Dernière minute ...
68% des Marocains contre GMT+1  Taoufik Bouachrine condamné à 12 ans d'emprisonnement Le Roi participe à Paris aux cérémonies du centenaire de l'armistice  Pas d'augmentation des tarifs de la vignette auto en 2019 au Maroc (Gouvernement) Le PIB agricole a augmenté en moyenne de 5,25% depuis le lancement, il y a 10 ans, du Plan Maroc Vert pour s'établir à 125 milliards de DH en 2018 Trump a suggéré « un mur le long du Sahara » pour freiner l'émigration !! A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Le Conseil des ministres approuve le projet de loi sur le service militaire Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Confus de Canard
Dissoudre les communes

Relégué au second plan par l’agitation rifaine, le scandale de la commune de Had Soualem qui a révélé à une opinion très choquée l’ampleur de l’incurie de son président-cache-cash montre encore une fois le vrai visage de la classe politique. Une classe politique déconsidérée qui a réussi, là où elle était censée écrémer un personnel de qualité, à faire de la démocratie locale un beau naufrage qui a emporté dans ses eaux troubles l’espoir d’une action communale propre, crédible et sérieuse. Comment ? En accordant l’investiture à des candidats qui ne cherchent qu’à se servir au lieu de servir. Zine Abidine Houass, l’élu véreux que les réseaux sociaux ont tourné en dérision dans l’affaire de ses 17 milliards retrouvés planqués chez lui, n’est pas un cas isolé. Des profils comme lui, à la moralité douteuse et sans aucun niveau intellectuel, qui ne justifient d’aucune compétence particulière, sinon celle d’achat des voix, peuplent les communes, prenant en otage les intérêts de la collectivité aux dépens desquels ils s’enrichissent indûment au vu et au su de tous. La responsabilité première en revient aux partis qui ont pris l’habitude à infliger aux citoyens dans l’impunité totale des élus qui agissent souvent comme des brigands. Les pouvoirs publics ne sont pas moins responsables en ce sens qu’ils ont continué à cautionner en organisant dans les mêmes conditions scandaleuses des élections communales qui ne servent qu’à perpétuer un système local complètement pourri. En manquant de fermeté et d’exigence envers les partis politiques, le ministère de l’Intérieur a contribué à maintenir ce statu quo ravageur dont les contrecoups en termes de développement sont très couteux. Dans ce monde interlope, où rien ne fonctionne normalement, tout est monnayable, rien n’est gratuit. Il faut passer à la caisse pour obtenir une autorisation de construire, un permis d’habiter ou celui d’ouvrir un commerce. Autrement, c’est le bouton des manœuvres dilatoires qui se déclenche aussitôt. Bonjour la galère. Qu’attendre de candidats qui au vu et au su des autorités, se battent pour la plupart à coup de plusieurs millions de dirhams lors de lacampagne électorale ? Dans un tel contexte, la corruption électorale sous toutes ses formes s’apparente à un investissement qui permet l’achat d’un siège. Quelques candidats véreux sont interpellés sur la base d’écoutes téléphoniques pour donner l’illusion que les abus sont sanctionnés. Mais il en faut évidemment beaucoup plus que ce ravalement de façade occasionnel pour nettoyer ces écuries d’Augias et remettre les communes sur la bonne voie. Vidée depuis longtemps de sa substance, la démocratie locale au Maroc rime avec les pratiques les moins avouables : corruption, concussion, magouilles, clientélisme et trafic d’influence. Banalisées à force de complicité des partis et de passivité des autorités, ces méthodes que tout réprouve ont fini par tuer la crédibilité de l’action communale, rendant illusoire le service honnête à la communauté. Sauf à continuer à se mentir à soi-même ou à s’accommoder de cette situation désastreuse, l’action communale a montré suffisamment de multiples dérives sur le terrain, prenant en otage les intérêts des citoyens et compromettant un développement cohérent des villes et des campagnes pour ne pas marquer une pause, ne serait-ce que pour limiter les dégâts. Pour ne pas avoir fait ce travail d’évaluation salutaire qui aurait permis de repartir sur de nouvelles bases, les Marocains ont dans leur majorité sanctionné cette mascarade locale en votant massivement pour le PJD qui a fait tomber dans son escarcelle la majorité des villes du pays. La démocratie locale ayant tourné de l’avis de tous autant au massacre qu’à la mascarade, la solution serait que l’Etat reprenne ses prérogatives locales là où il les a données en 1976 aux partis. Une reprise provisoire destinée à permettre à ces derniers de faire leur aggiornamento qui déboucherait sur le recrutement d’un vrai personnel politique, jeune, instruit et dynamique. Faute de quoi, il serait illusoire de prétendre construire sur cette faillite communale retentissante une régionalisation saine et solide. Mais tout dépend en fait de la direction que les responsables, ceux qui ont le pouvoir de changer les choses, veulent donner au pays.

A.C

Abdellah CHANKOU

à lire aussi :
La Voie royale
Excellente initiative royale qui mérite d’être saluée car visant à organiser la mise à niveau de la formation professionnelle et la modernisation des outils...
Paroles en l’air
La parole publique au Maroc ne vaut pas grand-chose. Surtout celle du Premier ministre actuel qui passe son temps à faire des parjures que la religion ré- prouve. Abdelilah Benkirane...
Pour une évolution du roi et du peuple
Maintenant que Zafzafi et consorts ont été envoyés à l’ombre après un hirak (mouvement) que les pouvoirs publics ont curieusement renforcé par leur...
Le Maroc des beaux constats
Cela fait quelques années que les gouvernants marocains ont découvert un nouveau sport très confortable à tout point de vue: dresser d’excellents constats des maux...