Dernière minute ...
Le Conseil des ministres approuve le projet de loi sur le service militaire Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social Le Roi Mohammed VI a décidé mercerdi 1er août 2018 de mettre fin aux fonctions de Mohamed Boussaid, en tant que ministre de l'Economie et des finances La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre Environ 440.000 candidats, dont 48% de filles, passent le Bac au titre de la session de juin 2018, une hausse de 9,68% par rapport à 2017 L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Edito
Haca d’un autre âge
La Haca, telle qu’elle existe, fonctionne ou dysfonctionne,  est-elle en phase avec les mutations technologiques en cours ? La question mérite d’être posée à la lumière de la montée des fonctionnalités fabuleuses offertes par Internet. A commencer par la télés et web radios que l’internaute peut tranquillement regarder ou écouter sur son ordinateur. A la faveur  de la démocratisation des outils sociaux sur la Toile, ces stations, qui sont souvent créées avec très peu de moyens, se développent ailleurs à un rythme effréné, diffusant en streaming et en direct de la musique, des films et des émissions en phase avec leur publi-cible. Au Maroc, cette dynamique, appelée à s’amplifier, a commencé récemment à très petite échelle avec l’émergence de médias délocalisés émettant depuis l’étranger sans payer. C’est le cas, en attendant l’avènement d’autres projets similaires,  de Télé Maroc et Chada TV lancé en 2017 et de la Webradio NRJ Maroc qui  a vu le jour en février dernier.  Ces stations émettant en ligne se veulent une réponse épidermique à la réglementation tatillonne de la Haca, ses procédures lentes et  complexes ainsi que ses redevances excessives qui ont contribué à figer dans des proportions exceptionnelles le paysage audiovisuel national. Or, ce dernier a tout à gagner à  surfer sur la vague irrésistible du Net et accompagner en interne cette nouvelle génération de médias numériques qui ont investi de nouveaux territoires virtuels d’expression.

Tel n’est pas la démarche de la Haca qui  dans ce contexte technologique en pleine ébullition et en perpétuel changement a fait le choix de l’immobilisme, quitte à  paraître anachronique en se cramponnant à des réflexes d’un autre âge dont chacun a tout loisir d’admirer le résultat : deux pauvres télés publiques plus une Médi1 TV plombée ainsi que quelques radios privées classiques. Pour un pays de 35 millions d’habitants, il n’y a  pas de quoi pavoiser. 

C’est au nom de cette volonté de tout contrôler, cette vieille manie marocaine et non pas par l’étroitesse du marché publicitaire comme avait tenté de l’expliquer la Haca, que le Royaume a raté le virage de la libéralisation de l’audiovisuel en annulant en 2008 l’appel d’offres d’octroi de licences pour de nouvelles télés privées. La vraie raison derrière ce rétropédalage brutal ? La crainte que des «ennemis du Maroc» n’exploitent  cette ouverture audiovisuelle naissante pour s’engouffrer dans la brèche pour lui faire de l’opposition depuis l’étranger. L’agitation de cette muleta a fait peur aux décideurs politiques et la Haca en guise de justification a dégainé l’argument publicitaire qui n’a convaincu personne.

«Compte tenu de facteurs conjoncturels et sectoriels intervenus depuis le mois de septembre 2008, notamment la dégradation de la situation du marché publicitaire ainsi que la crise traversée par Médi1 Sat et le risque encouru pour le secteur dans son ensemble pouvant compromettre l’équilibre et la viabilité des opérateurs audiovisuels publics et privés existants, le CSCA a décidé, de surseoir à l’octroi de toute licence de télévision, dans l’attente d’une meilleure visibilité sur les équilibres du secteur», pouvait-on lire dans un rapport de la HACA de juin 2009.

Cette « meilleure visibilité » n’est toujours pas là alors que dix longues années sont passées depuis ce brutal frein d’arrêt imposé à la libéralisation du secteur audiovisuel national. Dans ce domaine, le Maroc fait figure de dernier de la classe en région maghrébine puisque la petite Mauritanie affiche 5 télés privées au compteur ! 2M, TVM, Télé notre destin ?
Abdellah CHANKOU

à lire aussi :
Qui a peur du conseil de la concurrence ?
La campagne de boycott de certaines marques a soudainement placé sous le feu des projecteurs le fameux conseil de la concurrence que l’on croyait jeté aux oubliettes puisque son...
Musulmans en quête de leadership…
 C’est le même scénario qui se répète à chaque humiliation de la nation arabe : La rue arabe se met en effervescence en scandant des slogans hostiles aux...
Au Royaume de la rente
Désormais, ce sont des étrangers qui réagissent négativement en nous donnant des leçons sur les réseaux sociaux au sujet de certains phénomènes...
Sale temps pour les vaches à lait
Au Maroc, les responsables donnent de plus en plus l’impression d’avoir perdu la main face à la toute-puissance des réseaux sociaux. Ce sont les facebookeurs allumés...