Dernière minute ...
La 14ème édition du Salon International de l’Agriculture au Maroc (SIAM) se tiendra du 16 au 21 avril à Meknès  Le tribunal de Tokyo a annoncé mardi 22 janvier 2019 le rejet d'une nouvelle demande de libération sous caution de Carlos Ghosn Jean-Dominique Senard, le patron de Michelin,  nommé jeudi 24 janvier 2019 nouveau Président de Renault juste après la démission de Carlos Ghosn Le parquet de Tokyo a décidé vendredi 11 Janvier 2019 de retenir deux nouvelles inculpations contre Carlos Ghosn Les ménages marocains pessimistes pour l'année 2019 (HCP) 13,75 tonnes de résine de cannabis saisis samedi 05 Janvier 2019 au Port Tanger Med  Des données personnelles de centaines de responsables allemands, dont Merkel, divulguées sur internet Meurtres d'Imlil : le BCIJ arrête 17 complices (Le ministre de l'Intérieur le 24/12/2018) La crise des Gilets jaunes aura coûté 0,2 point de PIB à la croissance en France  à fin 2018 (Insee) Guides touristiques non formés : la phase transitoire passera à 6 ans Agriculture: 18 milliards de DH pour booster les produits du terroir 68% des Marocains contre GMT+1  Taoufik Bouachrine condamné à 12 ans d'emprisonnement Le Roi participe à Paris aux cérémonies du centenaire de l'armistice  Pas d'augmentation des tarifs de la vignette auto en 2019 au Maroc (Gouvernement) Le PIB agricole a augmenté en moyenne de 5,25% depuis le lancement, il y a 10 ans, du Plan Maroc Vert pour s'établir à 125 milliards de DH en 2018 A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le Maigret du Canard
La douane, meilleure affaire du Maroc
Connaissez-vous la meilleure affaire du Maroc ?  Attijari ? Vous n’y êtes pas ? Marsa Maroc ?  Vous n’y êtes toujours pas ? Les carrières de sable ? Non plus.  La meilleure entreprise nationale qui génère du cash s’appelle l’administration des douanes !  Les recettes de cette administration ont atteint en 2017 la bagatelle de près de 95 milliards de DH, soit une progression de 5,1% par rapport à l’exercice précédent. Ce qui est un record où la TVA est intervenu à hauteur de 58% et la TIC autour de 31%. Résultat : l’action des gabelous a contribué à hauteur de 39,4% aux recettes fiscales globales. Ça s’arrose !  

Dans son rapport annuel, le douane explique les secrets de cette performance rendue possible grâce à la croissance de l’ensemble des droits et taxes recouvrés, hormis les droits d’importations. Ceux-ci ont baissé  de 5%, impactés certainement par le recul des taxes sur le blé importé  (-807 MDH soit 676,6 MDH cette année contre 1 483 MDHs un an auparavant). Et pour cause,  le Maroc a réalisé en 2017 une récolte céréalière record de plus de 100 millions de quintaux. Du coup, décision a été prise par le gouvernement de rétablir les droits d’importation du blé à 30% au lieu des 135% en vigueur pour les années précédentes marquées par une récolte moyenne . S’agissant des autres indicateurs, ils  sont tous au vert, les hors blé ayant progressé de 4,4%, la Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA, +7,4%), la Taxe Intérieure de Consommation (TIC, +4,8%) et la Redevance Gozoduc (+1,6%).

Or, dans le contexte national marqué par l'érosion continue du pouvoir d'achat, la hausse des droits de douanes  doit-elle être vraiment considérée comme un exploit ? Pour les experts, il s’agit plutôt d’une contre-performance, puisque les importations ont progressé de +6,5% alors les droits de douanes n'ont augmenté que de 5,1%, étant entendu que les principaux prélèvements (TVA et TIC) sont quasi proportionnels aux valeurs importées. Cependant, la douane a marqué des points notamment sur deux principaux fronts, la lutte contre la contrefaçon et  la sous-facturation.

Sous-facturation

Sur le premier phénomène, quelque  5,23 millions d’articles contrefaits ont été saisis en 2017, contre 2,25 millions en 2016. Pour la deuxième pratique, la vigilance de la douane a permis de porter le montant des valeurs déclarées redressées en 2017 à un peu plus de 10 milliards de DH, générant  ainsi quelque 2,76 milliards de DH en droits et taxes additionnels. Cependant, il convient de relever qu’une lutte intense et efficace contre le phénomène de la sous-facturation aurait permis de faire progresser davantage les montants collectés par  rapport à la valeur des importations. Une chose est sûre : Toute progression des droits de douanes est souvent répercutée par les opérateurs sur les prix de vente aux consommateurs réduisant ainsi leur pouvoir à dur concurrence. Par ailleurs, de l’autre côté de la balance, les exportations ont, certes, suivi la cadence haussière mais pas au même rythme. En 2017, elles ont  affiché un total de 245,1 MMDH au lieu de 224 MMDH en 2016, soit une hausse 9,4%. Ce qui s’est traduit par une aggravation de 2,6% du déficit commercial, selon les derniers chiffres de l’Office des Changes. 

La différence entre les exportations du Maroc et ses importations s’élève ainsi à 189,8 milliards de DH (16,7 milliards d’euros), contre 185 milliards de DH l’année précédente. A quand les trophées de l’import ?

à lire aussi :
Les Nouvelles Tendances du management (fin)
Cependant, il ne faut pas se faire d'illusion, la complexité des problèmes contemporains est telle que beaucoup d'efforts seront encore nécessaires pour renouveler les fondements...
Le PJD en marche vers la sanction ?
Après trois années de gestion de la plus grande ville du pays, le parti islamiste a réussi à masquer son inexpérience en surjouant la...
L’homme qui voulait faire chanter le Maroc
Se faisant passer pour un champion du monde du light-boxing, celui a porté plainte contre le patron de la DST pour torture n’est en fait qu’un petit repris de...
Casablanca fait peur
L’insécurité a atteint des proportions inquiétantes dans certains quartiers de Casablanca. Aucun secteur n’est désormais épargné. Les habitants...