Dernière minute ...
Le Conseil des ministres approuve le projet de loi sur le service militaire Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social Le Roi Mohammed VI a décidé mercerdi 1er août 2018 de mettre fin aux fonctions de Mohamed Boussaid, en tant que ministre de l'Economie et des finances La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre Environ 440.000 candidats, dont 48% de filles, passent le Bac au titre de la session de juin 2018, une hausse de 9,68% par rapport à 2017 L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Confus de Canard
L’abattage dans tous ses états…
L’enquête récemment divulguée par la Cour des comptes sur l’état des abattoirs ne fait que confirmer, chiffres clairs et faits tangibles à l’appui, une réalité peu reluisante dénoncée à plusieurs reprises par les organisations professionnelles du secteur. Que ce soit l’Anpvr, la Fiviar, l’Onssa, tous ont longtemps alerté sur les archaïsmes qui continuent à empêcher la modernisation et le développement de la filière des viandes rouges qui représente un pan important de l’économie agricole. Ces archaïsmes ont pour noms les abattoirs communaux et autres tueries rurales gérées par les collectivités locales dans des conditions scandaleuses. Sans que le ministère de l’Intérieur, concerné au premier plan par ce problème crucial, n’agisse pour changer la loi, de telle sorte d’ouvrir le secteur de l’abattage à la gestion déléguée. Certes, quelques expériences d’abattoirs privés ont pu émerger dans quelques villes mais le monopole municipal est tel qu’il freine clairement l’investissement privé et fait perdre au pays plusieurs opportunités à l’export. Sans oublier les problèmes de santé publique que représente des bêtes tuées en dehors des règles d’hygiène et de traçabilité requises. Or, le paradoxe des paradoxes dans cette histoire, c’est que le ministère de l’Agriculture, sous la houlette de Aziz Akhannouch, a débloqué plusieurs milliards de DH, via un contrat programme ambitieux signé avec les professionnels du secteur, pour tirer vers le haut cette filière à fort potentiel de croissance. Résultat : les objectifs en termes d’élevage, de production et même de consommation ont été atteints avant terme. Mais seul le ministère de l’Intérieur continue à jouer les empêcheurs de ré- former en rond en maintenant sous sa tutelle des abattoirs archaïques (181 abattoirs communaux et 711 tueries rurales ) où les normes de propreté et d’hygiène ainsi que les règles de bonne gestion relèvent de l’utopie. Y a-t-il meilleure aberration que de persister à confier un maillon important de la chaîne de production qu’est l’abattage à des fonctionnaires municipaux alors qu’il doit dépendre logiquement du ministère de l’Agriculture ? Comment est-il concevable de s’accommoder d’un état des lieux qui annihile les efforts colossaux entrepris par ailleurs pour introduire une bonne dose de propreté et de transparence dans le circuit de l’abattage ? Or, le rôle de la commune dans ce dossier devrait normalement se limiter au contrôle sanitaire avec la collaboration de l’organisme compétent qu’est l’ONSSA. Le reste est affaire de professionnels. Point à la ligne. Sauf à vouloir continuer à sacrifier tout un secteur sur l’autel de considérations très peu objectives. du temps où il était ministre de l’Intérieur, Mohand Leanser s’était engagé lors d’un raout à Rabat devant son homologue Aziz Akhannouch pour dépoussiérer la loi relative à la gestion communale des abattoirs dans le sens d’un désengagement au profit des professionnels du privé sur la base d’un cahier des charges pré- cis et rigoureux. Mais rien n’a été entrepris ni par Mohand Leanser ni par son successeur Mohamed hassad qui a cédé sa place dans le gouvernement Al Othmani à Abdelouafi Laftit. Celui-ci sera-til le ministre qui prendra enfin le taureau par les cornes ou bien faut-il attendre jusqu’à la SaintGlinglin ? Cette situation pour le moins curieuse qui fait tache d’huile illustre parfaitement le vrai problème du Maroc qu’est ce va et vient permanent entre modernisation et archaïsme. Cette conduite hésitante sur les choix à opérer pour des considérations sociales souvent dépassées fait faire au pays un pas en avant, deux ou trois en arrière et plombe de ce fait l’avenir de plusieurs secteurs d’activité tout en empêchant le pays de rentrer de plain-pied pied dans la modernité et la cohérence.
 
 
Abdellah CHANKOU

à lire aussi :
Greffe cultuelle
Après les phosphates très prisés à l’international, le Maroc est en train d’exporter un autre produit que beaucoup lui envient, un produit immatériel...
État fébrile
Les condamnations à de lourdes peines des accusés de la jacquerie rifaine ont du mal à passer dans l’opinion. Consternée et indignée, celle-ci a ignoré...
La Smit plombée par Douiri
Le monde est tombé à bras raccourcis sur la société marocaine d’ingénierie touristique (SMIT) épinglée par la Cour des comptes dans son dernier...
Les mauvais comptes des partis
Les partis politiques prennent-ils beaucoup de liberté avec les deniers publics dont ils bénéficient au titre de la subvention, peuvent-ils décemment bien gérer les...