Dernière minute ...
La 14ème édition du Salon International de l’Agriculture au Maroc (SIAM) se tiendra du 16 au 21 avril à Meknès  Le tribunal de Tokyo a annoncé mardi 22 janvier 2019 le rejet d'une nouvelle demande de libération sous caution de Carlos Ghosn Jean-Dominique Senard, le patron de Michelin,  nommé jeudi 24 janvier 2019 nouveau Président de Renault juste après la démission de Carlos Ghosn Le parquet de Tokyo a décidé vendredi 11 Janvier 2019 de retenir deux nouvelles inculpations contre Carlos Ghosn Les ménages marocains pessimistes pour l'année 2019 (HCP) 13,75 tonnes de résine de cannabis saisis samedi 05 Janvier 2019 au Port Tanger Med  Des données personnelles de centaines de responsables allemands, dont Merkel, divulguées sur internet Meurtres d'Imlil : le BCIJ arrête 17 complices (Le ministre de l'Intérieur le 24/12/2018) La crise des Gilets jaunes aura coûté 0,2 point de PIB à la croissance en France  à fin 2018 (Insee) Guides touristiques non formés : la phase transitoire passera à 6 ans Agriculture: 18 milliards de DH pour booster les produits du terroir 68% des Marocains contre GMT+1  Taoufik Bouachrine condamné à 12 ans d'emprisonnement Le Roi participe à Paris aux cérémonies du centenaire de l'armistice  Pas d'augmentation des tarifs de la vignette auto en 2019 au Maroc (Gouvernement) Le PIB agricole a augmenté en moyenne de 5,25% depuis le lancement, il y a 10 ans, du Plan Maroc Vert pour s'établir à 125 milliards de DH en 2018 A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le Maigret du Canard
Driss Jettou mouche Rebbah
Driss Jettou Abdelaziz Rebbah
Gestion opaque des ressources, carence dans le recouvrement des taxes, laxisme dans le suivi des contrats de transport urbain..., dans son rapport annuel consacré à la commune de Kénitra, la Cour des Comptes dépeint une gestion islamiste peu flatteuse.
 
Mauvaise gestion, absence de contrôle, irrégularités… Les griefs sont légion. La Cour des Comptes a dressé un bilan sans appel de la gestion de la ville de Kénitra. Dans leur rapport annuel 2012, les magistrats-enquêteurs ont critiqué vertement la gestion des ressources et du patrimoine de la commune, dont le président n’est autre que Abdelaziz Rebbah, ministre islamiste de l'Équipement, du Transport et de la Logistique. Le verdict est accablant pour ce dernier et au-delà pour le PJD au pouvoir qui a fait de la bonne gouvernance et de la lutte contre toutes les formes de prévarication son principal cheval de bataille. Selon le rapport, la ville ne souffre pas d'un manque de moyens budgétaires ou d'effectifs mais d'une mauvaise organisation et d'une utilisation défaillante des dispositifs existants.
En tout cas, c'est ce qui ressort du chapitre de pas moins d’une vingtaine de pages consacré à Kénitra. Tout d'abord sur le plan financier : la Cour dénonce une mauvaise gestion des ressources de la commune incarnée par l’absence d’un manuel de procédures au niveau de la régie de recettes. «La régie de recettes ne dispose pas d’un manuel de procédures déterminant les responsabilités et les attributions des services de la régie et les procédures à suivre pour la gestion des opérations de recouvrement des recettes et fixant les modalités d’échange d’informations pertinentes avec les différents services de la Commune», affirment-ils, relevant au passage l’absence d’un service de contrôle fiscal. Il n’y pas non plus de service de suivi de la gestion déléguée et de l’occupation du domaine public communal, ni de coordination entre la régie de recettes et les autres services. Les critiques portent également sur la gestion des ressources liées aux services publics communaux. Concernant le marché des gros des fruits et légumes, l’institution a relevé une carence dans l’organisation du travail des mandataires, une absence de contrôle et de lutte contre les fraudes. L’abattoir communal souffre aussi d’un manque de contrôle régulier des opérations alors que le matériel a fortement besoin de suivi et d’entretien. «Le matériel utilisé dans l’abattoir est dans un état de dégradation suite à l’absence des opérations de nettoyage et de stérilisation», dénoncent les magistrats de la Cour.
 
Laxisme
 
Abdelaziz Rebbah en prend pour son grade surtout dans le domaine du transport urbain. Les magistrats dénoncent à cet effet un laxisme dans le suivi du service du transport urbain. « La Commune n’assure pas un suivi du service du transport urbain en raison de la non production par l’exploitant des informations et des documents comptables de nature à lui permettre d’actionner son contrôle. Cette situation a débouché sur la dégradation de la qualité du service d’une part, et à l’accumulation des dettes de l’exploitant à l’égard de la commune d’autre part, exposant ainsi la continuité du service public à des risques majeurs», écrivent les juges de cette institution qui ont débusqué un grand laxisme dans l’application et le recouvrement des pénalités estimées à près de 51 millions de DH. Les mêmes dysfonctionnements sont constatés dans la gestion de recouvrement des taxes sur les licences de taxis et de cars de transport de voyageurs. «La Commune ne tient pas une situation actualisée des taxis de première et de deuxième catégorie autorisés à exploiter sur son territoire en dépit de la disponibilité de ces informations auprès des services de la Wilaya ou éventuellement susceptibles d’être recueillies directement sur les points de départ desdits taxis,» précise le rapport. Voilà qui rassure bien sur la capacité de Abdelaziz Rabbah de réformer le secteur du transport au Maroc. Sur le plan fiscal, le tableau n’est pas non plus reluisant. La commune procède, selon la Cour des comptes, aux recouvrements de recettes sans aucune base légale. Le rapport parle aussi de déficience en matière de recouvrement de la taxe sur les opérations de lotissement et dans l’application de la taxe sur la dégradation des chaussées. S’agissant de la taxe sur les débits de boissons, les hommes de Jettou ont pointé l’absence d’un recensement exhaustif des commerces d’alcool. Rabbah aurait-il fait preuve de rigueur s’il s’agissait de faire l’inventaire des vendeurs du thé à la menthe et de l’eau bénite ? Sur le recouvrement des taxes touristiques : «La liquidation de la taxe de séjour se fait sur la base du nombre de clients sans que les déclarations ne précisent le nombre de nuitées (…). Les services de la Commune se contentent des informations indiquées sur les déclarations des exploitants des hôtels sans les rapprocher avec celles tenues par les services de la Wilaya de Kénitra, de la Direction des impôts ou de la Sûreté nationale». A ce titre, la Cour régionale des comptes a estimé la perte subie par la commune au titre de cette taxe pour les années 2010 et 2011 à 209.637,00 DH. Et ce n’est pas tout puisque la commune n’a pas procédé à la taxation d’office de certains établissements touristiques malgré leurs défauts de déclarations. La gestion des ressources relatives au patrimoine privé de la commune révèle un beau désordre avec de graves irrégularités liées notamment au non-respect des règles de transparence. Décidément, l’islamisme communal reproduit la même impéritie qui sévit dans les collectivités locales. Pas de doute, les discours vertueux des ténors du PJD ont porté leurs fruits !
 
 
 
Rachid ABBAR

à lire aussi :
L'homme qui parle cash
Après avoir fait éviter au Maroc les turpitudes de la crise financière internationale de 2008, le wali Bank Al Maghrib met en garde le gouvernement contre un retour aux fameux...
La dernière traversée d’El Nene
 El Nene, le célèbre baron de drogue, aurait été abattu à bord de son yacht. Il était considéré comme le Pablo Escobar du shit. Retour sur...
Le Maroc vraiment proche du but ?
En validant le dossier ma- rocain pour la candida- ture à l'organisation de la Coupe du Monde 2026, la Task Force a démenti toutes les rumeurs qui ont circulé ces...
Le crash d’une imposture
 Une vérité éclatante a émergé des décombres de l’appareil de l’armée algérienne qui s’est écrasé mercredi...