Dernière minute ...
Marathon des sables 2018: Rachid El Morabity remporte son 6ème titre Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Samedi 14 avril,  00h55 GMT : de fotes explosions entendues à Damas, Trump a ordonné des frappes contre la Syrie avec la participation de la France et la Grande Bretagne Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc CAF 2018: Le WAC remporte sa première super coupe Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Vote à l’AG de l’ONU sur Jérusalem :  Sur 193 pays membres, 128 ont dit non à la décision de Trump, 9 oui et 35 se sont abstenus  Le ministre ivoirien de l'Industrie et des Mines Jean Claude Brou est le nouveau président de la Commission de la CEDEAO Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L'Autriche est le seul pays de l'UE où l'extrême droite participe au gouvernement Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  Moody’s : " les perspectives pour le système bancaire marocain sont positives" Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Côté Basse Cour
Les marionnettes et la girouette…
Karim Tazi
Karim Tazi le matelassier qui attaque vertement le ministre de la Communication, ce fait divers politique a fait l’actualité en début de semaine. Le PJD Mustapha El Khalfi,qui assistait à un énième foire à palabres sur la liberté de la presse au Maroc, s’est fait traiter lui et ses congénères islamistes au pouvoir de «marionnettes qui ont vendu de fausses promesses» au peuple marocain tout en les accusant, maintenant qu’ils sont bien calés dans leur fauteuil de ministres, de couvrir la prévarication et le despotisme. Hier le matelassier filaitle par-fait amour avec les islamistes au point d’appeler à voter pour eux lors des législatives de novembre 2011 qui les ont porté au pouvoir ; aujourd’hui il change d’avis et leur tombe à bras raccourcis à la limite de l’injure en les traitant de pantins entre les mains des vrais tenants du pouvoir. Avec Miloud Chaâbi et Noureddine Ayouch, le matelassier de Aïn Sebaâ faisait partie des rares hommes d’affaires à participer aux marches du mouvement du 20 février. Dans le contexte arabe en ébullition d’alors qui a vu la findu régime de Ben Ali et celui de Moubarak, le brave Tazi a dû certainement se dire que le Royaume, qui lui a pourtant tout donné, pouvait lui aussi basculer…Autant donc prendre les devants pour se positionner en brandissant des slogans pompeux et en diabolisant le makhzen dont les jours étaient comptés…Comment qualifie une telle démarche ? L’intéressé préfère être dépeint par ses thuriféraires sous les traits d’un démocrate épris de liberté et de justice sociale plutôt que d’être taxé de traître qui n’a pas peur d’agir à visage découvert pour assurer ses arrières. Quelle lecture faire de sa diatribe contre les islamistes au pouvoir? Dans son comportement pour le moins insolent, il y a certainement le sentiment de frus-tration de celui qui estime n’avoir pas touché les dividendes politiques de son soutien de Benkirane et de ses amis. Le marchand de mousse a en effet payé son soutien au mouvement du 20 février d’un contrôle fiscalmusclé qui s’est achevé par un redressement de plusieurs millions de DH. Ce n’est pas sa place la conférence sur la presse où il a débarqué pour insulter les ministres PJD. C’est un colloque destiné aux hommes des médias. Ce qu’il n’est pas même s’il justifie sa présence par le fait qu’il était actionnaire du magazine Tel Quel. Mais ceci lui donne-t-il pour autant le droit d’utiliser cette tribune pour régler ses comptes personnels avec le PJD ? Le leader du PJD n’a pas laissé passer l’occasion sans répondre à son nouveau contempteur poussé par l’on ne sait quelle force irrésistible pour tourner casaque. Profitant de la tribune d’une conférence organisée par les inspecteurs des finances, Abdelilah Benkirane s’en est pris à Karim Tazi en le traitant d’ignorant et de raté qui a «n’a pas réussi à gérer une revue». Mais ce n’est pas donné à n’importe qui de faire le lit de ces nouveaux manipulateurs en jouant les girouettes.

à lire aussi :
Les présidents de commune inquiets
Les présidents de commune sont  montés récemment au créneau par le biais de l’association marocaine des présidents des conseils communaux (AMPCC). Face...
« Les prises en charge représentent plus de la moitié des dépenses »
Trois questions à Réda Benamar, directeur des études, communication et développement à la CNSS Comment a évolué la prise en charge des malades ? Le...
Pas fainéante Finéa …
Le programme lancé en 2012 par le top management de la CDG (la maison-mère) porte essentiellement sur trois volets en l’occurrence, la diversification des secteurs, l’appui...
L’informel sous la loupe de la CGEM
Phénomène complexe et en pleine croissance, l’économie informelle c’est plus de 20% du PIB hors secteur primaire et 10% des importations formelles et une menace pour...