Dernière minute ...
Le parquet de Tokyo a décidé vendredi 11 Janvier 2019 de retenir deux nouvelles inculpations contre Carlos Ghosn Les ménages marocains pessimistes pour l'année 2019 (HCP) 13,75 tonnes de résine de cannabis saisis samedi 05 Janvier 2019 au Port Tanger Med  Des données personnelles de centaines de responsables allemands, dont Merkel, divulguées sur internet Meurtres d'Imlil : le BCIJ arrête 17 complices (Le ministre de l'Intérieur le 24/12/2018) La crise des Gilets jaunes aura coûté 0,2 point de PIB à la croissance en France  à fin 2018 (Insee) Guides touristiques non formés : la phase transitoire passera à 6 ans Agriculture: 18 milliards de DH pour booster les produits du terroir 68% des Marocains contre GMT+1  Taoufik Bouachrine condamné à 12 ans d'emprisonnement Le Roi participe à Paris aux cérémonies du centenaire de l'armistice  Pas d'augmentation des tarifs de la vignette auto en 2019 au Maroc (Gouvernement) Le PIB agricole a augmenté en moyenne de 5,25% depuis le lancement, il y a 10 ans, du Plan Maroc Vert pour s'établir à 125 milliards de DH en 2018 A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Ouac-Ouac
Trafic de sable à Kabila
Les touristes ne sont pas les seuls à aimer fréquenter les plages. Les fournisseurs en matériaux de construction sont de plus en plus tentés, mais en cachette, d'aller faire un tour le long des côtes. Tous sont aujourd'hui en quête de sable et de graviers qui partent ensuite nourrir les bétonnières des chantiers de construction. Si certains de ces vendeurs de sable ont pignon sur rue, la plupart opèrent en contrebande. Pour le plus grand dommage des sites qui sont devenus leurs proies et sur lesquels ils interviennent en véritables prédateurs. C’est le cas en ce moment de la plage de Kabila dans le nord du Maroc. Profitant de l’absence des estivants en raison du mois de Ramadan, plusieurs camions s’activent la nuit et parfois même au lever du jour pour délester cette plage de la Méditerranée du peu de sable qui lui reste. On pointe du doigt un exploitant connu d’une grande infrastructure touristique locale, fort d’une impunité de longue date qui fournirait les promoteurs de la région en sable de bonne qualité. Ce digne rejeton d’un ancien haut responsable marocain qui faisait la pluie et le beau temps du temps du règne de feu Hassan II, s’était calmé un peu à l’avènement du nouveau règne avant de revenir écumer la zone de Kabila par son comportement arrogant. devant le phénomène du pillage du sable marin et de dégradation du paysage, les lois censées encadrer cette activité et protéger la nature semblent inopérantes faute de contrôle et de sanction exemplaire des coupables. du coup, cet appétit aiguë pour cette ressource précieuse porte une grave atteinte à l’environnement qui risque, à forcer de laxisme, de se transformer en désastre écologique.
 
 

à lire aussi :
La cantine d’Anfa, populaire, mais pourquoi déjà ?
Voilà un moment que la Cantine d’Anfa nous fait de l’œil. Et pour cause, très bien situé, le restaurant fait salle comble entre midi et deux. Au vu de ce monde,...
Quand Alger martyrise les Syriens...
La situation humanitaire de quelque 41 ré- fugiés syriens, jetés par les autorités algé- riennes le 17 avril dernier dans un désert entre le Maroc et...
Le mea culpa de Zuckerberg à Bruxelles
Le patron de Facebook, Mark Zuckerberg, a fait amende honorable et présenté ses excuses mardi 22 mai devant le Parlement européen, comme il l'avait fait il y a quelques semaines...
Trafic de sable à Kabila
Les touristes ne sont pas les seuls à aimer fréquenter les plages. Les fournisseurs en matériaux de construction sont de plus en plus tentés, mais en cachette, d'aller...