Dernière minute ...
Le Conseil des ministres approuve le projet de loi sur le service militaire Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social Le Roi Mohammed VI a décidé mercerdi 1er août 2018 de mettre fin aux fonctions de Mohamed Boussaid, en tant que ministre de l'Economie et des finances La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre Environ 440.000 candidats, dont 48% de filles, passent le Bac au titre de la session de juin 2018, une hausse de 9,68% par rapport à 2017 L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le migrateur
Trump se la joue militaire
Pour lutter contre l’immigration clandestine, en attendant la construction de son mur qui n’a toujours pas commencé, Donald Trump souhaite déployer l’armée le long de la frontière avec le Mexique.

Un mur de lui suffit plus. Il veut désormais des soldats à la frontière avec le Mexique. Tel est le projet du président des Etats-Unis, Donald Trump, qui a affirmé, mardi 3 avril, qu’il enverrait l’armée pour protéger la zone. Celle-ci a été rendue poreuse, selon lui, par le laxisme des autorités mexicaines et les décisions délibérées de son prédécesseur démocrate, Barack Obama. «Jusqu’à ce que nous ayons un mur et une sécurité adéquate, nous allons protéger notre frontière avec notre armée, c’est un grand pas. Nous ne l’avons jamais fait auparavant, en tout cas pas beaucoup», a-t-il ainsi expliqué, en marge d’une rencontre avec les trois dirigeants des pays baltes à la Maison Blanche. L’ambassadeur du Mexique aux Etats-Unis a immédiatement fait savoir qu’il avait demandé des explications aux autorités américaines. «Nous partageons le but d’une frontière sûre, mais ne sommes pas toujours d’accord sur la façon de l’atteindre», a souligné Gerónimo Gutiérrez. «Le gouvernement mexicain décidera de sa réponse en fonction de cette clarification et défendra toujours notre souveraineté et notre intérêt national», a fait savoir, un peu plus tard, le ministre mexicain des affaires étrangères, Luis Videgaray, sur Twitter. Donald Trump fait monter la pression depuis ce week-end sur le Mexique et le Congrès des Etats-Unis pour qu’ils agissent afin d’empêcher l’arrivée de clandestins aux Etats-Unis. Ce regain d’intérêt a été déclenché par les images d’une caravane de migrants venus d’Amérique centrale, principalement du Honduras, déterminés à rejoindre les Etats-Unis et se trouvant pour l’instant dans le sud du Mexique. Ils ne sont qu’un millier environ, mais ils ont déjà provoqué plusieurs tweets et diatribes du milliardaire. M. Trump estime qu’il revient au Mexique de les arrêter. Il a mis la renégociation du traité de libre-échange nord-américain, Alena, dans la balance. La caravane de migrants, lesquels se déplacent dans des autocars, est organisée par une ONG, qui a déjà mené des opérations similaires les années précédentes. Elle est partie le 25 mars de Tapachula, à la frontière du Guatemala. Elle inclut des femmes, des enfants et des personnes âgées, et se trouve depuis le début de la semaine à Matias Romero, au cœur d’une région montagneuse de l’Etat de Oaxaca. Contrairement à ce qu’affirme Donald Trump, des soldats américains le long de la frontière mexicaine ne constituerait pas une première : la garde nationale, corps de réserve de l’armée, est déjà intervenue sur cette frontière sud. En 2010 sous Barack Obama et en 2006 sous George Bush. En attendant, face à la pression du voisin américain, les autorités mexicaines ont pris en charge le dossier de la caravane. Et après avoir parcouru seulement 400km, celle-ci a été stoppée à Matias Romero, dans le sud du Mexique. Sur les 1500 migrants, 400 sont renvoyés dans leur pays, d'autres reçoivent des visas humanitaires, ou des laissez-passer temporaires.

à lire aussi :
Egypte, l’anniversaire d’une révolution confisquée
Un visage maculé de sang, le corps sans vie porté à bout de bras par un camarade, elle est devenue la nouvelle icône d'une révolution assassinée. Samedi 24...
La guerre froide est de retour
Depuis l’empoisonnement de l’ex-espion Sergeï Skripal et de sa fille le 4 mars dernier au Royaume-Uni, les sanctions occidentales envers la Russie se multiplient tandis que Moscou...
Bouteflika mourra président !
 L’entourage du président Abdelaziz Bouteflika qui peine à retrouver ses capacités motrices et pourtant en poste depuis 1999, est accusé de préparer sa...
Egypte: l'ex-chef de l'anticorruption sous les verrous
C’est à la suite d’une interview pour le site d’information huffpost Arabi en février dernier que hicham Geneina a été arrêté. Le motif :...