Dernière minute ...
Pas d'augmentation des tarifs de la vignette auto en 2019 au Maroc (Gouvernement) Le PIB agricole a augmenté en moyenne de 5,25% depuis le lancement, il y a 10 ans, du Plan Maroc Vert pour s'établir à 125 milliards de DH en 2018 Trump a suggéré « un mur le long du Sahara » pour freiner l'émigration !! A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Le Conseil des ministres approuve le projet de loi sur le service militaire Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Ouac-Ouac
Le mea culpa de Zuckerberg à Bruxelles
Le patron de Facebook, Mark Zuckerberg, a fait amende honorable et présenté ses excuses mardi 22 mai devant le Parlement européen, comme il l'avait fait il y a quelques semaines devant les parlementaires américains, pour les dé- faillances du réseau social dans la protection des données de ses utilisateurs. Défaillances illustrées par le scandale Cambridge Analytica. Celui-ci a pris une tournure gravissime lorsque Facebook a reconnu que la société d'analyse de données basée à Londres avait obtenu de manière inappropriée des informations de profil de plus de 50 millions d'utilisateurs de Facebook. Cambridge Analytica aurait ensuite utilisé ces données à des fins très contestables : aider à influencer des élections et des campagnes politiques à travers le monde. Costume sombre et cravate bordeaux, Mark Zuckerberg est apparu souriant mais un peu raide, assis à côté du président du Parlement, Antonio Tajani, attentif aux questions des chefs de groupes politiques de l'assemblée. L'audition à Bruxelles s'est tenue devant un public restreint mais a finalement été diffusée en direct sur internet, sous la pression de plusieurs formations politiques. Fausses informations, interférences de l'étranger dans des élections ou développeurs utilisant de façon mal attentionnée les informations personnelles: Facebook n'a pas pris ses responsabilités. « C'était une erreur, et je suis désolé », a reconnu Mark Zuckerberg dans son intervention. « Il est devenu évident, au cours des deux dernières années, que nous n'avons pas fait assez pour empêcher que les outils que nous avons créés soient aussi utilisés à des fins préjudiciables », a admis le jeune patron milliardaire. L’audition de Mark Zuckerberg intervient à trois jours de l'entrée en vigueur vendredi d'une législation européenne visant à mieux proté- ger les données personnelles des citoyens européens. Il a affirmé que le réseau social partageait entièrement les trois principes au cœur du nouveau règlement européen: « Contrôle, Transparence et Responsabilité ». Les excuses de Zuckerberg interpellent également les responsables marocains qui sont censés agir en légiférant à la lumière de l’appel mystérieux au boycott des trois entreprises marocaines. Une campagne ravageuse à plus d’un titre dont les instigateurs sont inconnus et insaisissables, profitant justement de l’anonymat qu’offre Facebook pour se livrer, à grands renfort de fake news, à des opérations de manipulation des esprits pour atteindre des objectifs inavoués. Un collectif associatif est monté lundi 21 mai au créneau pour réclamer un démantèlement de Facebook, arguant que « le réseau social tentaculaire a trop de pouvoir sur nos vies et sur notre démocratie ». Ces groupes ont créé un site internet et une page Facebook (décidé- ment le réseau social est incontournable !) pour recueillir des soutiens à une pétition destinée à la Commission américaine du commerce. Objectif affiché : obtenir que le réseau social scinde ses services et « impose des règles strictes sur la vie privée » se plaignent que leurs vies soient phagocytées par le plus grand réseau du monde qui compte plus de 2 milliards d’utilisateurs à travers le globe. « Nous savons à présent que nous n'avons pas fait suffisamment pour nous efforcer de prévenir les abus et réfléchir à la façon dont les gens utilisent ces outils pour causer du tort. », avait reconnu Zuckerberg lors d’une conversation avec la presse en avril dernier. Un tournant décisif dans la vie d’une plate-forme virtuelle hyperpuissante dont le président a jusque-là toujours évité d’assumer la responsabilité du contenu diffusé sur Facebook.
 
 

à lire aussi :
Tanger, le spectacle est ailleurs
C’est un peu le mantra de tous les responsables de la culture dans ce pays : « les Marocains privilégieraient la bonne chair au détriment de la culture». Très...
Les principaux profiteurs de la libéralisation
Le rapport parlementaire sur les hydrocarbures qui a fuité dans les médias bien avant sa discussion en commission des Finances de la première Chambre mardi 15 mai, ressemble...
Au secours, les poux attaquent !
Pas besoin de chercher des poux dans la tête de hamid Chabat ou de son tombeur islamiste, il faut désormais les traquer dans les écoles des quartiers populaires de Fès...
L'offshoring met les voiles
 Le secteur de l’offshoring fait encore parler de lui à la faveur de la fermeture brutale début janvier de l’enseigne Kindy Info Maroc délocalisée...