Dernière minute ...
Environ 440.000 candidats, dont 48% de filles, passent le Bac au titre de la session de juin 2018, une hausse de 9,68% par rapport à 2017 L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le Maigret du Canard
Page de duplicité sous la coupole
La présence d’une brochette de membres de la Knesset à la deuxième Chambre venus au Maroc pour participer à une conférence organisée par l’Assemblée parlementaire de la Méditerranée (APM) a fourni aux vociférateurs pro-palestiniens l’occasion de donner de la voix. Mais la réalité est tout autre. 
 
Amir Peretz a passé un mauvais quart d’heure à la Chambre des conseillers. Originaire du Maroc où il se rend régulièrement, l’exministre israélien de la Défense, qui a débarqué à Rabat avec une délégation de la Knesset pour participer le 8 octobre au siège de la deuxième Chambre à une conférence organisée par l’Assemblée parlementaire de la Méditerranée (APM), a eu droit à un comité d’accueil d’un autre genre: des voix stridentes crachant en rafale, telle une kalachnikov, «Criminel de guerre ! Vous étiez le ministre israélien de la Défense et vous êtes indé- sirable ici » lancés par certains conseillers issus du PJD, UMT et CDT qui ont appelé bruyamment au boycott de la réunion de l’APM pour cause de la présence de Amir et ses amis. Conscients que cette scène de dénonciation politiquement rentable dans un pays où le sentiment anti-israélien reste très fort était en train d’être filmée par certains portables amis et qu’elle ne tardera pas à faire le tour des réseaux sociaux, ces indignés de circonstance ont redoublé de vocifération en défiant l’indésirable et de ses compagnons. Comme si les motifs de s’indigner pour de bon manquaient terriblement dans « le plus beau pays du monde». Dès que la nouvelle de la présence du travailliste Peretz sous l’hémicycle a été révélée (elle est censée rester secrète!), de nombreux conseillers se sont empressés de la condamner avec force communiqué et pour faire bonne figure en se faisant passer pour des pro palestiniens et des opposants farouches à la normalisation avec l’Etat hébreux, ils ont fait porter courageusement le chapeau de l’invitation du méchant Perez au président de la Chambre des conseillers Hakim Benchemmas.

Degré zéro

Or, la réalité est moins manichéenne qu’on voulait le faire croire. Elle est pleine d’hypocrisie ! D’abord, au sein de l’APM présidée par le Portugais Pedro Roque siègent sans problème près de 200 parlementaires issus des pays de la Méditerranée dont le Maroc qui y est fortement représenté avec pas moins de 6 membres tels que Hakim Benchemmas et Abdellatif Abdouh… On trouve également dans le bureau de ce machin qui œuvre « à la création d’un meilleur environnement politique, social, économique et culturel ainsi qu’à l’amélioration des conditions de vie des citoyens qu’ils repré- sentent » le conseiller marocain Lhou Marbouh qui occupe le poste de président de la 2ème commission permanente après avoir été président de l’APM entre 2015 et 2016. Aux postes de vice-présidents, l’Algérien Tahar Kelil cohabite parfaitement avec notre Amir Peretz qui s’assoit à côté du Palestinien Bilal Kassem! Côté présidents honoraires, figure en bonne place le doyen des députés marocains Abdelwahed Radi. Ici, l’Etat hébreu et ses représentants n’ont que des copains arabes, respectueux et tolérants qui font en douce dans la normalisation de la non-normalisation officielle. Moralité : S’agissant de cette tribune pour salamalecs qu’est l’APM et bien d’autres, l’intolérance des élus marocains et arabes envers Israël avoisine le degré zéro. Mais quand il est question de faire de la petite récupération politique sous les caméras locales, les ennemis supposés de Peretz et de ses congénères tueurs de palestiniens sans défense n’hésitent pas à monter au créneau pour s’offrir une belle page de publicité pardon de duplicité…

à lire aussi :
Le crash d’une imposture
 Une vérité éclatante a émergé des décombres de l’appareil de l’armée algérienne qui s’est écrasé mercredi...
Al Othmani déclenche la guerre de la rhétorique
Accents patriotiques. Ton martial. Propos fermes.  Une belle unanimité nationale autour du Premier ministre. Laâyoune, capitale du Maroc d’un jour, lundi 9 avril, pour sonner...
Qui paiera pour le scandale de la sonarges ?
Chargée de la gestion des nouveaux stades, la Sonarges est aujourd’hui au bord de la faillite, victime de concussion et de mauvaise gestion. Récit d’une histoire de copains...
Il est temps que ça Chan-ge
Dans un contexte socio-économique très peu reluisant, seuls les sacres footballistiques apportent de la joie au peuple marocain. La victoire du Maroc dimanche 4 février contre le...