Dernière minute ...
La 14ème édition du Salon International de l’Agriculture au Maroc (SIAM) se tiendra du 16 au 21 avril à Meknès  Le tribunal de Tokyo a annoncé mardi 22 janvier 2019 le rejet d'une nouvelle demande de libération sous caution de Carlos Ghosn Jean-Dominique Senard, le patron de Michelin,  nommé jeudi 24 janvier 2019 nouveau Président de Renault juste après la démission de Carlos Ghosn Le parquet de Tokyo a décidé vendredi 11 Janvier 2019 de retenir deux nouvelles inculpations contre Carlos Ghosn Les ménages marocains pessimistes pour l'année 2019 (HCP) 13,75 tonnes de résine de cannabis saisis samedi 05 Janvier 2019 au Port Tanger Med  Des données personnelles de centaines de responsables allemands, dont Merkel, divulguées sur internet Meurtres d'Imlil : le BCIJ arrête 17 complices (Le ministre de l'Intérieur le 24/12/2018) La crise des Gilets jaunes aura coûté 0,2 point de PIB à la croissance en France  à fin 2018 (Insee) Guides touristiques non formés : la phase transitoire passera à 6 ans Agriculture: 18 milliards de DH pour booster les produits du terroir 68% des Marocains contre GMT+1  Taoufik Bouachrine condamné à 12 ans d'emprisonnement Le Roi participe à Paris aux cérémonies du centenaire de l'armistice  Pas d'augmentation des tarifs de la vignette auto en 2019 au Maroc (Gouvernement) Le PIB agricole a augmenté en moyenne de 5,25% depuis le lancement, il y a 10 ans, du Plan Maroc Vert pour s'établir à 125 milliards de DH en 2018 A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le Maigret du Canard
Tribune libre : La clarification
Le champ politique national continue à être traversé par un brouillard intense rendant la visibilité difficile voire impossible. Ce qui ne fait qu’élargir la distance entre les partis et les citoyens qu’ils sont censés encadrer et tout particulièrement les jeunes. Doit-on rappeler que seuls 1% des jeunes de 15-35 ans déclarent appartenir à un parti ou à un syndicat ? Ce phénomène, inquiétant pour l’avenir de notre pays et l’évolution positive de son processus démocratique nous interpelle tous et en premier lieu les partis politiques eux-mêmes. Ces derniers sont appelés à effectuer une véritable mue dans le sens de plus de clarté et de clarification afin d’être en phase avec les principes qu’ils énoncent et les orientations programmatiques qu’ils prônent. En effet, tout observateur un tant soit peu averti ne manquera pas de relever la confusion des programmes et l’amalgame des discours de nos partis. A tel point que le citoyen se retrouve perdu dans cette «jungle politique» et ne sait plus à quel saint se vouer. Tous, «droite», «gauche», «centre», récitent la même chanson et scandent les mêmes slogans ou presque : justice sociale, égalité des chances, modèle inclusif… Ce qui a fait dire à un ami qui a assisté récemment à une rencontre sur « finances publiques et justice sociale » que « tout le monde emploie un discours de gauche » !! Si telle était effectivement la conviction des uns et des autres, à quoi bon d’avoir toute une pléiade de partis politiques ? C’est cette confusion des rôles, sciemment entretenue ?, qui retarde l’évolution de la démocratie. Les partis politiques ont vocation d’encadrer les citoyens et de rentrer en compétition sur la base des programmes et des projets de société pour essayer de convaincre les électeurs potentiels soit pour accéder à la gestion des affaires du pays, soit pour exercer le rôle d’opposition dans une optique d’équilibre des pouvoirs. La situation actuelle de la société marocaine doit en principe inciter les partis politiques à agir dans ce sens. En effet, la stratification sociale de la société marocaine ne prête guère à équivoque, les classes sociales existent bel et bien et les intérêts antagonistes entre ces classes sont une réalité tangible, le capitalisme se développe et procède à la «destruction créatrice» au quotidien en désagrégeant les classes sociales et les modes de production traditionnels, les phénomènes d’inclusion et d’exclusion se superposent de plus en plus… Dans ces conditions, le bon sens aidant, chaque parti politique, tout en exprimant son attachement à un certain nombre de valeurs, doit se positionner par rapport à ces contradictions et choisir son «clan » pour ainsi dire.

Limites

Prétende défendre vaguement les intérêts de tout le peuple relève de la démagogie et du populisme. Scander des mots d’ordre de la gauche et faire comme si, tout en gardant une pratique foncièrement de droite, relève de l’opportunisme. Dire que l’ère des idéologies est révolue, c’est surfer sur les vagues d’une mode dont l’expérience commence à montrer ses limites. Cette clarification est nécessaire pour nouer des alliances saines et productives entre forces politiques ayant des affinités idéologiques et sortir le pays de cette transition démocratique qui a l’air de faire du sur-place. Notre pays a besoin d’un front de gauche fort qui soit le porte-parole de ces classes montantes et ces couches déshéritées qui se trouvent aujourd’hui sans voix à l’exception de la rue et des réseaux sociaux. Il a tout autant besoin d’un front libéral qui s’assume pleinement et qui a le courage de défendre son projet et de développer une culture et une philosophie libérales. Nous manquons terriblement d’une «bourgeoisie nationale» porteuse d’un projet mobilisateur qui s’attaquerait- en alliance avec les forces de gauche éventuellement- à l’élimination des résistances au progrès et des privilèges relevant du passé. Bien sûr, comme dans toute société, les forces conservatrices existent et ont le droit de s‘exprimer. Mais il faut les empêcher de se nourrir de la mamelle religieuse en donnant leur propre interprétation de l’islam à des fins inavouées. Soyons clairs : la religion doit être laissée à l’écart de la compétition politique. La constitution ne mentionne qu’un Seul Commandeur des Croyants qui est SM le Roi. Et personne n’a le droit de s’interférer entre Dieu et le citoyen. Cette clarification, rendue impérative et urgentissime, donnera du sens au politique et donnera, par conséquent, le goût aux citoyens pour renouer avec les partis politiques. La balle est désormais dans le camp de ces derniers. Qu’on ne vienne pas chercher des alibis pour justifier leur léthargie. Et continuer à faire de l’agitation dans l’immobilisme. Faut-il rappeler cette évidence : pas de démocratie sans partis politiques, et pas de démocratie sans démocrates !

Par : Abdeslam Seddiki, Economiste, ancien

ministre de l'Emploi et des affaires sociales

 

à lire aussi :
Le coup de maître de Bensalah
L’arrivée d’Atlanta sur le marché africain avec l’ouverture de deux filiales en côte d’Ivoire sonne le glas de l’hégémonie de Saham de...
Comment Moulay Hafid exploite ses employés
Pour motiver le personnel de ses centres d’appel où le travail est déjà des plus pénibles , Moulahoum Hafid a trouvé la recette magique…   "Le...
Kia maroc fait fausse route
Malgré le matraquage publicitaire, les extensions de garanties et les options supplémentaires, Kia a du mal à redémarrer même si les repreneurs de la marque...
Centre social Aïn Atiq : Voyage au bout d'un lieu miséreux
Implanté sur le territoire de la commune éponyme, le centre social Aïn Atiq est situé, à quelques encablures de Temara. Depuis le pont situé juste en face...