Dernière minute ...
Marathon des sables 2018: Rachid El Morabity remporte son 6ème titre Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Samedi 14 avril,  00h55 GMT : de fotes explosions entendues à Damas, Trump a ordonné des frappes contre la Syrie avec la participation de la France et la Grande Bretagne Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc CAF 2018: Le WAC remporte sa première super coupe Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Vote à l’AG de l’ONU sur Jérusalem :  Sur 193 pays membres, 128 ont dit non à la décision de Trump, 9 oui et 35 se sont abstenus  Le ministre ivoirien de l'Industrie et des Mines Jean Claude Brou est le nouveau président de la Commission de la CEDEAO Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L'Autriche est le seul pays de l'UE où l'extrême droite participe au gouvernement Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  Moody’s : " les perspectives pour le système bancaire marocain sont positives" Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le Maigret du Canard
Révolte dans l’air
 Depuis plusieurs années, les habitants de Kenitra sont aux prises avec une pollution atmosphérique insidieuse qui menace leur santé. Pour toute réaction, les responsables ont pris des mesures poudre aux yeux… 

Depuis plus de trois ans et demi, les habitants de la capitale du Gharb, Kenitra, vivent avec une drôle de chose au-dessus de la tête. Un nuage de fumée noire qui leur empoisonne la vie  en leur faisant craindre des maladies respiratoires. Pour se protéger contre ces fines particules dangereuses présentées comme cancérigènes par certaines sources, plusieurs centaines de Kénitris ont décidé de se couvrir le nez avec un masque de protection médicale qui leur tient office d’un  masque antipollution en bonne et due forme. Mais d’ou  vient  ce léger  brouillard inquiétant pouvant être néfaste pour la santé ?  La population locale  soupçonne certaines unités industrielles implantées dans la banlieue de la ville, surtout celles qui sont spécialisées dans l’incinération des pneus usagés, d’être à l’origine de cette pollution. Depuis  son apparition en 2014, le nombre de cas d’asthme et d’infections pulmonaires aurait explosé, ce qui laisse supposer l’existence d’un cause à effet, confirmée par une enquête commandée sous la pression continue de l’opinion locale au début de cette année par les autorités locales. Après analyse d’un échantillon, le laboratoire d’analyses  a conclu à la mauvaise  qualité de l’air inhalé par les habitants vivant à proximité de la zone industrielle. Mais en même temps, la ministre de l’Environnement de l’époque, Hakima El Haité, s’est montrée rassurante en indiquant que l’air est propre dans le reste de la ville, sans aller jusqu’à prendre les mesures légales qui s’imposent à l’encontre des industries à l’origine de cette catastrophe. Alors qu’elle n’est plus ministre, le problème reste toujours posé ! Voilà des responsables qui ne manquent pas d’air !  Après plusieurs années d’atermoiements, de promesses non tenues et d’écran de fumée, les autorités locales et élues ont déclenché un grand plan d’urgence: la réunionite. Avec comme objectif premier non pas de trouver une solution à ce problème sérieux mais de rassurer les habitants qu’il s’agissait à coups de discours lénifiants de dissuader de poursuivre leurs manifestations. Dans un pays où la peur des mouvements  de foule reste vive- la révolte de El Hoceïma est là pour la renforcer-éviter que les citoyens battent le pavé avec tout ce que cela comporte comme risque de dérapages est la seule préoccupation des autorités.  On dirait que la COP 22 de Marrakech avec ses belles envolées écologiques n’est pas passé par Kenitra !

Face à ce laxisme sous-entendu par des arrière-pensées sécuritaires, la société civile locale a décidé de hausser le ton et de durcir son mouvement.  Plus qu’un sujet de mécontentement, cette pollution atmosphérique infligée aux habitants est en train de les tuer de manière insidieuse et silencieuse. 

Contamination

La mobilisation citoyenne a porté ses fruits puisque  le Secrétariat d'État chargé du Développement durable (SEDD) a été acculé à prendre une série de mesures censée réduire la propagation du phénomène de la poussière noire.

La première et principale mesure consiste en la mise à disposition depuis le 2 novembre 2017 des autorités locales d’une unité mobile de surveillance de la qualité de l’air, relevant du laboratoire national des études et de surveillance de la pollution (LNESP). Or, des échantillons de l’air de Kenitra ont été soumis à analyse à deux reprises, concluant à chaque fois à la contamination de l’atmosphère de la ville. Tout se passe comme s’il  fallait une vingtaine d’enquête avant d’aboutir au fait que la poussière noire est nocive et  à la nécessite d’agir par un dispositif concret. La deuxième mesure se décline sous forme de la  présentation d’un rapport détaillé d’ici la fin du mois de novembre au comité technique régional permanent pour le suivi de la qualité de l’air pour prendre les décisions adéquates conformément à la loi. En attendant, cette dernière continue à être piétinée par les pollueurs! La troisième mesure prise par le SEDD est époustouflante :  l’organisation les 24, 26 et 31 octobre derniers d’une énième campagne de visites de contrôle des unités industrielles opérant dans le zone incriminée pour vérifier leur conformité avec les normes environnementales.

Autre décision prise par le SEDD, l’organisation de visites sur le terrain en février et en mars 2017 qui ont concerné 21 usines dont deux centrales électriques. Dans ce sillage, le comité régional a procédé à la réduction de 50% des horaires de travail de ces deux centrales. Cette campagne de contrôle, qui a également  touché  les hammams et les fours de la capitale du Gharb, a-t-elle permis de faire dissiper le nuage de poussière noire et surtout protéger durablement  les habitants de la pollution  atmosphérique ? Le président du conseil de Kenitra Abdelaziz Rabbah, qui a brillé par son absence sur ce dossier de santé publique de ses administrés, saura répondre certainement à cette question très brûlante…

Abdelali Darif Alaoui  

à lire aussi :
La guerre des chiffres
La guerre des chiffres entre le HCP et le Ministère de l’Industrie du commerce et de l’économie numérique aura-t-elle lieu ? Nous sommes tentés d’y...
Le PJD en marche vers la sanction ?
Après trois années de gestion de la plus grande ville du pays, le parti islamiste a réussi à masquer son inexpérience en surjouant la...
Les Nouvelles Tendances du management (fin)
Cependant, il ne faut pas se faire d'illusion, la complexité des problèmes contemporains est telle que beaucoup d'efforts seront encore nécessaires pour renouveler les fondements...
Les Nouvelles Tendances du management (2)
Développer l'innovation passe par le dépassement des obstacles que celle-ci rencontre. Cela suppose, que les acteurs entrent dans une "coopérativité lectorielle",...