Dernière minute ...
Environ 440.000 candidats, dont 48% de filles, passent le Bac au titre de la session de juin 2018, une hausse de 9,68% par rapport à 2017 L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Ouac-Ouac
Trump met le feu aux poudres
 Donald Trump a concrétisé mercredi 6 décembre  sa dangereuse promesse de campagne. Reconnaître Jérusalem, Al Aods comme capitale d’Israël. Le président américain, qui n’en fait qu’à sa tête depuis qu’il a pris les rênes du pouvoir aux Etats-Unis, a ignoré toutes les mises en garde ( des dirigeants Palestiniens,  de l’Europe du Pape, du Roi du Maroc, etc…). Si ce n’est pas du mépris et de l’arrogance, cela y ressemble beaucoup. Car la communauté internationale n’a jamais reconnu Jérusalem comme capitale d’Israël et considère Jérusalem-Est comme un territoire occupé. Israël proclame tout Jérusalem, Ouest et Est, comme sa capitale « éternelle et indivisible ». La décision condamnable  du locataire de la Maison Blanche, qui  a aussi ordonné de préparer le transfert de l’ambassade des Etats-Unis de Tel-Aviv à Jérusalem, sans fixer de calendrier pour ce déménagement, est porteuse d’un risque d’embrasement de toute la région déjà en proie à de multiples tensions. Les groupes palestiniens avaient appelé à trois « jours de rage ». Dans la bande de Gaza, plusieurs centaines de Palestiniens plein de courroux ont brûlé des drapeaux américains et israéliens et des portraits de Donald Trump. Un rassemblement est prévu à Ramallah, en Cisjordanie, territoire occupé par l’armée israélienne depuis cinquante ans. Revendiquant « une nouvelle approche » sur le conflit israélo-palestinien, Trump le pyromane  avait estimé un peu plus tôt dans la journée de ce mercredi noir que cette décision aurait dû être prise « depuis longtemps ». Heureusement qu’il a été élu à la tête des Etats-Unis dans des conditions sujettes à caution pour s’amuser à prendre le contre-pied de toutes les décisions de bon sens et à faire sortir son pays du consensus international sur une série de dossiers comme celui du climat, de l’immigration ou du libre-échange. Le voilà qui bote la première puissance mondiale hors de son rôle de médiateur majeur dans le conflit israélo-palestinien tout en prenant ouvertement fait et cause pour l’Etat hébreu. Au vu de ces multiples forfaits, une question se pose d’elle-même : Donald Trump mérite-il de présider aux destinées des Etats-Unis ? En reconnaissant Al Aods comme capitale d’un Etat terroriste, Trump a mis le doigt dans un engrenage dangereux dont les conséquences sont incalculables. Il s’est non seulement mis à dos les Palestiniens et le monde arabo-musulman mais il a aussi ouvert la voie à une ère pleine d’incertitude et d’instabilité. «Aujourd’hui nous appelons au calme, à la modération, et à ce que les voix de la tolérance l’emportent sur les pourvoyeurs de haine », avait osé déclarer Trump dans son allocution. Le calme avant l’embrasement ?

à lire aussi :
Manque de Pau pour un étudiant marocain
 L’information, parue dans le quotidien régional français La République des Pyrénées, mercredi 10 janvier 2018, a rapidement enflammé le net....
Un fonds en mal de cohésion
 Diagnostic accablant pour le fonds de la cohésion sociale. Il a été réalisé par la Cour des comptes et soumis mardi 28 novembre par son président Driss...
Bouachrine dans de mauvais draps
 Interpellé vendredi 23 février, le directeur de publication de Akhbar Al Yaoum est poursuivi non pas dans le cadre d’un délit de presse mais pour des affaires de...
Martinsa-Fadesa, une faillite en béton
Le promoteur immobilier espagnol Martinsa-Fadesa a annoncé, lundi 2 mars 2015, sa faillite. Il s'agit de la plus importante du secteur jamais survenue dans la péninsule ibérique,...