Dernière minute ...
La 14ème édition du Salon International de l’Agriculture au Maroc (SIAM) se tiendra du 16 au 21 avril à Meknès  Le tribunal de Tokyo a annoncé mardi 22 janvier 2019 le rejet d'une nouvelle demande de libération sous caution de Carlos Ghosn Jean-Dominique Senard, le patron de Michelin,  nommé jeudi 24 janvier 2019 nouveau Président de Renault juste après la démission de Carlos Ghosn Le parquet de Tokyo a décidé vendredi 11 Janvier 2019 de retenir deux nouvelles inculpations contre Carlos Ghosn Les ménages marocains pessimistes pour l'année 2019 (HCP) 13,75 tonnes de résine de cannabis saisis samedi 05 Janvier 2019 au Port Tanger Med  Des données personnelles de centaines de responsables allemands, dont Merkel, divulguées sur internet Meurtres d'Imlil : le BCIJ arrête 17 complices (Le ministre de l'Intérieur le 24/12/2018) La crise des Gilets jaunes aura coûté 0,2 point de PIB à la croissance en France  à fin 2018 (Insee) Guides touristiques non formés : la phase transitoire passera à 6 ans Agriculture: 18 milliards de DH pour booster les produits du terroir 68% des Marocains contre GMT+1  Taoufik Bouachrine condamné à 12 ans d'emprisonnement Le Roi participe à Paris aux cérémonies du centenaire de l'armistice  Pas d'augmentation des tarifs de la vignette auto en 2019 au Maroc (Gouvernement) Le PIB agricole a augmenté en moyenne de 5,25% depuis le lancement, il y a 10 ans, du Plan Maroc Vert pour s'établir à 125 milliards de DH en 2018 A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Confus de Canard
Révolution sur Internet
C’est connu, une bête politique, il ne faut pas la blesser. Il faut l’achever pour la neutraliser…C’est le b.a.-ba de la politique. Faute de quoi, elle peut faire beaucoup de dégâts en s’agitant car ne pensant jusqu’à l’obsession qu’à une seule chose : prendre sa revanche. Il ne faut pas chercher loin : la campagne de boycott des trois entreprises marocaines qui a démarré sur les réseaux sociaux est le fruit d’un désir de vengeance de celui qui s’est estimé injustement écarté de la primature et de la chefferie de son parti. De quoi nourrir chez lui une haine tenace et éternelle. Un vieux briscard de la politique de sa trempe, qui en vu d’autres, dont l’ADN est constituée d’intrigues et de complots, ne va pas commettre de nouveau l’erreur d’entrer en confrontation directe avec le système pour en connaître suffisamment le prix : l’emprisonnement qu’il avait subi à deux reprises du temps où la Chabiba Islamia dont il fut le chef de file qui cherchait à abattre la monarchie et installer à sa place la fameuse khilafa. Pourquoi prendre à nouveau le risque de subir les foudres des autorités alors que la face obscure et anonyme d’Internet peut offrir des ressources insoupçonnées en matière de déstabilisation ? D’un naturel roublard qu’il tente de cacher derrière son ton enjoué, l’ex-Premier ministre a eu tout loisir de comprendre l’étendue de l’impact du numérique sur la vie politique et la vie tout court. D’ailleurs, le PJD est l’un des rares partis à avoir accordé, conscient qu’il est de la faiblesse de ses relais médiatiques traditionnels, une importance considérable à la communication digitale où il a pris avec la mobilisation de ses brigades électroniques une grosse longueur d’avance sur ses adversaires. C’est en étant convaincu de la puissance des réseaux sociaux (un ménage sur deux au Maroc est connecté à Internet) que Benkirane, souvenez-vousavait pris une initiative inédite, celle d’inviter à un déjeuner à domicile, à quelques mois des législatives d’octobre 2016, une vingtaine d’influenceurs web les plus en vue. Ce n’est pas pour leurs beaux yeux qu’il a convié à sa table ce groupe de blogueurs. Conscient du pouvoir immense qu’ils détiennent, il voulait certainement influencer ces influenceurs en gagnant leur confiance et les convaincre à aider le PJD à booster sa campagne électorale sur le Net et même à agir au-delà. Les frustrations sociales, l’ignorance et le sentiment d’injustice aidant, il n’est pas difficile de monter la masse des déshérités contre l’ordre établi sous couvert de la vie chère. Une masse de pauvres et de nouveaux pauvres qui est prête à se laisser embarquer dans n’importe quelle campagne susceptible de lui donner le sentiment de prendre sa revanche contre « les symboles du système». Un système que Benkirane avait passé le plus clair de son temps, au plus fort de sa conduite des affaires du pays, à critiquer à grand renfort de petites phrases tout en assénant à plusieurs reprises ce qui ressemble à une menace : «le printemps arabe n’est pas terminé, il pourrait bien revenir ». Benkirane doit se payer les services d’une puissante cartomancienne ! Le printemps arabe qui a plongé nombre de pays arabes dans le chaos, est effectivement de retour au Maroc. Mais non pas sous forme de manifestations à l’identique du mouvement du 20 février dans le monde réel mais sous les traits obscurs d’une campagne de boycott plus ravageuse initiée dans l’univers virtuel par les milices islamistes. Au Maroc, la révolution numérique est en marche. Mais à l’envers !
 
 
Abdellah CHANKOU

à lire aussi :
Foot, le spectacle est ailleurs
Stupeur dans le monde du football national. L’agression accompagnée d’actes de vandalisme et de vol dont ont été victimes les joueurs du Wydad et de leur...
Réformer avec l’enseignant…
 La dégringolade continue de plus belle. Le Maroc vient de perdre d’un seul coup 20 points dans le classement 2017 du forum économique mondial en matière de capital...
Dialogue asocial
Ailleurs, le dialogue social est un facteur de compétitivité économique. Au Maroc, qui est à mille lieues de cette approche productive, on en est encore au stade de...
Légitimité africaine
 Tout a été dit ou presque sur le retour historique du Maroc au sein de sa famille africaine. Un événement salué par la majorité des pays africains mais...