Dernière minute ...
ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" L'Etat doit 18 milliards de DH de remboursements de TVA à l'OCP 30% de la dette publique intérieure est détenue par des caisses de retraite en 2016 La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Le 22 décembre 2017, le bitcoin chute de 25 %, de 20.000 $ à 14.445 $ Catalogne-21 Décembre : Majorité absolue des indépendantistes mais former un gouvernement n’est pas garantie Vote à l’AG de l’ONU sur Jérusalem :  Sur 193 pays membres, 128 ont dit non à la décision de Trump, 9 oui et 35 se sont abstenus  Le ministre ivoirien de l'Industrie et des Mines Jean Claude Brou est le nouveau président de la Commission de la CEDEAO Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L'Autriche est le seul pays de l'UE où l'extrême droite participe au gouvernement Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  Moody’s : " les perspectives pour le système bancaire marocain sont positives" Né à Barcelone, Manuel Valls, l'ex premier minisre français qualifie le référendum indépendantiste catalan  de "folie" Art :70 œuvres originales de maîtres espagnols exposées au MMVI à Rabat Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 Institut Montaigne : "Le Maroc, tête de pont des investissements internationaux en Afrique" Un chef de parti nationaliste flamand veut construire une prison belge au Maroc L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Ouac-Ouac
Fusillade meurtrière sous les palmiers : Marrakech connection
 Marrakech n’est plus seulement une cité mondialement connue où il fait bon séjourner sous les palmiers. Mondialisation et ouverture obligent, elle est devenue le repaire des mafieux, des trafiquants de drogue et autres escrocs qui viennent y recycler leur argent sale dans divers projets touristiques ou immobiliers.

La victime du Café huppé « la Créme », implanté au cœur du quartier huppé de l’Hivernage, un étudiant en médecine du nom de Hamza Chaib tué d’une balle dans la tête, ne pouvait pas savoir qu’il avait rendez-vous ce 2 novembre en début de soirée avec la mort en s’attablant dans ce café avec un groupe d’amis. Un destin cruel puisque ce n’était pas lui la cible des deux tueurs à gage mais le proprio des lieux qui quelque minutes avant la fusillade était assis à la même table qu’occupera la victime et ses compagnons dont une fille et un garçon seront grièvement touchés par les éclats balles tirées d’un Glock 39 mm. Originaires l’un du Surinam et l’autre de la République dominicaine,  les deux tueurs à gage présumés qui sont naturalisés hollandais ont donc ouvert le feu sur la mauvaise cible avant de prendre la fuite à bord de leur grosse moto Yamaha T-Max et d’être cravatés par les limiers de Abdellatif El Hammouchi.         

Selon des sources proches de l’enquête, le propriétaire du café « La Créme » qui s’appelle Mostafa alias « Mouss » fait partie des nouveau riches de Marrakech.  Grand passionné de voitures de luxe, il serait impliqué dans des affaires de blanchiment et de trafic de drogue.

Le site électronique néerlandais « Misdaadjournalist »  raconte une version un peu différente des faits.  Sous le titre « Meurtre par erreur à Marrakech : le frère de Moes F.  visé », ce support, spécialisé dans les faits divers, rapporte dans son édition du 3 novembre que «la cible n'était pas Moes [le propriétaire de la crémerie], mais son petit frère. Un groupe de personnes fait le vide autour de Mouss depuis un certain temps. Ce meurtre a également été annoncé (…) »

Toujours selon « Misdaadjournalist », « les hitmans » de Marrakech [tueurs à gages], sont des amateurs qui ont paniqué et commencé à tirer dans le tas sans bien prendre le temps d’ identifier leur cible. « Tout le monde sait que Moes est chauve et a le crâne bien lisse, mais les victimes avaient toutes des cheveux sur la tête(…) Moes avait vécu aux Pays-Bas où il possède une boîte de nuit à Zoetermeer [Hollande méridionale] », écrit le journaliste.

Placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête supervisée par la justice, les deux pieds nickelés du crime « ont de nombreux antécédents judiciaires et des liens directs dans des affaires de trafic de drogue, de kidnapping et séquestration d'otages, de demande de rançon, de vol à main armée et de tentative d’homicide volontaire ». Reste maintenant à identifier avec précision le commanditaire de cet assassinat qui a tourné court. Celui-ci serait un baron de la drogue qui purge actuellement une peine de prison aux Pays-Bas. Voilà qui ressemble  à un règlement de comptes entre gangs de la drogue qui commencent à exporter leur guerre au Maroc en utilisant les flingues. Jusqu’ici à l’abri de ce genre de phénomène qui fait rage dans des pays comme la Colombie et le Mexique, le Royaume est-il en train de payer sa  politique d’ouverture tous azimuts ?

à lire aussi :
Zefzafi mouille El Omari
 Les déclarations de l’avocat de Nasser Zefzafi ont fait l’effet d’une bombe lors à la Chambre correctionnelle de la Cour d’appel de Casablanca lors ...
Autoroutes du Maroc : à vos risques et périls
 Ces derniers temps, on ne compte plus les caillassages d’automobilistes sur les autoroutes du Maroc. Un phénomène inquiétant qui ne cesse de s’intensifier dans...
Le calvaire d’un cancéreux avec la BMCI
Depuis 2011, Zaki vit un véritable calvaire à cause d’une grave méprise de la BMCI sur son dossier de crédit immobilier remboursable sur 25 ans d’un montant de...
#Jesuisraef : un blogueur dans la tourmente
«Si tu es Charlie, tu es Raef», lit-on sur twitter où l’on souligne avec force commentaires l’hypocrisie des chancelleries occidentales qui ne semblent guère se...