Dernière minute ...
Environ 440.000 candidats, dont 48% de filles, passent le Bac au titre de la session de juin 2018, une hausse de 9,68% par rapport à 2017 L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Ouac-Ouac
Jerada, chronique macabre permanente
Malgré les morts qu’elles provoquent régulièrement, les mines désaffectées de Jerada sont toujours fréquentées au péril leur vie par les jeunes désœuvrés de cette ancienne province minière enclavée. Dimanche 3 mai, un drame y est encore survenu après l’effondrement partiel d’une de ces galeries traditionnelles, causant la mort de deux hommes âgés de 33 et 42 ans, dans la commune de Sidi Boubker. Les deux corps inertes ont été extraits de l’intérieur de la galerie par leurs compagnons qui ont eu la vie sauve. Au moment du sauvetage, l’une des victimes était encore vivante. Evacuée dans un état grave en urgence sur l’unité des soins intensifs du centre hospitalier universitaire d’Oujda, elle ne tardera pas à succomber à ses blessures. En décembre dernier, la mort de deux jeunes frères dans un puits clandestin d’extraction de charbon a suscité une vive émotion chez la population locale et réveillé sa colère. À travers des manifestations qui ont duré plusieurs jours, plusieurs habitants sont battu le pavé pour dénoncer la marginalisation de leur ville tout en réclamant l’amélioration de leurs conditions de vie. Nombre de manifestants ont exprimé haut et fort leurs revendications qui concernent principalement la création d’emplois dans la région et la promotion d’activités de substitution à l’activité d’extraction du charbon ainsi que la réduction des factures jugées élevées d’eau et d’électricité. Le gouvernement a entendu le cri de désespoir des habitants et leur a fait une foule de promesses censées améliorer leur quotidien très difficile. Depuis, Jerada, qui s’est retrouvé sans alternative économique viable suite à la fermeture de mines au début des années 90, vit au rythme de chroniques macabres, les jeunes de la région continuant à descendre dans les galeries de la mort pour y extraire du charbon à la main revendent ensuite aux trafiquants. En mars 2018, une vingtaine de manifestants ont été arrêtés suite à des troubles à l’ordre public. Conséquence de cette réponse sécuritaire, certains d’entre eux ont été condamnés le 20 avril dernier à des peines allant de quatre mois à un an de prison avec sursis. Si la tension sociale a baissé dans la province, celle-ci reste toujours une mine de problèmes, ne faisant parler d’elle que par le fait divers tragique.
 
 

à lire aussi :
La guerre du bac
Les fraudeurs du bac ont eu raison de la fermeté affichée du ministre de l’Education national Rachid Belmokhtar. Celui-ci avait assuré que le bac 2015 sera...
Après les jupes d’Inezgane, la robe de Safi
Si le procès des «jupes» a été une victoire judiciaire pour les défenseurs des libertés individuelles, cette affaire n’a malheureusement pas servi...
Le viol autant ravageur que la tentative de viol
Après Imane, c’est au tour de Khaoula. Quelle est la prochaine sur la liste ?  Une énième «tentative» de viol dont le procès s’est ouvert le 5...
Marrakech : la politique ordurière du maire islamiste
Les opérateurs touristiques de Marrakech attendaient la première grande décision islamiste visant à développer le tourisme dans la cité ocre et à...