Dernière minute ...
Le parquet de Tokyo a décidé vendredi 11 Janvier 2019 de retenir deux nouvelles inculpations contre Carlos Ghosn Les ménages marocains pessimistes pour l'année 2019 (HCP) 13,75 tonnes de résine de cannabis saisis samedi 05 Janvier 2019 au Port Tanger Med  Des données personnelles de centaines de responsables allemands, dont Merkel, divulguées sur internet Meurtres d'Imlil : le BCIJ arrête 17 complices (Le ministre de l'Intérieur le 24/12/2018) La crise des Gilets jaunes aura coûté 0,2 point de PIB à la croissance en France  à fin 2018 (Insee) Guides touristiques non formés : la phase transitoire passera à 6 ans Agriculture: 18 milliards de DH pour booster les produits du terroir 68% des Marocains contre GMT+1  Taoufik Bouachrine condamné à 12 ans d'emprisonnement Le Roi participe à Paris aux cérémonies du centenaire de l'armistice  Pas d'augmentation des tarifs de la vignette auto en 2019 au Maroc (Gouvernement) Le PIB agricole a augmenté en moyenne de 5,25% depuis le lancement, il y a 10 ans, du Plan Maroc Vert pour s'établir à 125 milliards de DH en 2018 A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Edito
Le temps des couperets
 Qui aurait imaginé que la mort tragique  du poissonnier Mohssine Fikri et la révolte des habitants d’Al Hoceïma  qui s’est ensuivie avec le procès de ses meneurs dont elle a accouché allait déboucher sur une telle purge ? Une purge qui a emporté dans son sillage ministres et ex-ministres, des secrétaires généraux de ministères et des directeurs centraux, un wali, des gouverneurs et plusieurs autres dizaines d’agents d’autorité ?  Les édiles communaux et régionaux seraient probablement la prochaine cible.

De mémoire de Marocain, on n’a jamais vu et vécu une opération de nettoyage de cette ampleur dans la haute administration habituée à évoluer dans l’impunité sans jamais rendre des comptes, les responsables trustant les postes, souvent dans le cadre des chaises musicales, assurés de ne faire l’objet que d’un départ à la retraite ou d’une promotion inespérée. Mais jamais d’une sanction.

A la faveur de l’affaire d’Al Hoceïma, le Roi Mohammed VI a brisé ce sentiment de sécurité fondée sur l’impunité que confère le fait de ne pas payer pour ses manquements au devoir ou de démissionner en cas de drame qui fait engager sa responsabilité morale ou politique en tant que chef hiérarchique.  Avec cette avalanche de sanctions, l’on ose espérer qu’une page est en train d’être tournée, que cette action assainissante participe d’une véritable volonté de rupture avec les pratiques du passé et qu’il ne s’agit pas d’une simple campagne poudre aux yeux- qui s’achèvera avec la clôture de l’affaire de Al Hoceïma- destinée juste à calmer l’opinion publique.

Outre ce souci de continuité, le plus grand défi qui reste à relever est de rassurer les collègues des limogés en poste. Car le principal risque qui guette une telle purge inédite dans la Royaume c’est d’être taxée  d’action de circonstance ou sélective. Ce qui laisserait forcément des traces, provoquerait la démobilisation et pourrait même pousser les autres à «rentrer les foins » dans la perspective d’assurer vite leurs arrières avant qu’on leur tombe dessus. Surtout que les serviteurs de l’Etat mis en cause ont été limogés sans possibilité de recours pour se défendre et déployer leurs arguments. En privé, les langues se délient pour critiquer une opération qui ressemble pour les victimes à une mise à mort administrative alors que le pire des criminels a droit à un procès équitable.  D’où la nécessité de restaurer la confiance au sein de la haute fonction publique en expliquant  à ceux qui ont choisi les services de l’Etat les règles du jeu qui doivent désormais régir leur travail. Faute de quoi,  le syndrome de « victime expiatoire » sans défense risque de faire beaucoup de ravages et il serait alors difficile dans ces conditions d’attirer les compétences dont a besoin l’administration marocaine pour fonctionner comme une entreprise privée, selon les critères de rentabilité et de performance. Là réside le vrai enjeu. La rendre attrayante pour qu’elle ne soit plus le refuge des bras cassés et le réceptacle des copains, comme elle l’a été merveilleusement bien jusqu’ici.

Un pays est tiré vers le haut par son élite administrative,  notamment les walis et gouverneurs, les élus locaux et régionaux. En plus d’être censés être en contact avec les populations et de répondre à leurs aspirations, ce sont ceux-là qui ont  le pouvoir d’agir sur les territoires pour les changer dans le sens qui cadre avec les attentes de tous en bataillant pour les projets susceptibles d’impulser une véritable dynamique socioéconomique dans les régions dont la majorité continue à ressembler à des déserts dépourvus des attributs du développement. Tout un programme.

Abdellah CHANKOU

à lire aussi :
Démocratie locale caduque
 Un document émanant de la direction des collectivités locales a révélé des chiffres stupéfiants : 15,4% des élus communaux sont...
Qui stoppera cette Syrie noire?
 Les images sont insoutenables. Horribles. D’une grande sauvagerie. Celles d’enfants syriens victimes de bombardements attribués au régime sanguinaire de Al Assad ...
Akhannouch monte au front
 Aziz Akhannouch est sur tous les fronts. Depuis son avènement à la tête du RNI, ce parti a gagné considérablement en visibilité. En densité...
Le feu de l’inaction
 La crise de Jerada dont le paroxysme a été atteint mercredi 14 mars avec une confrontation violente entre les forces de l’ordre et un groupe de manifestants, qui a fait...