Dernière minute ...
68% des Marocains contre GMT+1  Taoufik Bouachrine condamné à 12 ans d'emprisonnement Le Roi participe à Paris aux cérémonies du centenaire de l'armistice  Pas d'augmentation des tarifs de la vignette auto en 2019 au Maroc (Gouvernement) Le PIB agricole a augmenté en moyenne de 5,25% depuis le lancement, il y a 10 ans, du Plan Maroc Vert pour s'établir à 125 milliards de DH en 2018 Trump a suggéré « un mur le long du Sahara » pour freiner l'émigration !! A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Le Conseil des ministres approuve le projet de loi sur le service militaire Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Révélations
Pieds nickelés à Rabat
Confus du canard
Par les temps troubles qui courent, les journalistes qui insultent leur métier et l’intelligence de leur public sont légion. Ils profitent de leur statut pour se livrer à des activités aux objectifs inavoués, à rebrousse-poil du devoir d’informer. Les deux reporters de télé français, expulsés dimanche 15 février par les autorités marocaines après avoir démasqué leurs véritables desseins, concocter une émission malveillante envers le Royaume et ses institutions à partir d’un canevas préétabli, sont de ceux-là. Pas de doute là-dessus, Ils étaient dépêchés à Rabat en service commandé. Ce n’est pas la première fois que le Maroc est victime d’une telle «entreprise de dénigrement» par voie médiatique. Peu importe pour le compte de qui, les ennemis du Maroc sont connus, ils sont prêts à offrir des valises bourrées de pétrodollars pour nuire à son image en le dépeignant sous les traits d’un Etat policier où les libertés ne sont qu’une illusion. La Preuve, M. Perez et son collègue ont été expulsés manu militari du territoire national. Les esprits mal intentionnés ou manipulés ne retiendront que cela alors que la vérité est tout autre : Les deux reporters ont été pris en flagrant délit de tournage alors qu’ils n’étaient pas dûment autorisés. Ils se croyaient certainement en terrain conquis ou dans ces républiques bananières où, pour cause de laxisme ou d’absence de lois, tout est possible. Ce n’est qu’après que leur équipe louche a mal tourné que les deux hommes, qui ont agi en vrais Pieds Nickelés, ont revendiqué leur qualité de journaliste en se présentant en victimes de la brutalité policière sur les colonnes des journaux et les plateaux télé de leur pays. Les choses se seraient présentées autrement s’ils s’étaient comportés en journalistes. Or, les fiches de police, mises en lignes par le site le360.ma, qu’ils ont renseigné au moment de leur entrée au Maroc font état pour la case profession de «réalisateur Pub» et de «Décorateur» ! Si ce n’est pas du mensonge et de la mauvaise de foi, cela y ressemble beaucoup. Quand quelqu’un ment à ce point sur son métier c’est qu’il est mal intentionné. Mais ce serait compter sans la vigilante des services de sécurité qui ont confondu les deux comparses qui ont débarqué au Maroc alors même qu’ils n’ont pas obtenu la nécessaire autorisation de tournage pour réaliser un travail de sape très tendancieux sur le Maroc et non pas comme ils l’ont prétendu une émission sur l’économie du pays. A qui profite cette nouvelle affaire qui dégage moins les effluves du journalisme d’investigation que les relents barbouzards d’une autre époque ? La même question vaut pour les fuites du litsing des comptes de la filiale suisse de la HSBC dans sa partie concernant le Roi du Maroc et certains membres de la famille royale. Là aussi, il est difficile pour les observateurs avisés de ne pas voir dans ce qui a été monté en épingle et « vendu » comme une enquête professionnelle rigoureuse une entreprise malveillante envers la monarchie et ses symboles. Ce n’est pas parce que le chef de l’Etat possède un compte dans une banque étrangère qu’il est nécessairement d’essence frauduleuse comme l’a laissé entendre l’auteur de l’article. Celui-ci a au mieux regardé cette affaire avec les lunettes de l’occident où un compte détenu notamment par un chef d’Etat ou un dirigeant politique est systématiquement considéré comme suspect car assimilé automatiquement à une opération d’évasion fiscale à la Jérôme Cahuzac. Et c’est bien le sens de la mise au point royale au journal français : le Roi du Maroc n’a pas besoin d’ouvrir en cachette des comptes à l’étranger ou y acquérir de biens. Ces transactions sont faites en respect de la loi en vigueur dans ce domaine. Avec l’autorisation préalable de l’office des Changes. Pas à son insu.
Abdellah CHANKOU

à lire aussi :
Opération de haut vol chez Moulay Hafid
Scandale dans le département de Moulahom Hafid. Le ministère du Commerce, de l’Industrie, de l’Investissement et de l’Economie numérique risque...
Pieds nickelés à Rabat
Par les temps troubles qui courent, les journalistes qui insultent leur métier et l’intelligence de leur public sont légion. Ils profitent de leur statut...
Les mille et une combines de Hassan Derhem
 Le député de Laâyoune Hassan Derham fait partie d’une minorité de privilégiés qui se sont enrichis de manière indécente...
Miloud Chaâbi et ses grands scandales
 Le milliardaire marocain traîne beaucoup d’affaires qui mettent à mal l’image policée qu’il a toujours veillée à donner de...