Dernière minute ...
La 14ème édition du Salon International de l’Agriculture au Maroc (SIAM) se tiendra du 16 au 21 avril à Meknès  Le tribunal de Tokyo a annoncé mardi 22 janvier 2019 le rejet d'une nouvelle demande de libération sous caution de Carlos Ghosn Jean-Dominique Senard, le patron de Michelin,  nommé jeudi 24 janvier 2019 nouveau Président de Renault juste après la démission de Carlos Ghosn Le parquet de Tokyo a décidé vendredi 11 Janvier 2019 de retenir deux nouvelles inculpations contre Carlos Ghosn Les ménages marocains pessimistes pour l'année 2019 (HCP) 13,75 tonnes de résine de cannabis saisis samedi 05 Janvier 2019 au Port Tanger Med  Des données personnelles de centaines de responsables allemands, dont Merkel, divulguées sur internet Meurtres d'Imlil : le BCIJ arrête 17 complices (Le ministre de l'Intérieur le 24/12/2018) La crise des Gilets jaunes aura coûté 0,2 point de PIB à la croissance en France  à fin 2018 (Insee) Guides touristiques non formés : la phase transitoire passera à 6 ans Agriculture: 18 milliards de DH pour booster les produits du terroir 68% des Marocains contre GMT+1  Taoufik Bouachrine condamné à 12 ans d'emprisonnement Le Roi participe à Paris aux cérémonies du centenaire de l'armistice  Pas d'augmentation des tarifs de la vignette auto en 2019 au Maroc (Gouvernement) Le PIB agricole a augmenté en moyenne de 5,25% depuis le lancement, il y a 10 ans, du Plan Maroc Vert pour s'établir à 125 milliards de DH en 2018 A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Edito
Ambivalence européenne
 Le plus simple et le plus cohérent pour le Maroc est de  reconsidérer dans le fond les principes de son partenariat avec l’Union européenne et à mettre fin aux accords de coopération invalidés par ses magistrats. D’un côté, l’UE signe des accords avec le Maroc en tant que pays souverain sur l’ensemble de son territoire et  de l’autre côté la Cour de justice de l’Union européenne s’emploie à les invalider sous des arguments juridiquement très discutables. Ce double jeu est préjudiciable aux intérêts du Maroc.

Ce dernier est bien fondé à revoir sa relation avec l’UE au vu des agissements ambigus de la cour de justice européenne qui s’entête à chaque fois de contester au Maroc sa souveraineté sur son Sahara, à coups d’arrêts pour le moins surprenants.  Le  mieux pour Rabat est de mettre fin aux accords commerciaux  signés avec l’UE dans le domaine de la pêche et de l’agriculture. En fait, l’on a du mal à comprendre  l’ingérence actuelle de la juridiction européenne dans des accords de coopération conclus entre deux parties liés par un partenariat historiquement privilégié  et le pourquoi de sa démarche tendant à dicter les zones qui doivent être inclues ou exclues des accords en question !  Et puis de quelle légitimité la juridiction européenne excipe-t-elle pour faire appliquer ses arrêtés à un pays souverain qui ne fait pas partie de l’UE ? En somme, le Royaume, qui est souverain sur tout son territoire Sahara compris, n’a pas à subir  les coups de boutoir d’un tribunal étranger mu en plus par des considérations très peu claires. Si, les juges de l’UE ont pris à ce point le pouvoir sur la commission de Bruxelles réduite à une institution fantoche, le mieux serait de négocier  directement non pas avec les hauts responsables en costume-cravate de Bruxelles mais avec les hommes en toge du palais du Luxembourg. Ça nous fera gagner du temps tout en clarifiant les choses. Car cela fait quelque temps que les choses sont de moins en moins limpides dans la relation du Maroc avec l’UE.  En décembre 2015, la même Cour s’était déjà permis en appel après un jugement concluant à son invalidation suite à une plainte du Polisario  d’indiquer la manière dont l’accord de libre-échange en matière d’agriculture et de pêche conclu en 2012 entre Rabat et l’UE devait être interprété : « conformément aux règles pertinentes de droit international applicables dans les relations entre l’Union et le royaume du Maroc, en ce sens qu’il ne s’applique pas au territoire du Sahara occidental». Que reste du partenariat Maroc-UE  après que les accords de pêche et d’agriculture, qui représentent l’essentiel des produits marocains exportés sur le territoire européen, sont ainsi amputés d’une grande composante du territoire national ? Que vaut réellement le statut avancé octroyé en 2008 au Maroc par l’UE si la justice de cet ensemble intégré ne reconnaît pas la souveraineté du Maroc sur ses provinces du sud qui sont pourtant sous administration marocaine ? Comment peut-on accéder favorablement aux plaintes des séparatistes du Polisario alors que l’UE ne reconnaît pas la RASD ? Cela fait une foule de contradictions et un double jeu préjudiciable. 

Le Maroc n’a pas à « adapter les outils de la négociation pour être en phase avec l’arrêt de la CJUE». Ces éléments de langage, inventés  par les hauts fonctionnaires de la diplomatie européenne et repris par certains responsables marocains, montrent clairement que le Maroc n’est pas considéré dans sa relation avec l’UE comme un partenaire à part entière. Bien au contraire. Peut-être que la négociation d’égal à égal sera possible dans le cadre d’accords commerciaux conclus dans  le cadre bilatéral avec les pays historiquement proches du Maroc. L’Union européenne en tant qu’entité en mal d’homogénéité ayant montré à plusieurs reprises être traversée par des courants contradictoires et travaillée par des lobbys défendant des intérêts antagonistes qui agissent à l’encontre des intérêts du Maroc qui, lui, reste très clair dans ses choix de partenariat. Le Maroc ne conclura aucun accord se pêche avec l’UE que sur la base de sa souveraineté que sur l’ensemble de son territoire de Tanger à Lagouira, a affirmé le porte-parole du gouvernement à l’issue du conseil du gouvernement du 1er mars. C’est ferme, net et précis. 
Abdellah CHANKOU

à lire aussi :
La justice change de tutelle
 Le vendredi 6 octobre marque l’avènement d’une nouvelle ère pour la justice marocaine. Ce jour-là, le ministre de tutelle Mohamed Aujar a remis les clés...
Les leçons d’un boycott
 Les Marocains en ont fini avec les problèmes qui les préoccupent au plus haut point que sont l’accès à un  enseignement performant à des prix...
La révolte des nouveaux pauvres
On a désormais la confirmation de ce que nous avons été les premiers à écrire au Canard : la campagne de boycott des produits de grands groupes marocains (Afriquia,...
Ça ne Ben pas !
 Le conseil de gouvernement n’est sans doute pas le lieu approprié pour le RNI d’exprimer en le séchant son exaspération ou en boycottant les activités du...