Dernière minute ...
La 14ème édition du Salon International de l’Agriculture au Maroc (SIAM) se tiendra du 16 au 21 avril à Meknès  Le tribunal de Tokyo a annoncé mardi 22 janvier 2019 le rejet d'une nouvelle demande de libération sous caution de Carlos Ghosn Jean-Dominique Senard, le patron de Michelin,  nommé jeudi 24 janvier 2019 nouveau Président de Renault juste après la démission de Carlos Ghosn Le parquet de Tokyo a décidé vendredi 11 Janvier 2019 de retenir deux nouvelles inculpations contre Carlos Ghosn Les ménages marocains pessimistes pour l'année 2019 (HCP) 13,75 tonnes de résine de cannabis saisis samedi 05 Janvier 2019 au Port Tanger Med  Des données personnelles de centaines de responsables allemands, dont Merkel, divulguées sur internet Meurtres d'Imlil : le BCIJ arrête 17 complices (Le ministre de l'Intérieur le 24/12/2018) La crise des Gilets jaunes aura coûté 0,2 point de PIB à la croissance en France  à fin 2018 (Insee) Guides touristiques non formés : la phase transitoire passera à 6 ans Agriculture: 18 milliards de DH pour booster les produits du terroir 68% des Marocains contre GMT+1  Taoufik Bouachrine condamné à 12 ans d'emprisonnement Le Roi participe à Paris aux cérémonies du centenaire de l'armistice  Pas d'augmentation des tarifs de la vignette auto en 2019 au Maroc (Gouvernement) Le PIB agricole a augmenté en moyenne de 5,25% depuis le lancement, il y a 10 ans, du Plan Maroc Vert pour s'établir à 125 milliards de DH en 2018 A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le migrateur
Algérie : La momie saison 5
En Algérie, la farce d’un nouveau mandat pour Abdelaziz Bouteflika, le président fantoche qui n’est plus que l’ombre de lui-même, n’amuse plus grand monde. Une lettre signée par des personnalités de la société civile conjure les gens du pouvoir à revoir leurs cartes. On y retrouve des universitaires qui interviennent régulièrement dans les médias mais aussi d'anciens candidats à l'élection présidentielle comme Ahmed Benbitour ou l'écrivain Yasmina Khadra, ou encore le leader du parti Jil Jadid Sofiane Djilali. Des intellectuelles algé- riennes donc, mais aussi des figures politiques qui demandent à Abdelaziz Bouteflika de «renoncer au 5e mandat» et à ne pas se représenter à l'élection présidentielle prévue en 2019. «Nous vous interpellons en faveur de la seule et unique décision qui puisse ouvrir une ère nouvelle pour le pays, où l'intérêt général sera mis au-dessus de l'intérêt des hommes : votre renoncement au cinquième mandat !», affirment les 14 signataires de la missive. L'appel a été notamment signé par Ahmed Benbitour, ancien chef du gouvernement actuellement dans l'opposition, Soufiane Djilali, président du jeune parti d'opposition Jil Jadid (Nouvelle génération) et Amira Bouraoui, militante à l'origine du mouvement Barakat (Ça suffit !) qui s'est imposé sur la scène politique en 2014 en incarnant l'opposition à un 4e mandat du pré- sident Bouteflika. « Les résultats de la politique qui a été menée sous votre parrainage sont, à tout le moins, loin de répondre aux attentes légitimes des Algériens. Votre long règne sur le pays a fini par créer un régime politique qui ne peut répondre aux normes modernes de l'Etat de droit», affirment-ils, en s'adressant au président Bouteflika, malade et âgé de 81 ans. Le texte a également été signé par l'écrivain Yasmina Khadra, l'universitaire Fatiha Benabbou, le sociologue Nacer Djabi, qui avaient également milité contre un 4e mandat pour M. Bouteflika, au pouvoir depuis 1999. « Votre âge avancé et votre dramatique état de santé vous commandent de ne plus vous occuper des charges de l'Etat bien trop lourdes. A n'en pas douter, un autre mandat, serait un calvaire pour vous et pour le pays », souligne la lettre. Les apparitions du président algérien se sont raréfiées depuis un accident vasculaire cérébral (AVC) en 2013 qui a affecté sa motricité et son élocution. Mais il a assisté en mai à deux évènements publics, notamment le 15 mai en fauteuil roulant. A moins d'un an de la présidentielle prévue en avril 2019, les appels à un 5e mandat se multiplient parmi les partisans du président Bouteflika, qui n'a pas encore annoncé ses intentions. A ce sujet, les signataires de la lettre préviennent le chef de l'Etat algérien contre les "forces malsaines" qui "se mettent en branle pour vous indiquer le chemin du cinquième mandat", et l'appellent à "renoncer" au pouvoir. 

à lire aussi :
Au Zimbabwe, Mugabe lâche enfin prise
 "Moment historique", «transfert de pouvoir pacifique», «coup d’Etat»… Les réactions se succèdent mais ne se ressemblent pas toujours, au...
Le Yémen, cette guerre oubliée
Alors que les dirigeants internationaux se sont réunis à New-York, lors de l'assemblée générale des Nations Unies, personne ne semble se soucier de la situation au...
Mépris de haut vol
I l est désormais clair que les compagnies aériennes a m é r i c a i n e s – à l’image du président du pays ne reculent devant rien. Apparemment, seul...
À l'ONU, Trump se ridiculise
Donald Trump a fait rire mardi les dirigeants de la planète réunis à l'ONU en vantant, à la tribune de l'Assemblée générale à New York, son...