Dernière minute ...
La 14ème édition du Salon International de l’Agriculture au Maroc (SIAM) se tiendra du 16 au 21 avril à Meknès  Le tribunal de Tokyo a annoncé mardi 22 janvier 2019 le rejet d'une nouvelle demande de libération sous caution de Carlos Ghosn Jean-Dominique Senard, le patron de Michelin,  nommé jeudi 24 janvier 2019 nouveau Président de Renault juste après la démission de Carlos Ghosn Le parquet de Tokyo a décidé vendredi 11 Janvier 2019 de retenir deux nouvelles inculpations contre Carlos Ghosn Les ménages marocains pessimistes pour l'année 2019 (HCP) 13,75 tonnes de résine de cannabis saisis samedi 05 Janvier 2019 au Port Tanger Med  Des données personnelles de centaines de responsables allemands, dont Merkel, divulguées sur internet Meurtres d'Imlil : le BCIJ arrête 17 complices (Le ministre de l'Intérieur le 24/12/2018) La crise des Gilets jaunes aura coûté 0,2 point de PIB à la croissance en France  à fin 2018 (Insee) Guides touristiques non formés : la phase transitoire passera à 6 ans Agriculture: 18 milliards de DH pour booster les produits du terroir 68% des Marocains contre GMT+1  Taoufik Bouachrine condamné à 12 ans d'emprisonnement Le Roi participe à Paris aux cérémonies du centenaire de l'armistice  Pas d'augmentation des tarifs de la vignette auto en 2019 au Maroc (Gouvernement) Le PIB agricole a augmenté en moyenne de 5,25% depuis le lancement, il y a 10 ans, du Plan Maroc Vert pour s'établir à 125 milliards de DH en 2018 A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Côté Basse Cour
Un homme de lettres nommé Lakjaâ
A la faveur de la candidature du Maroc à l’organisation du mondial 2026, le président de la FRMF  vient de se découvrir  une vocation pour un nouveau sport : l’envoi de lettres de contestation au président de la Fifa au sujet de la procédure de notation  (scoring system) adoptée par la Fifa. Une procédure que le grand Fouzi Lekjaa considère comme un stratagème pour disqualifier le dossier marocain et priver  le Royaume de la séance de vote où il aurait plus de chances face au trio des puissances américaines emmenées par les Etats-Unis de Trump l’impopulaire. Par ses provocations récurrentes envers nombre de pays, ce dernier est devenu à son corps défendant le meilleur atout de la candidature du Maroc, étant entendu que sur le papier (qualité des infrastructures et assises financière), il n’ y a pas match.  

Si les matchs de football en tant que tels sont transparents bâtis sur le principe que le meilleur gagne, tel n’est pas le cas du match pavé de tacles insidieux conduisant à l’organisation de la fête planétaire du ballon rond. Entre les promesses de soutiens récoltées par la candidature marocaine auprès des pays amis ou supposés et la réalité de ce que seront les votes qui mèneront le jour J à la désignation du pays hôte, il y a tout un monde fait de non-dits et d’hypocrisie. Seule exception, l’Arabie Saoudite dont les dirigeants sportifs ont  dévoilé officiellement leur préférence : le vote de Riyad ira aux Américains. Le contraire serait impensable pour un pays de plus en plus vassalisé par Donald Trump. Ce coup de canif à la «solidarité arabe» (elle n’a jamais vraiment  existé que dans la rhétorique) a offusqué les responsables marocains et installé un nuage dans le ciel jusqu’ici  amical et serein des relations maroco-saoudiennes. Combat perdu d’avance pour le Maroc sachant que le président de la FIFA Gianni Infantino était élu avec la bénédiction et le soutien des Américains après qu’ils ont obtenu la tête de Blatter et de son équipe ?  Pourquoi les responsables marocains ont-ils alors pris le risque de se lancer pour la énième fois dans l’aventure de l’organisation du mondial face à un trio de géants qui a tous les atouts en «pied» pour gagner ?

Tout à sa guerre épistolaire avec la Fifa dont il a contesté  officiellement les critères choisis par la Task Force pour évaluer les dossiers des candidats, M. Lekjaâ ira-t-il jusqu’à déclarer cette dernière persona non grata au Maroc pour sa mission d’inspection prévue au cours du mois d’avril ? Logiquement, il est censé tirer les conséquences du « jeu » suspect de la Fifa en partant du principe qu’il est préférable d’anticiper le tir scélérat d’Infantino en déclarant forfait que de s’entêter à « rester dans la course » et  prendre le risque de se faire éliminer sur un pénalty imaginaire avant la compétition finale du 13 juin. Et si dans ce match à l’issue incertaine, le mieux, voire le plus rentable pour le Maroc était de se désister en faveur de l’Oncle Sam ? La politique, l’art de jouer finement,  peut parfois permettre d’engranger des bénéfices substantiels qu’annihilent les défis sportifs hasardeux et vaniteux

à lire aussi :
« Les prises en charge représentent plus de la moitié des dépenses »
Trois questions à Réda Benamar, directeur des études, communication et développement à la CNSS Comment a évolué la prise en charge des malades ? Le...
50 ans d’inexistence…
Un autre exploit réalisé par l’ONCF. Célébrer en grande pompe 50 ans d’inexistence et d’absence de réalisations. Il faut le faire. Le...
Et le manger, bon sang !
Le nouveau président du Parlement Rachid Talbi Alami a inauguré son mandat avec une grande action : l’octroi d’indemnités de transport aux députés d’un montant de 4.000 DH...
Nabil remplace Benabdallah
Et de deux pour Nabil Benabdallah ! Le ministre de l’Habitat a été réélu en début de la semaine passée à la tête du PPS au terme d’un congrès houleux où...