Dernière minute ...
Trump a suggéré « un mur le long du Sahara » pour freiner l'émigration !! A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Le Conseil des ministres approuve le projet de loi sur le service militaire Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Ouac-Ouac
Faire la fine mouche chez Shiru...
Dans le quartier Palmier, face à la CGEM s'étend une lignée de restau- rants. Du choix, il y en a, du goût pas toujours. Les grandes enseignes étant toujours pleines, autant tester quelque chose d'inattendu, sur le trottoir d'en face. Ce sera Shiru. Le Bec Tranchant se met en terrasse afin de profiter des derniers jours de soleil. Mais l'air devient vite irrespirable. Il y règne une chaleur accablante et une armada de mouches virevoltantes cadencent l'agacement. De quoi faire la fine mouche. Sur le menu, de nombreuses formules sont proposées, mais à des heures précises de la journée... à quoi bon ? Le serveur nous informe de ce désagrément, sans nous proposer une solution de rechange dans les autres pages du catalogue. Il faudra attendre plus de vingt minutes avant de voir arriver un jus d'orange. Et quel jus ! Le verre à 20 dirhams est petit et représente l'équivalent de quelques gorgées. Avec le jus, se pose la soupe de dégustation, très mauvaise pioche, du chaud et du froid à la fois. Soit, goûtons-la. Comment dire ? Elle était fade à souhait, une sorte d'eau où se seraient battues quelques crevettes et ajoutée une bonne pincée de gingembre. Le premier plat est un wok de fruits de mer. Une petite assiette (dites donc on fait dans les miniatures chez Shiru), au prix de 80 dirhams. Très Shiru payé. Le plat contenait peu de calamars et crevettes, par contre des champignons... en veux-tu en voilà. La dégustation de ce plat ne révèle rien de particulier. La sauce ressemble étrangement à celle que l'on peut trouver en grande surface. Arrivent ensuite les makis à 100 dirhams avec un goût légèrement relevé d'une tranche de mangue. Pas mauvais. Il faudra tout de même réclamer la sauce soja avant de la voir sur notre table. Une sauce qui s'apparente davantage à du vin. Peut-être a-t-elle trop pris le soleil dans cette terrasse surchauffée. Si la déception devait avoir un synonyme, elle prendrait sans doute le nom de Shiru. En bref, les plats n'avaient rien de transcendant, dans le sens où leurs saveurs ne méritaient absolument pas leur prix. Sans doute, le proprio fait-il payer au client la déco qui, il est vrai, n’est pas mauvaise. histoire de compenser la platitude des plats?
Le Bec Tranchant
 

à lire aussi :
Travail domestique, péril en la demeure!
Il y a des lois qui servent à organiser la vie des citoyens et permettent d'encadrer telle ou telle activité. D’autres nourrissent l’impression qu’elles ne sont...
Martinsa-Fadesa, une faillite en béton
Le promoteur immobilier espagnol Martinsa-Fadesa a annoncé, lundi 2 mars 2015, sa faillite. Il s'agit de la plus importante du secteur jamais survenue dans la péninsule ibérique,...
Chaâbi Liliskane fait des victimes à Agadir
A Agadir, Chaâbi Lil Iskane fait aussi des mécontents. En effet, une vingtaine de familles ont protesté, lundi 2 février 2015, devant l’agence locale de la filiale...
British School : Une école sans classe
Scandale dans le monde de l’enseignement privé. La toute nouvelle British International School vient de se voir refuser par le ministère de l’Education nationale...