Dernière minute ...
La 14ème édition du Salon International de l’Agriculture au Maroc (SIAM) se tiendra du 16 au 21 avril à Meknès  Le tribunal de Tokyo a annoncé mardi 22 janvier 2019 le rejet d'une nouvelle demande de libération sous caution de Carlos Ghosn Jean-Dominique Senard, le patron de Michelin,  nommé jeudi 24 janvier 2019 nouveau Président de Renault juste après la démission de Carlos Ghosn Le parquet de Tokyo a décidé vendredi 11 Janvier 2019 de retenir deux nouvelles inculpations contre Carlos Ghosn Les ménages marocains pessimistes pour l'année 2019 (HCP) 13,75 tonnes de résine de cannabis saisis samedi 05 Janvier 2019 au Port Tanger Med  Des données personnelles de centaines de responsables allemands, dont Merkel, divulguées sur internet Meurtres d'Imlil : le BCIJ arrête 17 complices (Le ministre de l'Intérieur le 24/12/2018) La crise des Gilets jaunes aura coûté 0,2 point de PIB à la croissance en France  à fin 2018 (Insee) Guides touristiques non formés : la phase transitoire passera à 6 ans Agriculture: 18 milliards de DH pour booster les produits du terroir 68% des Marocains contre GMT+1  Taoufik Bouachrine condamné à 12 ans d'emprisonnement Le Roi participe à Paris aux cérémonies du centenaire de l'armistice  Pas d'augmentation des tarifs de la vignette auto en 2019 au Maroc (Gouvernement) Le PIB agricole a augmenté en moyenne de 5,25% depuis le lancement, il y a 10 ans, du Plan Maroc Vert pour s'établir à 125 milliards de DH en 2018 A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le migrateur
Trump se la joue militaire
Pour lutter contre l’immigration clandestine, en attendant la construction de son mur qui n’a toujours pas commencé, Donald Trump souhaite déployer l’armée le long de la frontière avec le Mexique.

Un mur de lui suffit plus. Il veut désormais des soldats à la frontière avec le Mexique. Tel est le projet du président des Etats-Unis, Donald Trump, qui a affirmé, mardi 3 avril, qu’il enverrait l’armée pour protéger la zone. Celle-ci a été rendue poreuse, selon lui, par le laxisme des autorités mexicaines et les décisions délibérées de son prédécesseur démocrate, Barack Obama. «Jusqu’à ce que nous ayons un mur et une sécurité adéquate, nous allons protéger notre frontière avec notre armée, c’est un grand pas. Nous ne l’avons jamais fait auparavant, en tout cas pas beaucoup», a-t-il ainsi expliqué, en marge d’une rencontre avec les trois dirigeants des pays baltes à la Maison Blanche. L’ambassadeur du Mexique aux Etats-Unis a immédiatement fait savoir qu’il avait demandé des explications aux autorités américaines. «Nous partageons le but d’une frontière sûre, mais ne sommes pas toujours d’accord sur la façon de l’atteindre», a souligné Gerónimo Gutiérrez. «Le gouvernement mexicain décidera de sa réponse en fonction de cette clarification et défendra toujours notre souveraineté et notre intérêt national», a fait savoir, un peu plus tard, le ministre mexicain des affaires étrangères, Luis Videgaray, sur Twitter. Donald Trump fait monter la pression depuis ce week-end sur le Mexique et le Congrès des Etats-Unis pour qu’ils agissent afin d’empêcher l’arrivée de clandestins aux Etats-Unis. Ce regain d’intérêt a été déclenché par les images d’une caravane de migrants venus d’Amérique centrale, principalement du Honduras, déterminés à rejoindre les Etats-Unis et se trouvant pour l’instant dans le sud du Mexique. Ils ne sont qu’un millier environ, mais ils ont déjà provoqué plusieurs tweets et diatribes du milliardaire. M. Trump estime qu’il revient au Mexique de les arrêter. Il a mis la renégociation du traité de libre-échange nord-américain, Alena, dans la balance. La caravane de migrants, lesquels se déplacent dans des autocars, est organisée par une ONG, qui a déjà mené des opérations similaires les années précédentes. Elle est partie le 25 mars de Tapachula, à la frontière du Guatemala. Elle inclut des femmes, des enfants et des personnes âgées, et se trouve depuis le début de la semaine à Matias Romero, au cœur d’une région montagneuse de l’Etat de Oaxaca. Contrairement à ce qu’affirme Donald Trump, des soldats américains le long de la frontière mexicaine ne constituerait pas une première : la garde nationale, corps de réserve de l’armée, est déjà intervenue sur cette frontière sud. En 2010 sous Barack Obama et en 2006 sous George Bush. En attendant, face à la pression du voisin américain, les autorités mexicaines ont pris en charge le dossier de la caravane. Et après avoir parcouru seulement 400km, celle-ci a été stoppée à Matias Romero, dans le sud du Mexique. Sur les 1500 migrants, 400 sont renvoyés dans leur pays, d'autres reçoivent des visas humanitaires, ou des laissez-passer temporaires.

à lire aussi :
Trump dans l'œil du fisc
Le service des impôts de l’Etat de New York a ouvert une enquête, mardi 2 octobre, à la suite de la publication d’informations selon lesquelles Donald Trump aurait...
Snowden est-il un terroriste ?
Alors que la chasse à l’homme se poursuivait encore pour remonter la piste des suspects des attentats de Paris, les responsables du renseignement ont déjà trouvé...
Algérie : la guerre de succession fait rage…
L'ancien chef de l’antiterrorisme au Département du renseignement et de la sécurité (DRS), le général-major Hassan, de son vrai nom Abdelkader Aït...
La Tunisie en torture et répression
Une ONG tunisienne a dénoncé aujourd'hui le recours persistant à des méthodes de torture "très dures" en Tunisie, notamment dans des postes de police, et l'absence...