Dernière minute ...
Trump a suggéré « un mur le long du Sahara » pour freiner l'émigration !! A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Le Conseil des ministres approuve le projet de loi sur le service militaire Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le migrateur
Irak, l'enfer des femmes libres
L e meurtre de la jeune Irakienne Tara Farès, "coupable" d’afficher sa féminité et de vouloir vivre comme les femmes de son âge, montre combien ce pays rongé par le confessionnalisme et la violence ne tolère plus la moindre différence. Blonde, rousse, brune, peu importait la couleur de ses cheveux, son visage était connu de presque 3 millions d’abonnés sur les réseaux sociaux. Depuis jeudi 27 septembre, il tourne aussi sur les réseaux sociaux du monde entier… et pour cause. À 22 ans, l’ancienne miss Irak 2014 a été assassinée en pleine rue, à Camp Sarah, un quartier du centre de Bagdad. Trois tirs mortels l’ont atteinte, alors qu’elle était au volant de sa Porsche blanche décapotable. Dans un pays très conservateur comme l’Irak, Tara Farès avait trouvé son moyen d’expression, les réseaux sociaux. Adepte des voyages, la jeune femme signalait rarement sa présence à Bagdad dans ses publications, la ville qui l’a vue naître. Elle se savait en effet menacée et la cible des groupes les plus conservateurs du pays. Elle avait ramené de ses voyages en Europe les codes de la jeunesse occidentale. Sur ses clichés, Tara Farès mettait en scène ses tatouages, ses manucures, ses tenues et ses sorties, un mode de vie détonant en Irak. Aurait-elle payé le prix fort de cette liberté ? De nombreux internautes le pensent et le dénoncent en tout cas, depuis son assassinat. « Son seul crime, c’était d’avoir choisi la vie, au mauvais endroit », s’emportait un internaute sur Twitter. « Ce jeudi, c’était Tara (…) Jeudi prochain, qui est-ce que ce sera ? Où va l’Irak ? », renchérissait un autre. Au total, cette année quatre femmes ont été assassinées en Irak. Rasha Al-Hasan et Rafif Yasiri, propriétaires de salons de beauté à Bagdad, ont également été tuées ces derniers mois. Les rapports de police n’ont pour l’instant pas éclairci les circonstances exactes de leur mort 

à lire aussi :
Bachar et Obama d'accord pour bombarder la Syrie !
Lancés le 23 septembre, les frappes de la coalition contre les terroristes de l’Etat Islamique (EI) ont d'abord été salués en grande majorité par l'opposition...
L’affront Macron
Il a finalement cédé: après avoir rejeté la demande de démission de Gérard Collomb, lundi 1er octobre, Emmanuel Macron a accepté le départ du...
Trump dans l'œil du fisc
Le service des impôts de l’Etat de New York a ouvert une enquête, mardi 2 octobre, à la suite de la publication d’informations selon lesquelles Donald Trump aurait...
Algérie, la presse au garde-à-vous
Journaliste algérien, Saïd Djerbal, a été mardi interpellé devant le siège de la télé Ennahar dont il est l’un des rédacteurs en...