Dernière minute ...
Marathon des sables 2018: Rachid El Morabity remporte son 6ème titre Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Samedi 14 avril,  00h55 GMT : de fotes explosions entendues à Damas, Trump a ordonné des frappes contre la Syrie avec la participation de la France et la Grande Bretagne Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc CAF 2018: Le WAC remporte sa première super coupe Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Vote à l’AG de l’ONU sur Jérusalem :  Sur 193 pays membres, 128 ont dit non à la décision de Trump, 9 oui et 35 se sont abstenus  Le ministre ivoirien de l'Industrie et des Mines Jean Claude Brou est le nouveau président de la Commission de la CEDEAO Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L'Autriche est le seul pays de l'UE où l'extrême droite participe au gouvernement Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  Moody’s : " les perspectives pour le système bancaire marocain sont positives" Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le Maigret du Canard
L’expérience entrepreneuriale au Maroc (1)
L’expérience du développement entrepreneurial au Maroc est relativement jeune, puisqu’elle n’a qu’une trentaine d’années. Elle peut être résumée en quelques initiatives et programmes publics et privés qui ne couvrent que partiellement le besoin du pays en matière de création d’entreprise. Les programmes de soutien les plus connus sont : le programme Crédit jeunes promoteurs (CJP) initié en 1987 et le programme, démarré vingt ans après, Moukawalati.

Le CJP est un programme d’appui à la création d’entreprise sous forme de prêts de soutien pour les jeunes de 21 à 40 ans qui ont un diplôme d’enseignement supérieur ou de formation professionnelle. L’objectif assigné à ce programme était de permettre de réaliser entre 2000 à 3000 entreprises par an dans le secteur de l’industrie, principalement. Douze ans après son lancement, le bilan de ce programme a été très en deçà des prévisions. De même, alors que l’Etat voulait promouvoir le secteur de l’industrie, c’est le secteur tertiaire qui représente 80% des créations.

Plusieurs leçons ont été tirées de ce programme de promotion de la création d’entreprises.  La première est que le financement est une condition nécessaire mais non suffisante pour promouvoir la création d’entreprise. La seconde, c’est que sans engagement du système bancaire, ces programmes de promotion ne peuvent réussir. Ce qui a manqué, également, à ce programme, c’est la formation et l’accompagnement des jeunes promoteurs, compléments nécessaires aux facilités de financement. Enfin, un autre obstacle auquel devaient faire face les promoteurs est la lenteur administrative qui annihile les efforts et décourage les plus entreprenants.

Vingt ans après le programme CJP, a été Lancé le programme Moukawalati. La spécificité du programme Moukawalati, est qu’hormis la dimension financière du projet, l’appui prévoit un accompagnement des jeunes à long terme ainsi que des formations en management. Ce programme prévoyait la création de 30.000 entreprises par an.

Les résultats escomptés n’ont pas, là non plus, été atteints. Entre 2007 et 2011, seulement 2050 entreprises ont été créées, 410 créations par an, soit un taux de réalisation de 6,8%. Le nombre d’emplois créés est de 6180 soit 7% par rapport aux prévisions qui étaient, rappelons-le, de 90.000 emplois. Même les financements engagés n’ont atteint que 45% de ce qui était prévu, alors que le programme avait pour but de faciliter le financement bancaire des TPE créées par les jeunes chômeurs. Les faibles résultats réalisés par ce programme ont poussé finalement l’Etat à arrêter complétement son financement en 2010.

Pour expliquer l’échec du programme Moukawalati, ont été invoquées, principalement, la lourdeur des procédures de création, la faible coopération entre la Caisse Centrale de Garantie et les banques, les contraintes financière des jeunes et leur manque d’expérience.

Vingt ans séparent les deux programmes nationaux de promotion de la création d’entreprise par les jeunes. Leurs résultats ont été très faibles. Malgré l’avènement des centres régionaux des investissements, avec leur guichet création d’entreprise, et beaucoup d’autres initiatives de banques et de plusieurs associations, qui ont toutes cherché à sensibiliser à la création, le constat est sans ambages, l’activité entrepreneuriale au Maroc ne décolle pas. (À suivre)

Rachid M’Rabet

à lire aussi :
Le crash d’une imposture
 Une vérité éclatante a émergé des décombres de l’appareil de l’armée algérienne qui s’est écrasé mercredi...
Engagement royal à Brazzaville
Lors d'un sommet pour la préservation et le développement du fleuve Congo et la forêt équatoriale, le Roi Mohammed VI a réaffirmé - une fois encore - son...
Un boycott qui ne coule pas de source
Si les produits liquides des trois marques nationales, Sidi Ali, Centrale Danone et Afriquia, objet d’un appel mysté- rieux au boycott lancé sur Internet, ont en commun...
Pourquoi Kabbaj s'est fait Débarquer
En raison d’une gestion défaillante du port de plaisance de Marina Smir par Marina Marbella choisie par Interedec  Holding comme gestionnaire de ce premier port de plaisance au...