Dernière minute ...
Marathon des sables 2018: Rachid El Morabity remporte son 6ème titre Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Samedi 14 avril,  00h55 GMT : de fotes explosions entendues à Damas, Trump a ordonné des frappes contre la Syrie avec la participation de la France et la Grande Bretagne Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc CAF 2018: Le WAC remporte sa première super coupe Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Vote à l’AG de l’ONU sur Jérusalem :  Sur 193 pays membres, 128 ont dit non à la décision de Trump, 9 oui et 35 se sont abstenus  Le ministre ivoirien de l'Industrie et des Mines Jean Claude Brou est le nouveau président de la Commission de la CEDEAO Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L'Autriche est le seul pays de l'UE où l'extrême droite participe au gouvernement Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  Moody’s : " les perspectives pour le système bancaire marocain sont positives" Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Can'art et Culture
La vie extraordinaire d’un livre
Abdellah Baïda vient de signer un nouveau roman intitulé «Testament d’un livre» aux éditions Marsam. Une fiction dans laquelle un livre prend la parole et raconte son histoire alors qu’il sent la fin de sa vie approcher, enfermé dans la bibliothèque d’Al-Quaraouiyine à Fès, dans un abandon total. Il prend la décision d’écrire son « testament» pour témoigner de sa vie et de celles des siens avant l’extinction de son espèce. Il dévoile tout, son bonheur comme ses misères. Il expose ses amours vécus publiquement avec des écrivains connus et reconnus ou, dans l’intimité, avec des lecteurs anonymes, des moments de complicité et de partage. Mais l’ombre des autodafés envahit rapidement cette mémoire meurtrie pour faire jaillir les images d’Averroès persécuté à Cordoue et celles du nazi Goebbels haranguant la foule et brûlant des milliers d’ouvrages à Berlin. Les secrets de la Brigade anti-livres et les menaces qui pèsent sur l’écrit sont alors dévoilés par un livre qui n’hésite pas à reconnaître aussi ses propres crimes, notamment l’assassinat d’un certain Jahiz. Sur les pages du roman, on peut lire l’extrait suivant: « Je suis un livre. Je suis menacé, il est urgent de tout consigner avant mon extinction. Pour la postérité, il faut que je vous dise toute la vérité sur moi et sur les miens. Nous sommes une population de quelques millions d’habitants sur cette planète et nous sommes de plus en plus persécutés. Je ne suis pas sûr que nous soyons totalement détruits, mais il est urgent de faire ce testament. Testament est peut-être un bien grand mot pour ce que je compte faire, mais je n’en trouve pas d’autres pour le moment. Je suis tout à fait conscient de mes limites, je ne pourrais jamais réussir à accomplir le tour total de la chose en question, je ne dispose pas de la force nécessaire pour une telle entreprise et je peux m’éteindre à n’importe quel moment. J’écris dans l’urgence avec le peu de forces qui me reste». Abdellah Baïda, romancier, nouvelliste et essayiste marocain, est également l’auteur de Les Voix de Khaïr-Eddine (2007), Au fil des livres, chroniques de littérature marocaine de langue française” (2011), Le Dernier salto (2014) et Nom d’un chien (2016). En 2012, Abdellah Baïda a été décoré des insignes de chevalier dans l’ordre des arts et des lettres de la République française.

à lire aussi :
A la mémoire de mon père
"Nous fîmes quelques pas et je lui demandai de me tenir la main. elle glissa son bras au-dessous du mien. Nos épaules collées l’une contre l’autre, nous...
En transe avec les Gnaouas
La ville d'Essaouira s'apprête à voir déferler sur elle une vague humaine, venue assister à l’événement phare de la cité des Alizés, le...
Voyage au cœur de l’hiver
Dans son roman « J’ai tué l’hiver », paru aux éditions Harmattan, Kamal Benkirane, professeur, poète et essayiste au Canada, retrace le cheminement...
Journal intime d’un extrémiste
 "Slimane le jardinier des mots" est le premier roman de l’écrivain marocain Azzeddine El Matine, qui vient de paraître aux éditions La Croisée des Chemins, avec...