Dernière minute ...
La 14ème édition du Salon International de l’Agriculture au Maroc (SIAM) se tiendra du 16 au 21 avril à Meknès  Le tribunal de Tokyo a annoncé mardi 22 janvier 2019 le rejet d'une nouvelle demande de libération sous caution de Carlos Ghosn Jean-Dominique Senard, le patron de Michelin,  nommé jeudi 24 janvier 2019 nouveau Président de Renault juste après la démission de Carlos Ghosn Le parquet de Tokyo a décidé vendredi 11 Janvier 2019 de retenir deux nouvelles inculpations contre Carlos Ghosn Les ménages marocains pessimistes pour l'année 2019 (HCP) 13,75 tonnes de résine de cannabis saisis samedi 05 Janvier 2019 au Port Tanger Med  Des données personnelles de centaines de responsables allemands, dont Merkel, divulguées sur internet Meurtres d'Imlil : le BCIJ arrête 17 complices (Le ministre de l'Intérieur le 24/12/2018) La crise des Gilets jaunes aura coûté 0,2 point de PIB à la croissance en France  à fin 2018 (Insee) Guides touristiques non formés : la phase transitoire passera à 6 ans Agriculture: 18 milliards de DH pour booster les produits du terroir 68% des Marocains contre GMT+1  Taoufik Bouachrine condamné à 12 ans d'emprisonnement Le Roi participe à Paris aux cérémonies du centenaire de l'armistice  Pas d'augmentation des tarifs de la vignette auto en 2019 au Maroc (Gouvernement) Le PIB agricole a augmenté en moyenne de 5,25% depuis le lancement, il y a 10 ans, du Plan Maroc Vert pour s'établir à 125 milliards de DH en 2018 A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Ouac-Ouac
Mondial 2026 : Le Maroc décroche une défaite glorieuse
C’est la douche froide dans le camp marocain. Mercredi 13 juin, la déception se lisait sur les visages de Moulahom Hafid et compagnie qui s’efforçaient de faire contre mauvaise fortune bon cœur.
 
La logique a prévalu dans le vote pour l’organisation de la coupe du monde de football 2026 organisé mercredi 13 juin à Moscou. La candidature marocaine a été battue par celle du trio américain (USA-Canada-Mexique) qui a remporté haut le pied cette compétition (134 voix contre 65) où le Maroc a péché de bout en bout par absence de réalisme politique et de réalisme tout court. Sauf miracle, le Maroc n’avait objectivement aucune chance, comme nous l’avons expliqué dans des articles précédents, de remporter la partie face à un adversaire de taille. Résultat : Le Maroc s’est fait éconduire pour la cinquième fois de son histoire. Après les déceptions de 1994, 1998, 2006, 2010, le gâchis de 2026 ! Avec un palmarès aussi riche, le Royaume mérite la coupe du monde des candidatures hasardeuses et inabouties. Cette affaire commence à bien faire, surtout que ces tentatives infructueuses ont englouti des budgets colossaux. On va encore nous dire que la sixième fois sera la bonne et que le rêve peut encore se réaliser ? Le pays est-il devenu à ce point accro aux défaites ? Entre autosatisfaction et naïveté, l’équipe de Moulahom a cru jusqu’au bout que l’impopularité de Trump dans plusieurs coins du monde pouvait jouer en faveur du dossier marocain. Erreur sur toute la ligne d’attaque et de défense. Les intérêts politiques géostratégiques transcendent la nature de la personnalité du locataire de la Maison Blanche. D’ailleurs, les résultats du vote ont montré clairement que les écarts verbaux et les provocations spectaculaires de tweeting Trump ont pesé moins lourd dans la balance que la superpuissance incarnée par les Etats-Unis et les intérêts colossaux qui les lient dans plusieurs domaines avec de nombreux pays. Preuve, plusieurs pays arabes (Arabie Saoudite, Emirats-arabes-unis, Bahreïn, Liban, Koweït et l’Irak), censés accorder leurs voix au « pays frère au nom de la solidarité arabe ont voté United des deux pieds… C’est là où l’on voit particulièrement que les votants ont dans leur majorité choisi d’abord le camp de la superpuissance et des intérêts stratégiques et au-delà tout ce qu’il est concrètement : le sanctuaire du développement, de l’innovation, du progrès et de l’efficacité. Difficile de demander à des pays fussent-ils arabes et réputés frères qui doivent leur protection à l’Oncle Sam de s’en détourner au nom d’une solidarité arabe qui n’a jamais dépassé le stade de la « verbalité » et du verbiage. En revanche, un grand salut à l’Algérie voisine et aux autres nations africaines qui dans leur majorité ont respecté leur engagement de voter pour le Maroc. Le comité organisateur marocain a tenté de nous faire croire que la candidature américaine était handicapée par un certain nombre d’éléments comme le décalage horaire, l’éloignement des pays organisateurs ou le risque que beaucoup de supporters désireux de se rendre aux Etats-Unis se voient refuser le visa. Dans cette affaire, ce n’est pas la qualité technique du projet marocain qui est en cause. Le Royaume a présenté un programme défendable qui a d’ailleurs été validé par la Task Force de la Fifa même si la disparité entre les deux dossiers est évidemment énorme en termes d’infrastructures et de ressources. Mais on peut toujours se consoler en se disant que le Maroc a décroché une défaite glorieuse puisqu’il a osé se frotter à trois géants mondiaux. On prépare alors la raclée de 2030 ?
 
 

à lire aussi :
Laftit pour désamorcer la colère
Pour sa première mission après sa nomination comme ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, accompagné du ministre délégué Noureddine...
La drôle de carte de BMCI
Incroyable mais vrai comme un billet de banque qui vient de sortir d’une planche à tunes officielle! Dix huit mois après un voyage à Paris, la banque BMCI appelle son...
Les futures blouses blanches malades...
Décidément, le ministre de la Santé, El Haussaine Louardi, a réussi l’exploit de faire l’unanimité contre lui. Après les infirmiers, les...
Cordon bleu chez Yoma Coffee Kitchen
Il fait un froid de Canard ces derniers jours. Il n’y en a que pour les soupes et bouillons, couvertures et bouquins, chauffages et grippes… Dans un monde idéal nous mangerions...