Dernière minute ...
Environ 440.000 candidats, dont 48% de filles, passent le Bac au titre de la session de juin 2018, une hausse de 9,68% par rapport à 2017 L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Can'art et Culture
Siel, l’informel à toutes les pages
 Les responsables du ministère de la Culture se sont suffisamment extasiés sur  le record historique des «520.000 visiteurs» réalisé par la 24ème édition du Salon international de l’édition et du livre. Ce qui correspond à une progression de 50,72% par rapport à l’édition de 2017. Dans son communiqué, le département de tutelle a livré d’autres chiffres comme le nombre de titre exposés (125.000) ainsi que le pourcentage des genres (littérature, histoire, géographie, philosophie, sciences, livres pour enfants, etc.…). Mais rien sur l’indicateur le plus important,  le nombre des ouvrages achetés tout au long des deux semaines du Siel. Et c’est pourtant ce qui permet de savoir si les Marocains sont toujours très fâchés avec la lecture et dans quelles proportions. Aucune indication non plus sur leurs centres d’intérêts en termes d’univers de lecture. Au-delà de ce déficit d’informations, le Siel se déroule toujours dans un environnement où prévalent le désordre et une absence de propreté notamment aux abords de la foire. Aucun effort n’a été fait à ce niveau-là.  Les parkings, tout comme les guichets,  continuent à être installés dans un désordre indescriptible sur les terrains vagues mitoyens. Cette année, il a fallu patauger dans la boue et des flaques d’eau pour accéder au salon. En somme, le Siel dans son ambiance générale ressemble plus à un souk qu’à un salon digne de ce nom. A l’intérieur, le décor n’est guère reluisant. Les stands sont mal agencés, les livres mal exposés et souvent,  pour nombre d’exposants, entassés et posés à même le sol ! Un peu d’organisation ne ferait pas de mal. Bien au contraire. Et puis, le Siel, aussi bien au dehors (stationnement) qu’au dedans (vente des livres) n’est pas le royaume de la transparence. En effet, à part un exposant qui a pignon sur rue, tous les autres  ne disposent pas de TPE et n’acceptent que le paiement en liquide. Ce qui est quand même curieux. Le produit des ventes est-il comptabilisé ? Où va l’argent ? Autant de questions qui laissent songeur. L’informel à toutes les pages ?

à lire aussi :
Avec 2M, c’est Maroc in love
C’est sur le mythique morceau d'Oum Kalthoum "Hob Eih", fredonné par un jeune homme face à l’océan que s’ouvre "Shakespeare El Bidaoui", documentaire...
Jacques Majorelle vu par Chantal Destrez
 «Dans ces rues, le soir, et dans ces souks, le maxillaire contracté et les yeux brillants, je reste ivre et frémissant, délirant sous la douceur des formes qui...
Tayeb Seddiki quitte la scène
Tayeb Seddiki, le doyen du théâtre marocain, s’est éteint, vendredi 5 février à Casablanca à l’âge de 79 ans, des suites d’une longue...
A la recherche de la cité perdue
Intitulé «Zadiq ou la cité du salut», ce premier roman arabophone d'anticipation de l’écrivain marocain Hassan El Goni se situe sans prétention dans la...