Dernière minute ...
Le parquet de Tokyo a décidé vendredi 11 Janvier 2019 de retenir deux nouvelles inculpations contre Carlos Ghosn Les ménages marocains pessimistes pour l'année 2019 (HCP) 13,75 tonnes de résine de cannabis saisis samedi 05 Janvier 2019 au Port Tanger Med  Des données personnelles de centaines de responsables allemands, dont Merkel, divulguées sur internet Meurtres d'Imlil : le BCIJ arrête 17 complices (Le ministre de l'Intérieur le 24/12/2018) La crise des Gilets jaunes aura coûté 0,2 point de PIB à la croissance en France  à fin 2018 (Insee) Guides touristiques non formés : la phase transitoire passera à 6 ans Agriculture: 18 milliards de DH pour booster les produits du terroir 68% des Marocains contre GMT+1  Taoufik Bouachrine condamné à 12 ans d'emprisonnement Le Roi participe à Paris aux cérémonies du centenaire de l'armistice  Pas d'augmentation des tarifs de la vignette auto en 2019 au Maroc (Gouvernement) Le PIB agricole a augmenté en moyenne de 5,25% depuis le lancement, il y a 10 ans, du Plan Maroc Vert pour s'établir à 125 milliards de DH en 2018 A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Ouac-Ouac
Zefzafi mouille El Omari
 Les déclarations de l’avocat de Nasser Zefzafi ont fait l’effet d’une bombe lors à la Chambre correctionnelle de la Cour d’appel de Casablanca lors  de la séance du procès des accusés du Rif du mardi 21 novembre. Ishaak Charia a partagé avec l’assistance une confidence dont lui aurait fait part M. Zafzafi qu’il défend dans ce dossier : «Lors de nos échanges, mon client m’a informé à maintes reprises qu'El Omari le poussait à comploter contre la stabilité du pays et contre le roi», a-t-il lâché. Grande stupéfaction dans l’assistance et parmi les juges qui sur le coup étaient décontenancés, ne sachant comment réagir face à des propos aussi explosifs. Le juge de séance se ressaisit et rappelle à l’avocat la gravité de ses déclarations qui relèvent du pénal car  mettant en cause un homme politique de premier plan, en l’occurrence le secrétaire général du PAM. Cette accusation fait de cet ancien gauchiste officiellement repenti un traître qui pratique le double jeu. Sous des dehors d’homme patriote et fidèle, il travaillerait en sous-main contre son propre pays à l’égard duquel il nourrirait in petto les pires desseins… Mais Me Charia, réputé pour son impétuosité,  persiste et signe en ajoutant : « J’assume l’entière responsabilité de mes dires et  je suis prêt à en payer le prix si mes propos s’avéraient mensongers», affirme-t-il en substance, visiblement sûr de son fait, sans pour autant fournir la moindre preuve étayant ce qui reste au stade d’allégations. Mais à quoi rime la sortie spectaculaire de l’avocat de la star de la révolte rifaine ? Voilà qui donne une nouvelle tournure pour le moins inattendue à un dossier complexe qui n’a manifestement pas  encore livré tous ses secrets. Gravement mis en cause, l’enfant d’El Hoceima, déjà en disgrâce, finira-il par rejoindre l’affiche judicaire du procès le plus retentissant de ces dernières années ?

 

à lire aussi :
Fusillade meurtrière sous les palmiers : Marrakech connection
 Marrakech n’est plus seulement une cité mondialement connue où il fait bon séjourner sous les palmiers. Mondialisation et ouverture obligent, elle est devenue le...
Saveurs du Palais… Le Maroc bien dans son assiette
Dimanche, les rues sont quasi vides, les boulevards casablancais ne sont plus ceux qu’on connaît en semaine, à croire que nous avons changé de ville. Au sein du quartier...
Un décès et des élucubrations
Vu la situation de tension politique et social au Venezuela, l’annonce du dé- cès subit il y a quelques jours d’Ilyas Melul, Consul honoraire du Royaume à Caracas,...
Exil religieux
Il y a quelques années, des témoignages de jeunes Marocains qui se sont convertis au christianisme circulaient sur Internet. Sous forme d’enregistrements audio, ou encore de...