Dernière minute ...
68% des Marocains contre GMT+1  Taoufik Bouachrine condamné à 12 ans d'emprisonnement Le Roi participe à Paris aux cérémonies du centenaire de l'armistice  Pas d'augmentation des tarifs de la vignette auto en 2019 au Maroc (Gouvernement) Le PIB agricole a augmenté en moyenne de 5,25% depuis le lancement, il y a 10 ans, du Plan Maroc Vert pour s'établir à 125 milliards de DH en 2018 Trump a suggéré « un mur le long du Sahara » pour freiner l'émigration !! A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Le Conseil des ministres approuve le projet de loi sur le service militaire Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le migrateur
Arabie saoudite : Une purge pour renflouer les caisses ?
 Onze princes et des dizaines de ministres, anciens et actuels, ont été arrêtés le week-end dernier en Arabie saoudite au cours d'une purge sans précédent qui doit permettre au jeune prince héritier de consolider son pouvoir.

C’est probablement la prison la plus luxueuse dont on pourrait rêver. Un palace style Second Empire 5 étoiles, dont le domaine s'étend sur une vingtaine d'hectares. Depuis ce week-end, l'hôtel Ritz-Carlton a pourtant des allures de prison fortifiée. Plusieurs dizaines d'hommes influents dans le pays, des princes, des ex-ministres, mais aussi des milliardaires et des hommes d'affaires sont détenus entre ses murs pour y être interrogés par les autorités. Une bastille dorée, digne de la Cathédrale de Pablo Escobar, mais dont les chambres et les suites royales semblent pourtant inaccessibles. Une courte vidéo de quelques secondes partagée par le site du New York Times montre en effet des hommes allongés dans la promiscuité sur des matelas posés à même le sol et surveillés par des gardes en armes. La purge a été organisée ce week-end, aussi brutale que massive et plusieurs dizaines de personnalités ont été arrêtées. Elle  a été orchestrée après l'ouverture d'une enquête par la commission anticorruption. Elle renforce le pouvoir du prince héritier Mohammed ben Salmane, fils du roi Salmane, âgé de 81 ans. Onze princes, quatre ministres et des dizaines d'anciens ministres ont été arrêtés, alors que la commission anticorruption a ouvert des enquêtes sur des affaires, pour certaines assez anciennes, dont une concerne les inondations meurtrières ayant dévasté en 2009 la ville de Jeddah (Ouest). Un responsable gouvernemental a donné à l'Agence France-Presse une liste de 14 personnalités de haut rang limogées ou arrêtées incluant le prince Al-Walid. Avec ces arrestations, «  le royaume ouvre une nouvelle ère et une politique de transparence, de clarté et de responsabilité  », a déclaré, dimanche, le ministre des Finances Mohammed al-Jadaan, ajoutant que ces actions «  décisives préserveront le climat pour les investissements et renforceront la confiance dans l'État de droit». Avec Mohammed ben Salman, le rythme des bouleversements est vertigineux. Il ne se passe pas de semaine sans qu’une annonce majeure vienne bousculer l’économie ou la société. La lutte contre la corruption, invoquée pour mener cette purge, n’est évidemment qu’un prétexte. Elle permet surtout d’écarter les gêneurs et ceux qui ont pu exprimer des réticences face à l’ascension éclair de Mohammed Ben Salman, âgé de seulement 32 ans. La recette a déjà fait ses preuves en Russie, où Vladimir Poutine a écarté les magnats de l’industrie et les grands partons de médias qui ne lui avaient pas fait allégeance à son arrivée au pouvoir.

à lire aussi :
La Tunisie en torture et répression
Une ONG tunisienne a dénoncé aujourd'hui le recours persistant à des méthodes de torture "très dures" en Tunisie, notamment dans des postes de police, et l'absence...
Quel avenir pour la Syrie ?
Ils sont, par défaut, devenus les nouveaux maîtres du jeu syrien. Le président Erdogan a reçu mercredi à Ankara ses homologues iranien, Hassan Rohani, et russe,...
Trump se la joue militaire
Pour lutter contre l’immigration clandestine, en attendant la construction de son mur qui n’a toujours pas commencé, Donald Trump souhaite déployer l’armée le...
Triste fin pour Saleh
 Ali Abdallah Saleh vantait sa capacité à «danser sur les têtes de serpent». Son talent manœuvrier lui a permis de se maintenir près de 34 ans...