Dernière minute ...
Le parquet de Tokyo a décidé vendredi 11 Janvier 2019 de retenir deux nouvelles inculpations contre Carlos Ghosn Les ménages marocains pessimistes pour l'année 2019 (HCP) 13,75 tonnes de résine de cannabis saisis samedi 05 Janvier 2019 au Port Tanger Med  Des données personnelles de centaines de responsables allemands, dont Merkel, divulguées sur internet Meurtres d'Imlil : le BCIJ arrête 17 complices (Le ministre de l'Intérieur le 24/12/2018) La crise des Gilets jaunes aura coûté 0,2 point de PIB à la croissance en France  à fin 2018 (Insee) Guides touristiques non formés : la phase transitoire passera à 6 ans Agriculture: 18 milliards de DH pour booster les produits du terroir 68% des Marocains contre GMT+1  Taoufik Bouachrine condamné à 12 ans d'emprisonnement Le Roi participe à Paris aux cérémonies du centenaire de l'armistice  Pas d'augmentation des tarifs de la vignette auto en 2019 au Maroc (Gouvernement) Le PIB agricole a augmenté en moyenne de 5,25% depuis le lancement, il y a 10 ans, du Plan Maroc Vert pour s'établir à 125 milliards de DH en 2018 A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Ouac-Ouac
Les principaux profiteurs de la libéralisation
Le rapport parlementaire sur les hydrocarbures qui a fuité dans les médias bien avant sa discussion en commission des Finances de la première Chambre mardi 15 mai, ressemble à une auberge espagnole. Tout le monde y trouve son compte. Les contempteurs de la pression fiscale qui expliquent la supposée cherté des produits pétroliers au Maroc par leur surtaxation, TIC et TVA en particulier dont les recettes s’élèvent à plusieurs dizaines de milliards de DH. Et puis il y a ceux qui ont fait une lecture populiste de ce rapport largement médiatisé et commenté à l’image de l’ex-ministre du Budget Driss Azami Idrissi qui déclaré sans ciller : « Après la libération des prix [du carburant], s'est posée la problématique des marges. Le secteur a doublé ses bénéfices et le consommateur n'en a pas profité. C'est inacceptable ». M. Azami qui apprend vite parle comme son mentor : Abdelilah Benkirane. C’est à peine s’il ne prend ouvertement pas fait et cause pour la campagne du boycott. C’est au gouvernement de Benkirane que l’on doit la décision hasardeuse de libéraliser les prix des carburants. Le chef du groupe parlementaire du PJD dit assumer fièrement ce choix tout en reconnaissant que l’Etat en est le principal bénéficiaire. Là où il n’est pas convaincant, c’est lorsqu’il affirme que les économies dégagées au titre de la décompensation ont été investies dans les secteurs sociaux. Sans dire lesquels. En fait, il n’y en a pas. La seule action sociale à l’actif de M. Benkirane dans ce domaine aura été la création d’un fonds de soutien direct aux veuves en situation de précarité (plafonnée à 1050 DH par mois) qu’il avait défendu bec et ongles. Difficile de ne pas voir dans ce projet encourageant l’assistanat au lieu de l’effort une opération d’autant plus électoraliste qu’elle coïncidait avec les élections législatives de 2016 qui ont de nouveau consacré le PJD première force politique du pays. Autrement dit, une partie de l’excédent dégagé par la suppression de la subvention des carburants a permis aux islamistes de carburer aux élections. Le seul résultat obtenu l’aura été au bénéfice de la formation de Benkirane. Subventionner une base préalablement définie et identifiée de 300.000 veuves est politiquement beaucoup plus rentable que de laisser le robinet de la subvention des carburants ouvert pour l’ensemble de la population motorisée. Autre grand profiteur de la libéralisation n’est autre que Total Maroc, le numéro 3 du marché, qui a triplé ses bénéfices après la libéralisation. Un communiqué de l’entreprise n’a-t-il pas fait état d’un excellent premier semestre 2017 avec un bénéfice dépassant les 480 millions de DH ? Cette belle performance a été certainement réalisée aux dépens du consommateur. Pour désamorcer ce psychodrame national sur les prix des carburants à la pompe, le PJD recommande un retour à un dispositif de prix plafonnés. Cette proposition d’encadrement des prix à la pompe est un aveu de l’échec de la politique libéralisation du marché des hydrocarbures adoptée par le gouvernement Benkirane. Dans un pays non producteur de pétrole et où le pouvoir d’achat s’érode de jour en jour, cette décision est socialement intenable. Certes, la décompensation a été mise en œuvre dans un contexte de baisse des cours du pétrole à l’international. Mais le marché étant loin d’être figé, rien ne garantissait que ces derniers n’allassent pas de nouveau reprendre leur envolée. Pour preuve, le prix du baril qui était à 27 dollars début 2016 affiche aujourd’hui 78 dollars. Ce qui indique que les cours de l’or noir sont sur un trend haussier. Imaginons le scénario suivant : le pétrole retrouve ses niveaux de hausse historique qui ont dépassé la barre des 130 dollars. Pour le Marocain, ce sera un gigantesque coup de pompe…
 
 
 

à lire aussi :
L'offshoring met les voiles
 Le secteur de l’offshoring fait encore parler de lui à la faveur de la fermeture brutale début janvier de l’enseigne Kindy Info Maroc délocalisée...
La guerre du bac
Les fraudeurs du bac ont eu raison de la fermeté affichée du ministre de l’Education national Rachid Belmokhtar. Celui-ci avait assuré que le bac 2015 sera...
La résidence Baylone de Marrakech toujours prise en otage
 Le cauchemar continue... La cour d’appel de Marrakech a fait son travail. Elle a confirmé le 18 septembre 2017 la peine de 18 mois de prison ferme prononcée à...
Coca-Cola, une tueuse en masse ?
On le savait depuis longtemps, boire du Coca et autres boissons sucrées est mauvais pour la santé. Ce que l’on ignorait, c’était le chiffre inquiétant du...