Dernière minute ...
Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc CAF 2018: Le WAC remporte sa première super coupe Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" L'Etat doit 18 milliards de DH de remboursements de TVA à l'OCP La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Vote à l’AG de l’ONU sur Jérusalem :  Sur 193 pays membres, 128 ont dit non à la décision de Trump, 9 oui et 35 se sont abstenus  Le ministre ivoirien de l'Industrie et des Mines Jean Claude Brou est le nouveau président de la Commission de la CEDEAO Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L'Autriche est le seul pays de l'UE où l'extrême droite participe au gouvernement Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  Moody’s : " les perspectives pour le système bancaire marocain sont positives" Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Ouac-Ouac
Un fonds en mal de cohésion
 Diagnostic accablant pour le fonds de la cohésion sociale. Il a été réalisé par la Cour des comptes et soumis mardi 28 novembre par son président Driss Jettou à l’attention de la commission de l’évaluation des politiques publiques à la première Chambre. Dans leur enquête, les magistrats pointent une série de dysfonctionnements qui confinent à la gabegie relevés dans plusieurs programmes gérés par ce fonds institué en 1912 par le gouvernement Benkirane. Que ce soit dans le dispositif Ramed, Tayssir ou l’opération « Un million de cartables »,  la bonne gestion n’est pas le fort de cette  Caisse qui a accumulé depuis sa création la bagatelle de plus de 15 milliards de DH dont seule la moitié a été consommée jusqu’ici. Un paradoxe étant donné que les projets sociaux à financier et les populations en situation de difficultés ne manquent guère dans un pays où les inégalités sociales se creusent de jour en jour. En cause certainement  le déficit d’imagination et d’initiative des responsables de ce fonds qui s’est vu également reprocher une absence de stratégie d’action claire dans le domaine du renforcement de la cohésion sociale. D’où le défaut d’affectation de la totalité de ses ressources pour la réalisation des objectifs pour lequel il a été créé. Dans ce sens ; la Cour des comptes fait assumer la responsabilité de ce gâchis principalement au ministère de l’Economie et des Finances en sa qualité d’ordonnateur qui n’a pas mis en place selon les enquêteurs les outils de contrôle et de suivi nécessaires  à une bonne coordination avec les ministères bénéficiaires de la manne du Fonds de la cohésion sociale que sont les départements de l’Intérieur ; la Santé ; l’Education nationale et celui de la Famille et de la Solidarité. Dans ce pays, on entend souvent les responsables exciper du manque ou de la faiblesse des ressources financières pour justifier la persistance de nombre de déserts dans différents domaines. Le rapport qui a épinglé la gestion du Fonds de la Cohésion vient battre en brèche cet argument tout en montrant que le principal déficit qui mine le Maroc se situe ailleurs. Sur le terrain de la cohésion et de l’efficacité de l’action publique.

à lire aussi :
Autoroutes du Maroc : à vos risques et périls
 Ces derniers temps, on ne compte plus les caillassages d’automobilistes sur les autoroutes du Maroc. Un phénomène inquiétant qui ne cesse de s’intensifier dans...
Tom Hanks à dos d’âne
Il s’agit d’une aventure digne des grands films comiques américains que l’acteur Tom Hanks a vécu en vrai dans le Sud marocain où il était parti en...
L’OCP offre son expertise agricole aux Tunisiens
 Adapté à la nature saumâtre des eaux souterraines et à la texture des sols de Foum El Oued, le projet pilote de développement agricole intégré du...
On Onfray bien avec l'islam…
Onfray pense que l'Islam c'est empêcher l'éducation des filles et c'est envoyer les femmes aux cuisines. Il en est convaincu. Pourquoi? Parce que c'est le modèle pur de...