Dernière minute ...
68% des Marocains contre GMT+1  Taoufik Bouachrine condamné à 12 ans d'emprisonnement Le Roi participe à Paris aux cérémonies du centenaire de l'armistice  Pas d'augmentation des tarifs de la vignette auto en 2019 au Maroc (Gouvernement) Le PIB agricole a augmenté en moyenne de 5,25% depuis le lancement, il y a 10 ans, du Plan Maroc Vert pour s'établir à 125 milliards de DH en 2018 Trump a suggéré « un mur le long du Sahara » pour freiner l'émigration !! A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Le Conseil des ministres approuve le projet de loi sur le service militaire Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Feuilleté de Canard
L’œuvre de Mohamed Leftah rééditée
A Settat, un adolescent se donne la mort devant sa classe, sidérée. Un drame qui donna vie à un livre poignant ou plutôt une chronique acide d’un village marocain dans les années soixante, où se mêlent bigoterie et hypocrisie : des versets vengeurs condamnant à d’éternelles souffrances celui qui ose le suicide, les amours vénales ou homosexuelles vues comme seuls refuges contre la pesanteur sociale, ou le mépris de tous promis à celle qui prétend refaire sa vie. Cette chronique permet aussi à l’écrivain de célébrer la beauté du geste et du corps de cet adolescent qui, tel un athlète, s’est élancé d’une fenêtre avec une «grâce indicible» et dans une «perfection mortelle». Vous l’avez certainement reconnu, il s’agit de l’ouvrage de Feu Mohamed Leftah «Une chute infinie, une petite chronique», Feu Mohamed Leftah paru initialement aux Éditions La Différence en 2008. À l’occasion du 10e anniversaire de sa disparition, et en hommage à cette figure emblématique de la littérature marocaine, La Croisée des Chemins réédite quelques titres de ce grand écrivain. «Une chute infinie, une petite chronique» est le premier livre cette collection. Né en 1946 à Settat, Mohamed Leftah fait ses études à Casablanca et se dirige par la suite dans une carrière scientifique ; il étudie à Paris dans une école d’ingénieurs en travaux publics. En 1972, il revient au Maroc, devient informaticien puis journaliste littéraire au Matin du Sahara et au Temps du Maroc. Il commence sa carrière d’écrivain dans les années 1990, avec la parution en 1992 de Demoiselles de Numidie (Éditions de l’Aube). Il renonce ensuite à publier ses textes jusqu’à ce que Salim Jay le fasse découvrir auprès des Éditions de la Différence qui éditeront le restant de son œuvre à partir de 2006, dont Au bonheur des limbes, Une fleur dans la nuit ou encore Un martyr de notre temps. Mohamed Leftah meurt en 2008 en Égypte où il vivait depuis l’an 2000.Souvent décrit comme étant une figure emblématique de la littérature marocaine, Mohamed Leftah demeure sans doute l’un des plus grands écrivains, capable d’avoir su intégrer dans son œuvre le pluralisme des modes de vie et de pensée de nos sociétés contemporaines. Son style particulier a été salué par les critiques littéraires dont Salim Jay qui l’a qualifié de « styliste à la Genet. Voluptueux interprète des pulsions et des passions, il nous révèle la société marocaine à la lumière du désir sexuel ». Dans un article paru sur le journal Le Monde en novembre 2007, on peut lire : « Mohamed Leftah n’a qu’une certitude ‘’ la littérature a toujours été et peut être encore une promesse de bonheur’’, et préconise un seul remède ‘’Le roman contre la barbarie. Nous n’avons pas d’autres armes’’ ». C’est parce que l’un des piliers fondateurs de la ligne éditoriale de La Croisée des Chemins est la liberté d’expression qu’elle a tenu à faire de cette nouvelle collection un événement à part entière. D’octobre 2018 à décembre 2019, les publications de quelques ouvrages de Feu Mohamed Leftah seront diffusées dans tout le pays. Une occasion de rendre hommage à ce talent rare de la littérature marocaine à l’écriture splendide et au service d’une pensée libre et d’une sensibilité poétique et à fleur de peau. Pour cette collection, et afin de mettre en valeur ces parutions, La Croisée des Chemins a opté pour un graphisme au style moderne et contemporain, que ce soit dans le choix iconographique, dans la typographie ou dans les couleurs, afin d’évoquer l’univers particulier de Mohamed Leftah. À titre d’exemple, la couverture de ce premier titre, Une chute infinie, est une œuvre de l’artiste marocain Hicham Benohoud qui a très vite donné son accord pour cette utilisation. Hicham Benohoud est reconnu sur la scène internationale comme l’un des photographes les plus innovants pour ses mises en scène qui permettent de porter un autre regard sur l’identité, tant individuelle que collective.
 

à lire aussi :
Jad Benhamdane, un récit d'espoir !
Jad Benhamdane, 39 ans, analyste financier, se déplace depuis toujours en fauteuil roulant. Passionné par l'écriture, il vient de sortir un livre témoignage...
Mouna Hachim ressort ses histoires
Si vous n’avez pas eu l’occasion de lire « Chroniques insolites de notre histoire » (Maroc, des origines à 1907), signé par l’écrivaine et...
Le salon du livre ouvre ses portes
Des ouvrages, des dédicaces, des expositions, des ateliers: le Salon International du l’Edition et du Livre (SIEL), le plus grand rendez-vous littéraire national, ouvre ses portes...
Ces horizons de Driss Chraïbi réédités
L'ouvrage «De tous les horizons» de l'écrivain marocain Driss Chraïbi vient d’être rééditer chez les éditions «La Croisée des...