Dernière minute ...
Trump a suggéré « un mur le long du Sahara » pour freiner l'émigration !! A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Le Conseil des ministres approuve le projet de loi sur le service militaire Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le migrateur
Ce que cachent les courbettes devant Poutine
A helsinki, en Finlande, théâtre de son premier sommet avec Vladimir Poutine, le président américain Donald Trump a déclenché une véritable tempête en refusant de reconnaître - et donc de condamner - l’ingérence russe dans l’élection américaine de 2016. Désavouant ainsi ses propres services de renseignement, qui ont maintes fois conclu le contraire, et dont l’enquête a débouché vendredi sur l’inculpation de douze agents russes. Ses propos - «Le président Poutine vient de dire que ce n’était pas la Russie […]. Je ne vois pas pourquoi cela le serait» - ont suscité aux Etats-Unis une avalanche de condamnations, y compris chez des républicains d’ordinaire conciliants avec le milliardaire. Face à ce tollé inédit, Trump, de retour à Washington, a finalement fait volte-face mardi, assurant s’être mal exprimé, et n’avoir en fait aucune raison de douter des conclusions de ses services sur la responsabilité de la Russie. Donald Trump a donc plaidé de façon laborieuse le lapsus, adoptant un profil bas, alors qu'il s'est retrouvé isolé jusque dans son propre camp. Après ce revirement au lendemain du sommet d'helsinki, le président américain a toutefois tenu à qualifier mardi soir, sur Twitter, l'entrevue avec son homologue russe de "grand succès". « Sauf dans les médias Fake News », a ajouté Donald Trump. A part le sénateur Rand Paul, rares sont les républicains à avoir ouvertement défendu la prestation du président au sommet d'helsinki, première rencontre bilatérale entre le 45e président américain et le président russe. Dans les jours précédant helsinki, à Bruxelles ou Londres, Donald Trump a de l'avis général distendu les liens transatlantiques, avec ses charges contre l'Allemagne, l'Union européenne ou le Royaume-Uni. Vu la violence des mots employés depuis lundi soir - «traître», «antipatriotique», «laquais», «honte» - par les élus, les commentateurs et les experts de tous bords indiquent qu’un palier, au moins symbolique, a été franchi. Signe de l’ampleur du choc, le dictionnaire américain de référence, Merriam-Webster, a fait savoir que «trahison» avait été le mot le plus recherché sur son site internet. En donnant l’impression de placer Poutine - et sa volonté de relancer les relations avec Moscou - au-dessus des institutions (FBI, ministère de la Justice) dont il est censé être le garant, Donald Trump semble avoir donc franchi une ligne rouge. Relançant au passage les spéculations sur la nature de sa relation avec la Russie. «Ses déclarations ont été si contraires aux objectifs de la politique américaine, si éloignées du reste de son administration et si inexplicables à tellement de niveaux qu’elles ont fait remonter une question qui suit M. Trump comme son ombre depuis longtemps : la Russie a-t-elle quelque chose sur lui ?» s’interrogeait mardi le New York Times.
 
 
 

à lire aussi :
Alger presse les médias du Net
 Les éditeurs de la presse web ont la gueule de bois. Le blocage de TSA, l'un des sites d'information les plus consultés du pays, a mis au jour la précarité juridique...
Stephen Paddock, un autre serial-tireur
 Le mystère pèse toujours sur le mobile de Stephen Paddock, comptable retraité auteur de la fusillade la plus meurtrière de l'histoire des Etats-Unis.   Dans...
Hillary Clinton proche de la Maison Blanche
L’ancienne secrétaire d’Etat Hillary Clinton est devenue, mardi 7 juin au soir, la première femme candidate à l’élection présidentielle des...
Trump, le tacleur taclé
 Un président dont le seul nom crée la division et la colère, dont les mots inspirent la discorde et la haine, ne peut pas redonner sa grandeur à...