Dernière minute ...
Marathon des sables 2018: Rachid El Morabity remporte son 6ème titre Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Samedi 14 avril,  00h55 GMT : de fotes explosions entendues à Damas, Trump a ordonné des frappes contre la Syrie avec la participation de la France et la Grande Bretagne Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc CAF 2018: Le WAC remporte sa première super coupe Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Vote à l’AG de l’ONU sur Jérusalem :  Sur 193 pays membres, 128 ont dit non à la décision de Trump, 9 oui et 35 se sont abstenus  Le ministre ivoirien de l'Industrie et des Mines Jean Claude Brou est le nouveau président de la Commission de la CEDEAO Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L'Autriche est le seul pays de l'UE où l'extrême droite participe au gouvernement Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  Moody’s : " les perspectives pour le système bancaire marocain sont positives" Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Canard +
Iran : Le Maroc fait coup double
Si le Maroc a justifié la décision de rompre ses relations diplomatiques avec l’Iran par le soutien apporté par son allié chiite le hezbollah au Polisario, une tout autre lecture politique en a été faite par la cabinet britannique d’analyse stratégique des événements mondiaux Oxford Analytica. «Cette rupture des relations avec l’Iran est une mesure relativement peu coûteuse pour s’attirer les faveurs de l’Arabie saoudite et des Émirats arabes unis », croit savoir ce cabinet. Pour ce dernier, Rabat cherche en rompant avec l’Iran de plaire aux autorités saoudiennes et émiraties qui n’ont pas apprécié la neutralité de la diplomatie marocaine dans la crise avec le Qatar. En effet, le Maroc n’a pas participé au boycott de Doha et il s’est même permis en guise de solidarité d’envoyer une aide alimentaire à l’émirat mis au ban en juin 2017 par ses puissants voisins. Ce qui a provoqué un froid dans le relation du Maroc avec les deux principales monarchies du Golfe. « Les relations du Maroc avec les pays du Golfe arabe sont critiques. L’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ont fourni au Maroc des milliards de dollars d’aides depuis 2011 et le Qatar demeure un investisseur important. Malgré cela, le Maroc préfère garder ses distances des conflits internes du Golfe», lit-on dans cette analyse dont les auteurs ont affirmé que la décision marocaine de rompre avec l’Iran, bête noire jusqu’à l’obsession de l’Arabie Saoudite, est également de nature à améliorer les relations du Maroc avec l’administration Trump, notamment sur le volet du Sahara marocain. Le retrait des Etats-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien, annoncé par le président Trump, mardi 8 mai, donne une certaine résonance à l’anticipation marocaine sur ce dossier international sensible qu’est celui du pays des Mollahs et permet de repositionner le Maroc sur l’échiquier complexe de la péninsule arabique
 
 

à lire aussi :
Ils en ont marre d’El Omari
Ilyas El Omari, conscient qu’il est trop encombrant jusque dans le camp de ses proches les plus fidèles, s’est résigné enfin à démissionner. Une...
Congrès du PPS : Benabdallah pour changer
Le parti du progrès et du socialisme (PPS) organise son dixième congrès national les 11, 12 et 13 mai, à Bouznika. Secrétaire général sortant,...
Football : la FIFA s’invite aux élections de la FRMF
 La Fédération internationale de football (FIFA) a demandé à la royale marocaine de football (FRMF), de reporter l’assemblée élective du nouveau...
Le Plan Maroc Vert séduit en Australie
Le Plan Maroc Vert intéresse au-delà de la frontière et pas seulement en Afrique. L'ambassadeur d'Australie résident au Maroc, Berenice Owen-Jones, a souligné,...