Dernière minute ...
La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre Environ 440.000 candidats, dont 48% de filles, passent le Bac au titre de la session de juin 2018, une hausse de 9,68% par rapport à 2017 L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Can'art et Culture
A la rencontre du Petit Prince
 En partenariat avec le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) et la Fondation Antoine de Saint-Exupéry pour la jeunesse (FASEJ), la Fondation Phosboucraa, filiale du Groupe OCP, organise un événement culturel qui abordera l’influence du désert marocain sur l’ensemble de l’œuvre de l’écrivain Antoine de Saint-Exupéry. L’événement aura lieu à l’Institut du Monde Arabe (IMA) à Paris le 18 décembre 2017 à 17h30,  autour du thème «Antoine de Saint-Exupéry et la Sagesse des Sables». Il se déroulera en trois temps forts : une Conférence, une exposition et un concert, suivi d’un  cocktail dînatoire. Il s’agit d’une manifestation culturelle qui vient créer et installer des passerelles de dialogue entre les communautés quelles que soient leurs cultures. C’est aussi une occasion pour présenter la richesse du patrimoine culturel hassani et le potentiel des trois régions du Sud du Maroc. Tout porte à croire que c’est dans le Grand Sud marocain que le Petit Prince, héros d’Antoine de Saint-Exupéry, est né. L’auteur a vécu pendant 18 mois à Tarfaya, Ex Cap Juby. Durant ces 18 mois de vie quasi-monacale, c’est là qu’il a commencé à écrire des romans. Il écrit son premier roman, «Courrier sud», «dont le titre a été suggéré par un autre grand homme, Jean Mermoz, un aviateur. Il y trouve également le décor du Petit Prince. Les décors naturels de la ville de Tarfaya, plantée à la lisière du désert du Sahara marocain, avec Côté face le fort construit par les Anglais et l’océan et le côté pile, le désert avec sa piste d’aviation, ont pu inspirer l’aviateur de l’Aéropostale. Charmé par cette ville, Antoine de Saint Exupéry y apprit l’arabe dans les tentes autour du thé. Il cherchait la valeur humaine avant tout et c’est dans le désert du Maroc qu’il a vraisemblablement pu la trouver. Ainsi, le Petit Prince voit le jour une décennie plus tard. Antoine de Saint-Exupéry se met en scène lui-même dans son œuvre et raconte l’histoire d’un aviateur qui, à la suite d’une panne de moteur, a dû  se poser en catastrophe dans le désert du Sahara et tente seul de réparer son avion.

à lire aussi :
Jean d’Ormesson tire sa révérence
 L’académicien le plus atypique des « immortels » est mort dans la nuit de lundi à mardi, à l’âge de 92 ans, a annoncé l’AFP....
Une histoire au fil des rails
 «Rêve de gares, une odyssée mondiale» est l’intitulé de l’ouvrage de l’historienne Marie-Pascale Rauzier, qui a été...
A la mémoire de mon père
"Nous fîmes quelques pas et je lui demandai de me tenir la main. elle glissa son bras au-dessous du mien. Nos épaules collées l’une contre l’autre, nous...
Meryem Guennoun signe un album prometteur
 Meryem Guennoun, la gagnante du concours MawahibAlmazar, vient de dévoiler un premier extrait de son prochain album dont la sortie est prévue début 2018. Dans ce titre...