M où il s’est évertué à défendre l’indéfendable. 
Cela se voyait, si le patron des islamistes gardait encore le sens du spectacle, il a bel et bien perdu la main. Très peu persuadé, agressif avec les journalistes, pathétique à souhait, il n’a convaincu que d’une seule chose : il n’est plus dans le coup. Pour donner l’illusion du changement, on féminise un chouia l’équipe Benkirane 2 en y injectant cinq nouvelles femmes nommées ministres déléguées. Pas une seule ministre «plein», toutes mises sous tutelle d’un collègue mâle.
La PJD Bassima Hakkaoui n’est plus unique, elle a désormais de la compagnie. On est loin de la parité mais quelques «benkirenettes» de plus servent de faire-valoir, tout en offrant a l’avantage à la fois de faire taire les critiques des associations des femmes et de permettre au gouvernement de s’offrir un petit coup de lifting à moindre frais. Un vrai tour de prestigiditation politique.
Abdellah CHANKOU

à lire aussi :
Chantage à la souveraineté nationale
La dernière visite d’Etat d’un président chinois au Maroc, en l’occurrence Hu Jintao, remonte à avril 2006, soit exactement il y a 10 ans. Le déplacement...
Gestion déléguée
Outre les affaires de terrorisme liées aux attentats de Paris, Tunis et Bamako, l’actualité nationale fut dominée ces derniers temps par le dossier Amendis et les...
Le monde de Trump
Si l’arrivée de Donald Trump à la maison Blanche a provoqué une onde de choc immense aux Etats-Unis et dans nombre de pays du monde, c’est que l’homme divise...
Ciel en folie
Cet été, l’actualité a volé très haut d’une manière macabre. Entre les crashs mystérieux d’avions civils dont celui d’Air...