Dernière minute ...
ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" L'Etat doit 18 milliards de DH de remboursements de TVA à l'OCP 30% de la dette publique intérieure est détenue par des caisses de retraite en 2016 La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Le 22 décembre 2017, le bitcoin chute de 25 %, de 20.000 $ à 14.445 $ Catalogne-21 Décembre : Majorité absolue des indépendantistes mais former un gouvernement n’est pas garantie Vote à l’AG de l’ONU sur Jérusalem :  Sur 193 pays membres, 128 ont dit non à la décision de Trump, 9 oui et 35 se sont abstenus  Le ministre ivoirien de l'Industrie et des Mines Jean Claude Brou est le nouveau président de la Commission de la CEDEAO Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L'Autriche est le seul pays de l'UE où l'extrême droite participe au gouvernement Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  Moody’s : " les perspectives pour le système bancaire marocain sont positives" Né à Barcelone, Manuel Valls, l'ex premier minisre français qualifie le référendum indépendantiste catalan  de "folie" Art :70 œuvres originales de maîtres espagnols exposées au MMVI à Rabat Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 Institut Montaigne : "Le Maroc, tête de pont des investissements internationaux en Afrique" Un chef de parti nationaliste flamand veut construire une prison belge au Maroc L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Can'art et Culture
Journal intime d’un extrémiste
 "Slimane le jardinier des mots" est le premier roman de l’écrivain marocain Azzeddine El Matine, qui vient de paraître aux éditions La Croisée des Chemins, avec le soutien du ministère de la Culture et de la Communication. Le livre raconte l’histoire de deux enfants issus d’une famille pauvre du milieu rural marocain confiés à des gens aisés de la ville. Dès lors, une famille française adopte Slimane tandis que sa sœur Radia est embauchée comme bonne à Casablanca malgré son jeune âge. En dépit d’une enfance protégée et d’une jeunesse joyeuse, Slimane fait son choix d’emprunter le chemin de la radicalisation et change de prénom pour devenir Abou Moussa suite à son recrutement par Daech. Le roman commence en Syrie où le verdict de condamnation à mort d’Abou Moussa a été prononcé pour trahison et espionnage pour le compte de la France. Ensuite, l’auteur s’attelle à narrer l’état d’Abou Moussa après l’annonce du verdict. Ainsi, il décrit les moments où Abou Moussa plonge dans ses souvenirs d’enfance passée premièrement à la campagne marocaine avec sa sœur et ses parents biologiques, ensuite passée dans un village français en compagnie de ses parents adoptifs, les moments où il revient sur ses souvenirs de jeunesse mouvementée et heureuse quand sa vocation d’orateur ainsi que sa soif d’explorer de nouveaux horizons l’animaient. Quand il rejoint Daech, le jeune de 19 ans doit renoncer à « ses mots » afin de pouvoir y rester. Il abandonne avec peine le monde bâti depuis son enfance et ne redécouvre son amour pour les mots qu’avant son exécution. Au moment où l’idée de n’emporter dans l’éternité que l’odeur de la chair brulée le hante et lui rappelle l’humiliation et les souffrances qui lui avaient été toujours infligées par les membres de Daech, Slimane, cloué au sol et impuissant, ne désire que retrouver Radia. Seule l’histoire de sa petite sœur Radia occupe son esprit durant les quelques heures qui lui restent à vivre et fait renaître les souvenirs et les mots qu’il devait enterrer au fond de lui. Né en 1959 à Casablanca, l’auteur Azzeddine El Matine travaille en tant que professeur de philosophie, français et allemand dans l’enseignement secondaire en Allemagne. Il a également enseigné dans diverses universités et occupé le poste de conseiller pédagogique auprès du ministère de l’Education allemand en Saxe. 

à lire aussi :
Un film marocain primé à Cordoue
"C'est eux les chiens", du jeune marocain Hicham Lasri, a reçu le week-end dernier, le Griot du meilleur long-métrage de fiction au 10e festival espagnol de...
Quand RAM célèbre l’art africain
 La Royal Air Maroc (RAM) est le transporteur officiel, pour la 2e fois, de la Biennale africaine de la photographie dont la 11e édition s’est ouverte samedi dernier Bamako....
L'Boulvard, la scène de l’underground revient
La seizième édition du festival L'Boulvard aura lieu du 11 au 13 septembre prochain à Casablanca. Une programmation chargée en musiques célébrant la...
Mawazine : Stromae était formidable !
Un vrai phénomène ! Le nom de Stromae était sur toutes les lèvres depuis qu’il est à l’affiche de Mawazine Rythmes du monde. Les ados en sont tombés raides dingues. Les...