Dernière minute ...
68% des Marocains contre GMT+1  Taoufik Bouachrine condamné à 12 ans d'emprisonnement Le Roi participe à Paris aux cérémonies du centenaire de l'armistice  Pas d'augmentation des tarifs de la vignette auto en 2019 au Maroc (Gouvernement) Le PIB agricole a augmenté en moyenne de 5,25% depuis le lancement, il y a 10 ans, du Plan Maroc Vert pour s'établir à 125 milliards de DH en 2018 Trump a suggéré « un mur le long du Sahara » pour freiner l'émigration !! A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Le Conseil des ministres approuve le projet de loi sur le service militaire Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Confus de Canard
Démocratie "interpellative"
Une enquête sur les raisons du retard du programme Al Hoceïma, Manarat Al Moutawassit». Cette décision royale, prise à l’issue du dernier conseil des ministres en date, suivie d'un relâchement de l'étau sécuritaire sur la ré- gion est-elle de nature à calmer le mouvement de contestation du Rif ? Preuve que le pari de la pacification était dificile à gagner, même le jour de l’Aïd Al Fitr, censé être un moment de partage et de réconciliation, n’a pas échappé à l’agitation qui a tourné à la confrontation entre les manifestants et les forces de l’ordre. Tout se passe comme si des bouches mystérieuses et malintentionnées soufflent sur les braises pour empê- cher un retour à la normale. Résultat : La fronde allait crescendo malgré les appels à l’apaisement, les actions de médiation et les gages de bonne volonté donnés par le pouvoir dont le dernier en date est l’arrivée à El hoceïma sur instruction royale d’une délé- gation ministérielle. El hoceïma avait déjà fait des victimes dans la fameuse affaire de Madinat Badis qui avait provoqué dans des circonstances discutables la décapitation du top management de la CdG. Cette affaire n’a pas suffi à pacifier les esprits dans cette ville historiquement frondeuse. Voilà que de nouvelles têtes risquent de tomber suite à la mission d’enquête confiée à l’inspection du ministère de l’Intérieur qui a commencé ses auditions des responsables sur le retard accusé par le « programme Al Hoceï- ma phare de la Méditerranée ». Pourvu que des fusibles et la mise en place de commissions suffisent pour éteindre la flamme de la colère des partisans de Zafzafi…Rien n’est moins sûr. Tant il est vrai qu’il en faut plus pour rétablir la confiance entre les habitants d’El hoceïma et les institutions. Le Maroc n’en finit pas de s’empêtrer dans la mélasse rifaine qui est en train de lui faire perdre les bons points engrangés ces dernières années, au prix de multiples efforts, en matière des droits humains. Les images et les vidéos montrant les interventions musclées des forces de l’ordre contre des manifestants déterminés à défier les autorités font en effet passer le Maroc aux yeux des organisations droits de l’hommistes pour un Etat qui réprime les manifestations pacifiques en employant la méthode forte contre des citoyens sans défense. Difficile de leur expliquer surtout avec leurs préjugés défavorables envers le régime qu’une poignée de provocateurs qui a ouvert les hostilités en s’en prenant aux hommes en uniforme est à l’origine de ces confrontations violentes. Tout ça n’est pas flatteur pour un Royaume qui a toujours été très sensible au regard des instances internationales et à l’image que les autres se font de lui au-delà de ses frontières nationales. En fait, le Maroc aurait pu largement faire l’économie de tout ce ramdam bien parti pour lui porter du tort à tous les niveaux y compris en interne. La fracture El Hoceïma, amplifiée par des chaînes internationales, n’est pas de nature à rassurer les investisseurs qui voyaient jusque là dans le Maroc un havre de paix et de stabilité qui n’a pas son pareil dans le monde arabe. Cette image d’Epinal commence à prendre un sérieux coup et l’urgence d’une réponse politique, pouvant prendre les traits d’un remaniement ministériel, commence à se faire sentir. L’exécutif actuel avec Al Othmani à sa tête semble en effet de plus en plus déphasé par rapport à une situation de tension qu’il n’a pas su dénouer avec tact et doigté
 
 
Abdellah CHANKOU

à lire aussi :
Dissoudre les communes
Relégué au second plan par l’agitation rifaine, le scandale de la commune de Had Soualem qui a révélé à une opinion très choquée...
La Voie royale
Excellente initiative royale qui mérite d’être saluée car visant à organiser la mise à niveau de la formation professionnelle et la modernisation des outils...
Paroles en l’air
La parole publique au Maroc ne vaut pas grand-chose. Surtout celle du Premier ministre actuel qui passe son temps à faire des parjures que la religion ré- prouve. Abdelilah Benkirane...
Pour une évolution du roi et du peuple
Maintenant que Zafzafi et consorts ont été envoyés à l’ombre après un hirak (mouvement) que les pouvoirs publics ont curieusement renforcé par leur...