Dernière minute ...
La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre Environ 440.000 candidats, dont 48% de filles, passent le Bac au titre de la session de juin 2018, une hausse de 9,68% par rapport à 2017 L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le migrateur
Liban : Un front chiite contre Hezbollah
 Au Liban, des personnalités chiites d’horizons très variés ont créé début octobre un mouvement d’opposition au Hezbollah. C’est la première fois qu’un front aussi large se forme au sein de cette communauté, contre cette formation qui détient le quasi-monopole de la représentation des chiites dans les instances de l’Etat. Ce collectif déploie de grands efforts pour plaider en faveur d'un retour «à la légitimité et aux constantes souverainistes de l'intifada de l'Indépendance», face à ce qu'ils perçoivent comme «l'hégémonie du Hezbollah sur le Liban». Les responsables de cette initiative veulent profiter des prochaines élections législatives, prévues en mai 2018, pour entamer, ou du moins ébrécher, cette hégémonie, partagée avec le parti Amal, un autre parti chiite.  L’acte fondateur du mouvement, qui s’est tenu le 4 octobre dans un hôtel de Beyrouth, a réuni une cinquantaine de figures chiites indépendantes. Des ex-communistes, des dissidents du Hezbollah, des libéraux, des intellectuels et des représentants de grandes familles de la vallée de la Bekaa ou du sud du Liban, les deux principales zones d’implantation de la communauté chiite, avec la banlieue sud de Beyrouth. Mais il reste que les sujets d'actualité brûlante n'ont pas pu faire l'unanimité des membres de collectif, comme la question iranienne. Ainsi, les propos tenus récemment par le président iranien Hassan Rohani, et selon lesquels, aucune décision n'est prise au Liban sans tenir  compte du point de vue de l'Iran, ont provoqué un tollé autour de la nécessité – ou non – de convoquer l'ambassadeur de Téhéran pour des clarifications. Certains ont même accusé le chef de l'État, Michel Aoun, et le ministre des Affaires étrangères, GebranBassil, de manquement à leurs responsabilités dans ce domaine. D’autres appellent à la tenue d'un sit-in devant l'ambassade iranienne à Beyrouth, pour exprimer l'opposition des Libanais au discours du président de la République islamique.

à lire aussi :
Oum Zahra, la marieuse de Daech
Une jeune française de 21 ans, partie l'année dernière en Syrie, aurait joué le rôle de tour opérateur et d'agence matrimoniale pour le compte de l'Etat...
Le pouvoir algérien redistribue les cartes
Le général Toufik, qui dirigeait le Département du renseignement et de la sécurité (DRS) depuis vingt-cinq ans, a été destitué par le...
L’Algérie broie encore du noir
Avec l’énorme crise financière que connait actuellement l’Algérie, les langues se délient. La grogne gagne même les politiques. Au parlement...
La Tunisie en torture et répression
Une ONG tunisienne a dénoncé aujourd'hui le recours persistant à des méthodes de torture "très dures" en Tunisie, notamment dans des postes de police, et l'absence...