Dernière minute ...
Né à Barcelone, Mnauel Valls, l'ex premier minisre français qualifie le référendum indépendantiste catalan  de "folie" Art :70 œuvres originales de maîtres espagnols exposées au MMVI à Rabat Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 Institut Montaigne : "Le Maroc, tête de pont des investissements internationaux en Afrique" Macron a signé les ordonnances validant la réforme du Code du travail Référendum en Catalogne :  Rabat soutient Madrid Un chef de parti nationaliste flamand veut construire une prison belge au Maroc L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Casa-Paris Orly 2ème ligne aérienne la plus fréquentée au monde Mis en examen, le Franco-marocain El Guerrab démissionne du LREM Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La localité marocaine de Mhamid el Ghizlane est le meilluer endroit au monde pour observer les étoiles selon le magazine web "Blasting News" Le parlement européen rejette  sa recommandation sur l'élargissement du mandat de la Minurso aux droits de l’Homme  La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le migrateur
Bouteflika mourra président !
 L’entourage du président Abdelaziz Bouteflika qui peine à retrouver ses capacités motrices et pourtant en poste depuis 1999, est accusé de préparer sa candidature pour 2019.
 

Il y a trois ans, en 2014, son investiture pour un quatrième mandat avait ébahit le monde. Comment un président, diminué physiquement, installé sur une chaise roulante et qui peine à retrouver ses capacités motrices peut-il être reconduit à la tête du pays ? Sa réélection, avec un score à la soviétique, qui s’apparentait plus à une farce grotesque avait alors mis à nu les dissolutions au sein du pouvoir, détenu par la junte militaire. Tout le monde croyait que temps allait leur permettre de trouver un consensus sur la personne qui allait devenir le prochain président fantoche. Sauf que non. dimanche 8 octobre, trois personnalités – Ahmed Taleb Ibrahimi, ex-ministre des affaires étrangères, l’avocat Ali Yahia Abdennour, ancien ministre et militant des droits de l’homme, et le général en retraite Rachid Benyelles, ancien chef des forces navales – ont publié une tribune dans laquelle ils accusent l’entourage d’Abdelaziz Bouteflika de «préparer la candidature pour un cinquième mandat présidentiel d’un vieil homme impotent et incapable de s’exprimer». Difficile d’imaginer un tel scénario. Et pourtant. C’est en Algérie et Nulle part ailleurs. Ce n’est pas la première fois que l’hypothèse d’un cinquième mandat pour le chef de l’Etat, âgé de 80 ans, est évoquée. En théorie, rien ne l’empêche : le président, en poste depuis 1999, a fait modifier la Constitution en 2008 pour faire sauter la limitation à deux mandats présidentiels. dans les faits, une telle perspective – qu’elle soit ou non sérieusement envisagée – alimente l’inquiétude. La tribune de dimanche est ainsi la dernière expression d’un désarroi grandissant face à une situation de blocage devenue périlleuse, alors que les finances du pays se dégradent rapidement. Victime d’un accident vasculaire cérébral en 2013 et absent pendant trois mois du pays, Abdelaziz Bouteflika avait été réélu en avril 2014 au terme d’une étrange campagne pendant laquelle le candidat n’était jamais apparu. Les critiques étaient déjà fortes. Trois ans plus tard, la situation s’est encore dégradée. «Pour éviter le naufrage et sauver ce qui peut l'être encore, nous devons taire nos divergences culturelles, linguistiques et politiques pour crier à l'unisson : ça suffit!», estiment les trois signataires, appelant à un "front commun" contre "ceux qui ont confisqué" le pouvoir "depuis près de 20 ans". Fait rarissime en Algérie, les trois personnalités s’adressent même à l’armée que tout le monde sait détient les clés du pouvoir afin de les implorer de réagir.

à lire aussi :
Bouteflika twitté, Alger outrée !
La récente diffusion d’une photo du pré- sident algérien Abdelaziz Bouteflika, 79 ans, où il semble très affaibli a relancé les spéculations sur...
La Libye dans les griffes de l’EI
Le groupe Etat islamique (EI) a diffusé dimanche 15 février une vidéo montrant la décapitation d'hommes qu'il présente comme 21 Egyptiens de confession...
L’Europe de plus en plus islamophobe
"En nombre, ils sont loin derrière l'original allemand, mais la proximité de l'Allemagne semble être un facteur favorable à leur développement", constate le Journal...
Alger : les poulets se rebiffent
Au pays de Bouteflika, même les flics n’en peuvent plus. Des centaines de policiers ont manifesté dans la capitale, Alger, mais aussi à Ghardaïa, dans le sud du pays,...