Dernière minute ...
Trump a suggéré « un mur le long du Sahara » pour freiner l'émigration !! A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Le Conseil des ministres approuve le projet de loi sur le service militaire Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Can'art et Culture
Siel, l’informel à toutes les pages
 Les responsables du ministère de la Culture se sont suffisamment extasiés sur  le record historique des «520.000 visiteurs» réalisé par la 24ème édition du Salon international de l’édition et du livre. Ce qui correspond à une progression de 50,72% par rapport à l’édition de 2017. Dans son communiqué, le département de tutelle a livré d’autres chiffres comme le nombre de titre exposés (125.000) ainsi que le pourcentage des genres (littérature, histoire, géographie, philosophie, sciences, livres pour enfants, etc.…). Mais rien sur l’indicateur le plus important,  le nombre des ouvrages achetés tout au long des deux semaines du Siel. Et c’est pourtant ce qui permet de savoir si les Marocains sont toujours très fâchés avec la lecture et dans quelles proportions. Aucune indication non plus sur leurs centres d’intérêts en termes d’univers de lecture. Au-delà de ce déficit d’informations, le Siel se déroule toujours dans un environnement où prévalent le désordre et une absence de propreté notamment aux abords de la foire. Aucun effort n’a été fait à ce niveau-là.  Les parkings, tout comme les guichets,  continuent à être installés dans un désordre indescriptible sur les terrains vagues mitoyens. Cette année, il a fallu patauger dans la boue et des flaques d’eau pour accéder au salon. En somme, le Siel dans son ambiance générale ressemble plus à un souk qu’à un salon digne de ce nom. A l’intérieur, le décor n’est guère reluisant. Les stands sont mal agencés, les livres mal exposés et souvent,  pour nombre d’exposants, entassés et posés à même le sol ! Un peu d’organisation ne ferait pas de mal. Bien au contraire. Et puis, le Siel, aussi bien au dehors (stationnement) qu’au dedans (vente des livres) n’est pas le royaume de la transparence. En effet, à part un exposant qui a pignon sur rue, tous les autres  ne disposent pas de TPE et n’acceptent que le paiement en liquide. Ce qui est quand même curieux. Le produit des ventes est-il comptabilisé ? Où va l’argent ? Autant de questions qui laissent songeur. L’informel à toutes les pages ?

à lire aussi :
Ces banquiers passionnés de peinture
 Le Cénacle de Casablanca organise jusqu'au 15  mars 2018, l'exposition «Un défi devenu passion» au sein de la salle polyvalente de la Direction Régionale...
Sanaa Akroud signe un film simplement émouvant
«Khnifist R’mad» littéralement «Le Scarabée des cendres» est le titre que l’actrice Sanaa Akroud a choisi pour son premier coup d’essai...
Qui sera le meilleur roman arabe ?
Deux écrivains marocains font partie des 16 candidats retenus dans le cadre de la longue liste du Prix international du roman arabe 2017, dévoilée lundi. Cette liste restreinte,...
Du théâtre pour les MRE
 Pour une première, c’en est vraiment une. Quarante troupes de théâtre du Maroc entameront en mars 2018 une tournée autour du monde pour aller à la...