Dernière minute ...
Trump a suggéré « un mur le long du Sahara » pour freiner l'émigration !! A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Le Conseil des ministres approuve le projet de loi sur le service militaire Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Can'art et Culture
Journal intime d’un extrémiste
 "Slimane le jardinier des mots" est le premier roman de l’écrivain marocain Azzeddine El Matine, qui vient de paraître aux éditions La Croisée des Chemins, avec le soutien du ministère de la Culture et de la Communication. Le livre raconte l’histoire de deux enfants issus d’une famille pauvre du milieu rural marocain confiés à des gens aisés de la ville. Dès lors, une famille française adopte Slimane tandis que sa sœur Radia est embauchée comme bonne à Casablanca malgré son jeune âge. En dépit d’une enfance protégée et d’une jeunesse joyeuse, Slimane fait son choix d’emprunter le chemin de la radicalisation et change de prénom pour devenir Abou Moussa suite à son recrutement par Daech. Le roman commence en Syrie où le verdict de condamnation à mort d’Abou Moussa a été prononcé pour trahison et espionnage pour le compte de la France. Ensuite, l’auteur s’attelle à narrer l’état d’Abou Moussa après l’annonce du verdict. Ainsi, il décrit les moments où Abou Moussa plonge dans ses souvenirs d’enfance passée premièrement à la campagne marocaine avec sa sœur et ses parents biologiques, ensuite passée dans un village français en compagnie de ses parents adoptifs, les moments où il revient sur ses souvenirs de jeunesse mouvementée et heureuse quand sa vocation d’orateur ainsi que sa soif d’explorer de nouveaux horizons l’animaient. Quand il rejoint Daech, le jeune de 19 ans doit renoncer à « ses mots » afin de pouvoir y rester. Il abandonne avec peine le monde bâti depuis son enfance et ne redécouvre son amour pour les mots qu’avant son exécution. Au moment où l’idée de n’emporter dans l’éternité que l’odeur de la chair brulée le hante et lui rappelle l’humiliation et les souffrances qui lui avaient été toujours infligées par les membres de Daech, Slimane, cloué au sol et impuissant, ne désire que retrouver Radia. Seule l’histoire de sa petite sœur Radia occupe son esprit durant les quelques heures qui lui restent à vivre et fait renaître les souvenirs et les mots qu’il devait enterrer au fond de lui. Né en 1959 à Casablanca, l’auteur Azzeddine El Matine travaille en tant que professeur de philosophie, français et allemand dans l’enseignement secondaire en Allemagne. Il a également enseigné dans diverses universités et occupé le poste de conseiller pédagogique auprès du ministère de l’Education allemand en Saxe. 

à lire aussi :
Avec 2M, c’est Maroc in love
C’est sur le mythique morceau d'Oum Kalthoum "Hob Eih", fredonné par un jeune homme face à l’océan que s’ouvre "Shakespeare El Bidaoui", documentaire...
Vent de fraîcheur sur le philharmonique
Et si, pour une fois, vous commenciez l’année en douceur et en harmonie avec de la musique classique ? Alors détendez-vous et laissez-vous emporter par le flot majestueux...
Journal intime d’un extrémiste
 "Slimane le jardinier des mots" est le premier roman de l’écrivain marocain Azzeddine El Matine, qui vient de paraître aux éditions La Croisée des Chemins, avec...
Le prisonnier de Rachid Khaless
Avec "Quand Adam a décidé de vivre", son dernière œuvre parue aux éditions la Croisée des Chemins, Rachid Khaless nous plonge dans un univers hostile,...