Dernière minute ...
Marathon des sables 2018: Rachid El Morabity remporte son 6ème titre Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Samedi 14 avril,  00h55 GMT : de fotes explosions entendues à Damas, Trump a ordonné des frappes contre la Syrie avec la participation de la France et la Grande Bretagne Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc CAF 2018: Le WAC remporte sa première super coupe Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Vote à l’AG de l’ONU sur Jérusalem :  Sur 193 pays membres, 128 ont dit non à la décision de Trump, 9 oui et 35 se sont abstenus  Le ministre ivoirien de l'Industrie et des Mines Jean Claude Brou est le nouveau président de la Commission de la CEDEAO Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L'Autriche est le seul pays de l'UE où l'extrême droite participe au gouvernement Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  Moody’s : " les perspectives pour le système bancaire marocain sont positives" Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Edito
Le temps des couperets
 Qui aurait imaginé que la mort tragique  du poissonnier Mohssine Fikri et la révolte des habitants d’Al Hoceïma  qui s’est ensuivie avec le procès de ses meneurs dont elle a accouché allait déboucher sur une telle purge ? Une purge qui a emporté dans son sillage ministres et ex-ministres, des secrétaires généraux de ministères et des directeurs centraux, un wali, des gouverneurs et plusieurs autres dizaines d’agents d’autorité ?  Les édiles communaux et régionaux seraient probablement la prochaine cible.

De mémoire de Marocain, on n’a jamais vu et vécu une opération de nettoyage de cette ampleur dans la haute administration habituée à évoluer dans l’impunité sans jamais rendre des comptes, les responsables trustant les postes, souvent dans le cadre des chaises musicales, assurés de ne faire l’objet que d’un départ à la retraite ou d’une promotion inespérée. Mais jamais d’une sanction.

A la faveur de l’affaire d’Al Hoceïma, le Roi Mohammed VI a brisé ce sentiment de sécurité fondée sur l’impunité que confère le fait de ne pas payer pour ses manquements au devoir ou de démissionner en cas de drame qui fait engager sa responsabilité morale ou politique en tant que chef hiérarchique.  Avec cette avalanche de sanctions, l’on ose espérer qu’une page est en train d’être tournée, que cette action assainissante participe d’une véritable volonté de rupture avec les pratiques du passé et qu’il ne s’agit pas d’une simple campagne poudre aux yeux- qui s’achèvera avec la clôture de l’affaire de Al Hoceïma- destinée juste à calmer l’opinion publique.

Outre ce souci de continuité, le plus grand défi qui reste à relever est de rassurer les collègues des limogés en poste. Car le principal risque qui guette une telle purge inédite dans la Royaume c’est d’être taxée  d’action de circonstance ou sélective. Ce qui laisserait forcément des traces, provoquerait la démobilisation et pourrait même pousser les autres à «rentrer les foins » dans la perspective d’assurer vite leurs arrières avant qu’on leur tombe dessus. Surtout que les serviteurs de l’Etat mis en cause ont été limogés sans possibilité de recours pour se défendre et déployer leurs arguments. En privé, les langues se délient pour critiquer une opération qui ressemble pour les victimes à une mise à mort administrative alors que le pire des criminels a droit à un procès équitable.  D’où la nécessité de restaurer la confiance au sein de la haute fonction publique en expliquant  à ceux qui ont choisi les services de l’Etat les règles du jeu qui doivent désormais régir leur travail. Faute de quoi,  le syndrome de « victime expiatoire » sans défense risque de faire beaucoup de ravages et il serait alors difficile dans ces conditions d’attirer les compétences dont a besoin l’administration marocaine pour fonctionner comme une entreprise privée, selon les critères de rentabilité et de performance. Là réside le vrai enjeu. La rendre attrayante pour qu’elle ne soit plus le refuge des bras cassés et le réceptacle des copains, comme elle l’a été merveilleusement bien jusqu’ici.

Un pays est tiré vers le haut par son élite administrative,  notamment les walis et gouverneurs, les élus locaux et régionaux. En plus d’être censés être en contact avec les populations et de répondre à leurs aspirations, ce sont ceux-là qui ont  le pouvoir d’agir sur les territoires pour les changer dans le sens qui cadre avec les attentes de tous en bataillant pour les projets susceptibles d’impulser une véritable dynamique socioéconomique dans les régions dont la majorité continue à ressembler à des déserts dépourvus des attributs du développement. Tout un programme.

Abdellah CHANKOU

à lire aussi :
Très chère francophonie
 Le président français Emmanuel Macron a fait de la romancière franco-marocaine Leïla Slimani sa représentante « personnelle » pour la...
Réformer avec l’enseignant…
  La dégringolade continue de plus belle. Le Maroc vient de perdre d’un seul coup 20 points dans le classement 2017 du forum économique mondial en...
Un gouvernement de glace
 En regardant les images de ces chutes impressionnantes de neige dans plusieurs contrées du pays et les mille et une difficultés que ce phénomène fait subir à...
Köhler est-il cool ?
Une nouvelle séquence s’est ouverte dans le sempiternel pseudo-conflit du Sahara marocain avec la relance à Lisbonne  des négociations avec les parties...