Dernière minute ...
Marathon des sables 2018: Rachid El Morabity remporte son 6ème titre Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Samedi 14 avril,  00h55 GMT : de fotes explosions entendues à Damas, Trump a ordonné des frappes contre la Syrie avec la participation de la France et la Grande Bretagne Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc CAF 2018: Le WAC remporte sa première super coupe Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Vote à l’AG de l’ONU sur Jérusalem :  Sur 193 pays membres, 128 ont dit non à la décision de Trump, 9 oui et 35 se sont abstenus  Le ministre ivoirien de l'Industrie et des Mines Jean Claude Brou est le nouveau président de la Commission de la CEDEAO Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L'Autriche est le seul pays de l'UE où l'extrême droite participe au gouvernement Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  Moody’s : " les perspectives pour le système bancaire marocain sont positives" Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Edito
Très chère francophonie
 Le président français Emmanuel Macron a fait de la romancière franco-marocaine Leïla Slimani sa représentante « personnelle » pour la francophonie.  M. Macron qui affectionne particulièrement la symbolique a choisi le jour de l’attribution du Goncourt 2017, lundi 6 novembre dont notre écrivaine a été la récipiendaire de l’édition 2016 pour la recevoir à l’Elysée. Le profil de cette nouvelle recrue s’insère parfaitement dans l’écurie de la macronie dont le chef privilégie moins l’expérience politique que le talent.  Et la jeune romancière de 36 ans, qui a tapé dans l’œil du couple présidentiel pendant la course à l’Elysée, en a revendre. Les objectifs de la nouvelle mission de l’ambassadrice de Macron sont ambitieux :  Promouvoir la langue de Molière, la diversité culturelle, mobiliser les amis de la France sur des sujets telles que l'égalité entre les deux sexes… Vaste programme, aux allures d’une gageure,  pour une beur qui n’est pas vraiment bien outillée pour porter haut l’étendard de la francophonie dans un monde où l’usage du français recule de plus en plus sous les coups de boutoir de cette mondialisation galopante qui se déploie  essentiellement en anglais.  Classée dixième langue, avec 170 millions de francophones dans le monde contre plus de 500 millions de locuteurs de l'espagnol et du portugais, le français perd partout du terrain au profit d’autres langues jusque dans ses anciennes colonies. Le déclin est incontestable et il se poursuit de plus belle. En cause, la passivité des dirigeants français eux-mêmes qui ne font pas  grand-chose pour défendre son statut  historique de vecteur d’une belle culture et de fenêtre ouverte sur le monde. Pis,  apprendre à parler la langue de Molière est devenu très peu accessible en raison des prix anormalement chers pratiqués par les établissements de l’enseignement français qu’ils soient publics ou privés. Du coup,  seule une infime minorité issue des classes aisées  peut se permettre de payer une fortune que rien ne justifie pour la scolarisation de ses enfants alors que les familles des classes moyennes se saignent aux quatre veines pour économiser un budget hors de portée.

En somme, pour parler français en pays francophone, il faut être fils de milliardaire ou de millionnaire. Un vrai luxe. Un produit très rare. En cédant à cette politique de marchandisation de l’école poussée à l’extrême, la France s’est mise en retrait, limitant sa capacité de projection hors de ses frontières.  Une réalité que reflète parfaitement le recul dans les sociétés francophones de sa propre langue et culture  qui naguère étaient accessibles au plus grand nombre y compris aux fils des moins lotis financièrement. Et c’est cette mixité (des classes où les enfants de riches côtoient ceux des milieux modestes et le fils du chauffeur celui du rejeton de son patron) qui faisait justement la grandeur et la force de la France. Que reste-t-il aujourd’hui de cette égalité devant l’école chère à Jules Ferry  et toujours obligatoire en France ? Pas grand-chose y compris dans les établissements scolaires marocains où l’éducation reçue par les élèves est tributaire du statut social de leurs parents. Aux défavorisés une école publique criblée de maux et aux nantis les enseignes payantes. Ya-t-il  pire injustice que celle qui détermine l’avenir des enfants à leur naissance ? Tout esprit de coopération, tel qu’il se déployait au lendemain des indépendances,  a disparu au fil des ans des programmes éducatifs français au Maroc. Un esprit de coopération que l’Espagne via ses missions espagnoles a su maintenir jusqu’à aujourd’hui en pratiquant des frais de scolarité globalement abordables, trois fois moins chers que ceux de leurs consœurs  françaises.   Que reste-t-il aussi de l’ambition sincère des chefs d’Etat des anciens colonies  comme le Sénégalais Léopold Senghor qui après les indépendances ont émis le souhait de se rassembler au sein d’une organisation francophone pour continuer à faire vivre la proximité culturelle et linguistique avec l’ex-colonisateur ?  Le souvenir d’une ambition sincère qui s’est fracassée sur les récifs d’une crise de vision…

Abdellah CHANKOU

à lire aussi :
Réformer avec l’enseignant…
  La dégringolade continue de plus belle. Le Maroc vient de perdre d’un seul coup 20 points dans le classement 2017 du forum économique mondial en...
Un gouvernement de glace
 En regardant les images de ces chutes impressionnantes de neige dans plusieurs contrées du pays et les mille et une difficultés que ce phénomène fait subir à...
Köhler est-il cool ?
Une nouvelle séquence s’est ouverte dans le sempiternel pseudo-conflit du Sahara marocain avec la relance à Lisbonne  des négociations avec les parties...
Démocratie locale caduque
 Un document émanant de la direction des collectivités locales a révélé des chiffres stupéfiants : 15,4% des élus communaux sont...