Dernière minute ...
Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc CAF 2018: Le WAC remporte sa première super coupe Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" L'Etat doit 18 milliards de DH de remboursements de TVA à l'OCP La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Vote à l’AG de l’ONU sur Jérusalem :  Sur 193 pays membres, 128 ont dit non à la décision de Trump, 9 oui et 35 se sont abstenus  Le ministre ivoirien de l'Industrie et des Mines Jean Claude Brou est le nouveau président de la Commission de la CEDEAO Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L'Autriche est le seul pays de l'UE où l'extrême droite participe au gouvernement Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  Moody’s : " les perspectives pour le système bancaire marocain sont positives" Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le migrateur
Bouteflika mourra président !
 L’entourage du président Abdelaziz Bouteflika qui peine à retrouver ses capacités motrices et pourtant en poste depuis 1999, est accusé de préparer sa candidature pour 2019.
 

Il y a trois ans, en 2014, son investiture pour un quatrième mandat avait ébahit le monde. Comment un président, diminué physiquement, installé sur une chaise roulante et qui peine à retrouver ses capacités motrices peut-il être reconduit à la tête du pays ? Sa réélection, avec un score à la soviétique, qui s’apparentait plus à une farce grotesque avait alors mis à nu les dissolutions au sein du pouvoir, détenu par la junte militaire. Tout le monde croyait que temps allait leur permettre de trouver un consensus sur la personne qui allait devenir le prochain président fantoche. Sauf que non. dimanche 8 octobre, trois personnalités – Ahmed Taleb Ibrahimi, ex-ministre des affaires étrangères, l’avocat Ali Yahia Abdennour, ancien ministre et militant des droits de l’homme, et le général en retraite Rachid Benyelles, ancien chef des forces navales – ont publié une tribune dans laquelle ils accusent l’entourage d’Abdelaziz Bouteflika de «préparer la candidature pour un cinquième mandat présidentiel d’un vieil homme impotent et incapable de s’exprimer». Difficile d’imaginer un tel scénario. Et pourtant. C’est en Algérie et Nulle part ailleurs. Ce n’est pas la première fois que l’hypothèse d’un cinquième mandat pour le chef de l’Etat, âgé de 80 ans, est évoquée. En théorie, rien ne l’empêche : le président, en poste depuis 1999, a fait modifier la Constitution en 2008 pour faire sauter la limitation à deux mandats présidentiels. dans les faits, une telle perspective – qu’elle soit ou non sérieusement envisagée – alimente l’inquiétude. La tribune de dimanche est ainsi la dernière expression d’un désarroi grandissant face à une situation de blocage devenue périlleuse, alors que les finances du pays se dégradent rapidement. Victime d’un accident vasculaire cérébral en 2013 et absent pendant trois mois du pays, Abdelaziz Bouteflika avait été réélu en avril 2014 au terme d’une étrange campagne pendant laquelle le candidat n’était jamais apparu. Les critiques étaient déjà fortes. Trois ans plus tard, la situation s’est encore dégradée. «Pour éviter le naufrage et sauver ce qui peut l'être encore, nous devons taire nos divergences culturelles, linguistiques et politiques pour crier à l'unisson : ça suffit!», estiment les trois signataires, appelant à un "front commun" contre "ceux qui ont confisqué" le pouvoir "depuis près de 20 ans". Fait rarissime en Algérie, les trois personnalités s’adressent même à l’armée que tout le monde sait détient les clés du pouvoir afin de les implorer de réagir.

à lire aussi :
Al Sissi dans l'enfer du Sinaï
 L’attentat sanglant qui a fait 305 morts le 27 novembre dans une mosquée du Sinaï signe l’échec de la stratégie répressive du président Al...
Algérie : Un handicap nommé Bouteflika
Publiée début avril sur YouTube, la parodie fait un tabac. On y entend un jeune homme détourner un célèbre tube du Belge Stromae. «Outai Boutef ! Boutef...
Angela Merkel, toujours coriace
 La femme politique la plus puissante du monde vient d’être réélue en Allemagne. Mais l’entrée en force de l’extrême droite au Bundestag et les...
Al Sissi renoue avec Abdelfettah
Le double attentat qui a frappé, dimanche 9 avril, deux églises chrétiennes d’egypte, tuant au moins 44 personnes, n’a malheureusement pas surpris la minorité...