Dernière minute ...
Le parquet de Tokyo a décidé vendredi 11 Janvier 2019 de retenir deux nouvelles inculpations contre Carlos Ghosn Les ménages marocains pessimistes pour l'année 2019 (HCP) 13,75 tonnes de résine de cannabis saisis samedi 05 Janvier 2019 au Port Tanger Med  Des données personnelles de centaines de responsables allemands, dont Merkel, divulguées sur internet Meurtres d'Imlil : le BCIJ arrête 17 complices (Le ministre de l'Intérieur le 24/12/2018) La crise des Gilets jaunes aura coûté 0,2 point de PIB à la croissance en France  à fin 2018 (Insee) Guides touristiques non formés : la phase transitoire passera à 6 ans Agriculture: 18 milliards de DH pour booster les produits du terroir 68% des Marocains contre GMT+1  Taoufik Bouachrine condamné à 12 ans d'emprisonnement Le Roi participe à Paris aux cérémonies du centenaire de l'armistice  Pas d'augmentation des tarifs de la vignette auto en 2019 au Maroc (Gouvernement) Le PIB agricole a augmenté en moyenne de 5,25% depuis le lancement, il y a 10 ans, du Plan Maroc Vert pour s'établir à 125 milliards de DH en 2018 A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Côté Basse Cour
L'OCP, victime d’un coup bas au Kenya
Mais que cachent les accusations formulées par les autorités kenyanes envers une cargaison de 5800 tonnes de fertilisants exportée par OCP au Kenya via sa représentation locale ? Selon ces accusations mystérieuses qui ont conduit à l’arrestation d’une brochette de responsables du bureau kenyan des normes (l’équivalent de l’ONSSA marocain), ces engrais ne correspondent pas aux normes de qualité requise par la réglementation locale et sont même dangereux pour la santé et l’environnement eu égard d’une teneur anormalement élevée en mercure ! Réaction immédiate du phosphatier marocain, via un communiqué en date du 24 juin où il exprime son étonnement tout en précisant que « ces fertilisants spécifiques ont été produits pour le marché local avec la validation de laboratoires kenyans, et ont montré leur efficience auprès des agriculteurs locaux ». Et les auteurs de cette mise au point claire et ferme d’ajouter que « la conformité de la cargaison a été attestée par plusieurs expertises indépendantes, menées par des sociétés d’inspection de renommée internationale telles que SGS, Bureau Veritas et CropNuts ». Le groupe marocain, qui a suspendu provisoirement son activité exportatrice vers le Kenya en attendant de tirer ce dossier obscur au clair, a rejeté de manière catégorique les accusations portées à son encontre car ne correspondant nullement ni à « ses pratiques commerciales ni la rigueur de la politique de qualité du groupe OCP ». En effet, les engrais estampillés OCP sont depuis longtemps exportés aux quatre coins du monde y compris dans des pays connus pour le caractère draconien de leur contrôle sanitaire comme les États-Unis à travers sa redoutable FDA sans jamais soulever la moindre critique sur leur qualité réputée irréprochable. Et puis, quel intérêt OCP a-t-il de tricher sur ces fertilisants certifiés conformes avant leur exportation ? A quoi riment ces accusations qui exhalent des relents extracommerciaux ? On voudrait porter atteinte à la réputation d’OCP qu’on ne s’y prendrait pas autrement. Mais le groupe, jaloux de son image, ne compte pas se laisser faire, déterminé faire éclater la vérité.
 
 

à lire aussi :
Moubdie revient à l’école
Mohamed Moubdie a pris une bonne résolution pour l’année prochain : retourner à l’école. Pas à l’école publique de son homologue Rachid...
L’idée qui tue de Boulif
Il y a des lots à gagner chez le ministère de Mohamed Najib Boulif qui vont des bons d’essence, véhicules flabant neuf et même des voyages à la Omra. Il...
La RAM renoue avec les bénéfices
Malgré une conjoncture défavorable, la compagnie nationale de transport aérien Royal Air Maroc (RAM) est parvenue à faire passer ses indicateurs d’activité au...
Etouffer à Webhelp
Connaissez Webhelp ? C’est ce centre d’appel français installé au Maroc dont les téléopé- rateurs de son antenne de Fès ont failli être...