Dernière minute ...
Le parquet de Tokyo a décidé vendredi 11 Janvier 2019 de retenir deux nouvelles inculpations contre Carlos Ghosn Les ménages marocains pessimistes pour l'année 2019 (HCP) 13,75 tonnes de résine de cannabis saisis samedi 05 Janvier 2019 au Port Tanger Med  Des données personnelles de centaines de responsables allemands, dont Merkel, divulguées sur internet Meurtres d'Imlil : le BCIJ arrête 17 complices (Le ministre de l'Intérieur le 24/12/2018) La crise des Gilets jaunes aura coûté 0,2 point de PIB à la croissance en France  à fin 2018 (Insee) Guides touristiques non formés : la phase transitoire passera à 6 ans Agriculture: 18 milliards de DH pour booster les produits du terroir 68% des Marocains contre GMT+1  Taoufik Bouachrine condamné à 12 ans d'emprisonnement Le Roi participe à Paris aux cérémonies du centenaire de l'armistice  Pas d'augmentation des tarifs de la vignette auto en 2019 au Maroc (Gouvernement) Le PIB agricole a augmenté en moyenne de 5,25% depuis le lancement, il y a 10 ans, du Plan Maroc Vert pour s'établir à 125 milliards de DH en 2018 A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Confus de Canard
Sale temps pour les vaches à lait
Au Maroc, les responsables donnent de plus en plus l’impression d’avoir perdu la main face à la toute-puissance des réseaux sociaux. Ce sont les facebookeurs allumés par les officines locales profitant à fond de l’anonymat du Net pour les manipuler comme ils veulent qui mènent la danse. Insensible aux arguments de bon sens mais très facilement manipulable, cette masse connectée, tous les partis en mal d’audience cherchent à la courtiser en défendant ses revendications, à commencer par l’Istiqlal qui voyant là l’occasion de rebondir politiquement est allé jusqu’à proposer une loi de finances rectificative censée apaiser un climat social très tendu. Mais le plus grave dans l’affaire c’est que le non moins virtuel Premier ministre Al Othmani semble ne pas bien saisir les objectifs inavoués de ce mystérieux mouvement de boycott qui sous couvert de dénonciation de la vie chère est en train de déraper gravement en prenant l’allure d’un acte de sabotage du tissu productif national. Là où il était censé annoncer des mesures ferme contre les initiateurs plus ou moins anonymes de cette campagne de destruction massive (les pages à l’origine du boycott étant domiciliés sous de faux profils au Canada, Bré- sil et au Japon) avec l’air de celui qui ne s’en laisse pas conter et qui est déterminé à protéger le pays et son économie contre les fauteurs de trouble revanchards , le patron des islamistes déclare bizarrement «comprendre les revendications des jeunes de Facebook». A côté de la plaque. Sauf à vouloir faire preuve de duplicité, coutumière aux islamistes, l’attitude de Al Othmani est pour le moins étonnante. Un Premier ministre avisé ne devrait pas dire ça. Encore moins cautionner un communiqué où l’exécutif qu’il dirige supplie presque les boycotteurs de cesser leur désamour envers Centrale Danone en les invitant à «apprécier la situation à sa juste valeur et à éviter davantage de dommages pour les agriculteurs, le secteur agricole et l'investissement national en géné- ral», tout en omettant de mentionner les deux autres entreprises nationales, les Eaux Miné- rales d’Oulmès et Afriquia, visées par le même boycott. Il est tellement effrayé par la menace sérieuse que fait peser le mouvement de boycott sur la filière du lait qui fait vivre plusieurs milliers de fellahs et de familles dans le monde rural qu’il a oublié d’avoir une pensée pour les deux entreprises tout aussi pénalisées par le boycott. Cette négligence lui a valu ce procès d’intention : celui de ne se soucier que de l’avenir d’une entreprise française et pas de celui des deux autres sociétés 100% marocaines. En licenciant près de 900 intérimaires et en réduisant presque d’un tiers sa collecte du lait auprès des éleveurs, Centrale Danone a refilé la patate chaude au gouvernement. Le boycott n’est plus son problème. En se prolongeant au-delà du raisonnable, il est devenu aussi et surtout celui du gouvernement qui se retrouve avec un gros problème social sur les bras autrement plus sensible à ses yeux que celui du carburant ou l’eau de source. Bien main celui qui peut prévoir l’issue de ce mouvement ou comment ce gouvernement très fort quand il s’agit de multiplier les sorties malheureuses et hasardeuses pourrait apprivoiser ce mouvement de très méchante humeur bien parti pour se radicaliser et freiner une dynamique maléfique qui risque de s’étendre à d’autres secteurs. Le festival Mawazine que les islamistes au pouvoir ont naguère vertement critiqué est déjà dans le viseur des boycotteurs. Difficile de ne pas déceler dans cette radicalisation de la société la responsabilité morale directe ou indirecte des islamistes et de leurs discours nourris au populisme ravageur.
Abdellah CHANKOU

à lire aussi :
La jungle des panneaux
Il ne manquait plus que les taxis soient transformés en supports publicitaires pour que la boucle soit bouclée. Désormais c’est chose faite après le feu vert...
La révolte des nouveaux pauvres
On a désormais la confirmation de ce que nous avons été les premiers à écrire au Canard : la campagne de boycott des produits de grands groupes marocains (Afriquia,...
Pour une ruralité dynamique et créative
A la faveur des instructions royales devant le Parlement, le Maroc se dirige vers l’élaboration d’un Plan Maroc Vert nouvelle génération visant, ainsi que l’a...
Trump, c’est Trump
Un adage bien marocain dit : faire le fou permet de gagner. Et c’est cet adage qui s’applique bien à Donald Trump. Il est certain que le président américain...