Dernière minute ...
Marathon des sables 2018: Rachid El Morabity remporte son 6ème titre Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Samedi 14 avril,  00h55 GMT : de fotes explosions entendues à Damas, Trump a ordonné des frappes contre la Syrie avec la participation de la France et la Grande Bretagne Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc CAF 2018: Le WAC remporte sa première super coupe Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Vote à l’AG de l’ONU sur Jérusalem :  Sur 193 pays membres, 128 ont dit non à la décision de Trump, 9 oui et 35 se sont abstenus  Le ministre ivoirien de l'Industrie et des Mines Jean Claude Brou est le nouveau président de la Commission de la CEDEAO Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L'Autriche est le seul pays de l'UE où l'extrême droite participe au gouvernement Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  Moody’s : " les perspectives pour le système bancaire marocain sont positives" Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Confus de Canard
Réformer avec l’enseignant…
 La dégringolade continue de plus belle. Le Maroc vient de perdre d’un seul coup 20 points dans le classement 2017 du forum économique mondial en matière de capital humain. Le recul par son ampleur est ahurissant : Sur 130 pays, le Royaume pointe à la 118ème place alors qu’il était classé 98ème un an auparavant. Mais qu’est ce qui s’est passé pour que le Maroc en arrive à ce ranking très peu flatteur ? Il est incontestable que le Maroc est en train de récolter les conséquences de la destruction de son école publique par une arabisation mal pensée, aggravée par une gouvernance faible et peu efficace matérialisée par une baisse généralisée du niveau à différentes sphères de la décision. Il n’y qu’à voir le profil des élus, ceux qui sont chargés de faire vivre comme il se doit la démocratie locale, que les partis infligent aux citoyens pour mesurer l’étendue des dégâts. Le ratage monumental de l’école revient depuis plusieurs années à la face de la nation tel un boomerang empoisonné via les classements internationaux à la fois du capital humain et du système éducatif. Miroir de multiples dysfonctionnements dans les politiques publiques et de l’inefficacité des stratégies mises en œuvre, ces baromètres représentent en quelque sorte le reflet de l’inanité des soi-disant réformes en série annoncées qui ne sont en fait qu’autant d’expérimentations hasardeuses. Ce n’est certainement pas avec la réintroduction de l’hymne national à l’école, l’équipement des classes de nouveaux pupitres flambant neuf et le ravalement de leurs murs que le gouvernement actuel pourra renverser la vapeur et permettre d’arrêter au moins cette descente aux enfers continue et inexorable qui plombe non seulement le décollage du pays mais lui fait faire plusieurs sauts en arrière. Mohamed Hassad qui en est parfaitement conscient a indiqué lors de sa première conférence de presse de la rentrée qu’il n’est pas idiot pour croire que le renouveau éducatif tant attendu viendrait de la rénovation du mobilier scolaire. Ce qui est rassurant. M. Hassad maîtrise donc son sujet. Tout en supposant que la volonté politique y est, la réforme Hassad sera vouée à l’échec si elle ne place pas l’enseignant au cœur du dispositif pour une véritable implication effective du personnel éducatif dans le processus de rénovation de l’enseignement et la rupture avec les décisions administratives prises depuis Rabat et envoyées sous forme de circulaires aux différentes académies, sans que personne ne vérifie si leur contenu a été bien assimilé et appliqué sur le terrain, à savoir en classe. Or, la réforme ne peut se faire qu’avec les enseignants. Pas contre eux. Or, les premières mesures du ministre, consistant à dénoncer les profs absentéistes à l’opinion public, ne sont pas de nature à gagner et à renforcer la confiance des profs, tant il est vrai que la réhabilitation de l’école passe par la réhabilitation du corps enseignant. En attendant l’école de demain, la crise éducationnelle, conjuguée à la démission des parents, rejaillit fatalement sur l’environnement social qui miné par plusieurs tares et contradictions perd de plus en plus en qualité et donne le sentiment que le Maroc de naguère était meilleur que celui d’aujourd’hui. Un constat cruel surtout que des efforts non négligeables ont été déployés au cours de ces deux dernières décennies dans les domaines aussi bien des infrastructures, de l’investissement que du financement du développement humain via l’INDH. Sommes-nous condamnés à être les spectateurs admiratifs du développement des autres ?

NB : Dans ce contexte scolaire à reconstruire, tout n’est pas complètement noir. Il existe des îlots de réussite qui peuvent inspirer les responsables, à l’image de l’université Cadi Ayyad (UCA) que le prestigieux classement Shanghai Ranking des 500 meilleures universités dans le monde, a placé au Top 300 dans le domaine des mathématiques sur 1200 universités mondiales. Au Maroc, au Maghreb et en Afrique francophone, l'université de Marrakech dirigée par Abdellatif Miraoui arrive en tête. En physique, elle pointe à la deuxième place au Maroc derrière l'université Mohammed V et troisième en Afrique et deuxième dans le monde arabe dans la même discipline.

Abdellah CHANKOU

à lire aussi :
Le Maroc des beaux constats
Cela fait quelques années que les gouvernants marocains ont découvert un nouveau sport très confortable à tout point de vue: dresser d’excellents constats des maux...
Menace sur la paix sociale
Pour qui observe l’évolution des prix au Maroc se rend compte tout de suite qu’ils se situent au-dessus d’un niveau économiquement rationnel. Or, cette vie de plus en...
Un procès équitable
De prime abord, l’on peut considérer, au vu des verdicts prononcés mercredi dernier par la chambre criminelle de Salé, que la justice a eu la main lourde dans le...
L’abattage dans tous ses états…
L’enquête récemment divulguée par la Cour des comptes sur l’état des abattoirs ne fait que confirmer, chiffres clairs et faits tangibles à l’appui,...