Dernière minute ...
68% des Marocains contre GMT+1  Taoufik Bouachrine condamné à 12 ans d'emprisonnement Le Roi participe à Paris aux cérémonies du centenaire de l'armistice  Pas d'augmentation des tarifs de la vignette auto en 2019 au Maroc (Gouvernement) Le PIB agricole a augmenté en moyenne de 5,25% depuis le lancement, il y a 10 ans, du Plan Maroc Vert pour s'établir à 125 milliards de DH en 2018 Trump a suggéré « un mur le long du Sahara » pour freiner l'émigration !! A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Le Conseil des ministres approuve le projet de loi sur le service militaire Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Canard +
Les autorités font avorter le projet Ayouch
Le projet du colloque sur les libertés individuelles porté par le pubeur Nourredine Ayouche et son « Collectif Démocratie et Libertés », qui devait se tenir les 22 et 23 juin derniers à Casablanca, est finalement tombé à l’eau faute d’autorisation des pouvoirs publics. Voilà qui fait un peu désordre et jette la confusion, sachant que papa Ayouch a toujours laissé entendre que ses initiatives controversées bénéficiaient en interne de puissants parapluies politiques… Il nous bourrait le mou le patron de Schems Publicité qui avait défrayé la chronique il y a quelques années par sa défense de la darija (dialecte marocain) comme langue d’enseignement ? Mais pour qui roule-t-il réellement ? « Le collectif démocratie et liberté a le regret de vous annoncer que le colloque international sur les libertés individuelles (…) a été interdit par les autorités marocaines. Nous présentons nos excuses aux participants et à tous les démocrates de notre pays », indique le collectif dans un communiqué laconique, sans fournir s’explications sur les motifs de cette censure. Est-il un comme il se définit lui-même briseur de tabous qui veut du bien au Maroc ou se sert-il de la confusion ambiante pour servir des « agendas étrangers » comme l’accusent ses détracteurs? Le colloque qui devait réunir plusieurs intellectuels du Maghreb, d'Irak et de France devait aborder plusieurs questions qui suscitent de vifs débats dans les pays musulmans, notamment la liberté de conscience, le droit des minorités religieuses, le droit à l'héritage et « le droit de disposer de son corps et sexualité ». Avec cette interdiction, le Ayouch s’est vu signifier le droit de s’occuper de ses oignons…
 
 

à lire aussi :
Moulahom s’offre une assurance en béton
 Le projet de loi 59-13 sur l’assurance obligatoire de certains chantiers de construction était prêt depuis début 2013. Mais ce texte peinait à sortir des...
Attijari « Banque Africaine de l’Année »
Le titre de Banque africaine de l’année 2017», créé par l’agence de médias et de notation « Leaders League », est échu au groupe...
Du rififi chez les éditeurs marocains
La liste des auteurs invités à Paris à l’occasion du Salon du livre de la capitale française, du 24 au 27 mars, dont le Maroc est l’invité d'honneur ne...
Panne sociale chez Delphi Tanger
L’écosystème automobile cher à Moulahom Hafid signe sa première panne. La preuve par Delphi Tanger dont les employés sont entrés récemment en...