Dernière minute ...
Environ 440.000 candidats, dont 48% de filles, passent le Bac au titre de la session de juin 2018, une hausse de 9,68% par rapport à 2017 L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Confus de Canard
La pensée suspecte
La philosophie est-elle "dégénérescence"? Le ministère de l'Education nationale a tâché d'éteindre la grande controverse née de la publication de nouveaux manuels scolaires d'éducation islamique. Seulement voilà. L'un de ces livres, Al Manar at tarbia al islamiya, ne passera pas comme une lettre à la poste, provoquant la colère et l’indignation de plusieurs professeurs de philosophie. La cause ? Un texte d'un clerc musulman du 13e siècle, Ibn Salah Ach Chahrazouri, qui y présente la philosophie comme « contraire à l’islam » et comme « l'essence de la dégénérescence ». Du coup, l'Association marocaine des enseignants de philosophie (Amep) est montée au créneau pour dénoncer le caractère «dangereux» du manuel et appelle même à son retrait. Niet du ministère de tutelle qui déplore pour sa part un «procès d'intention », en parlant d’un extrait « sorti de son contexte ». L'objectif est d' «amener les élèves à faire des comparaisons entre les contenus de cette position décrite comme violente et des positions différentes qui considèrent que la raison et la pensée sont des outils pour aboutir à la vérité », explique le ministère. Or, un livre qui plus est scolaire, destiné à de jeunes apprenants, est censé être précis et clair loin de toute confusion de ce genre, de nature à jeter le trouble dans les esprits. Cette polémique n’avait surtout pas lieu d’être surtout après la réforme de l’éducation islamique décidée début 2016 par le Roi qui a débouché sur la révision de plusieurs manuels expurgés de toute incitation à la violence, au racisme ou à l’intolérance. Objectif : promouvoir un islam tolérant conformément aux principes du rite malékite adopté par le Maroc. Mais il semble que l’enseignement religieux diffusé dans le pays aussi bien via les mosquées que les écoles, a du mal à se soustraire complètement de l’emprise de la pensée wahhabite. Et ce malgré la stratégie de reprise en main du fait religieux par le souverain, notamment les mosquées et la formation des imams suite aux attentats de Casablanca en mai 2003 et la montée de l’extrémisme dans les rangs d’une bonne partie de la jeunesse marocaine. Or, le mal, qui mine le système éducatif national dans sa globalité, ne s’extirpe pas du jour au lendemain, tant l’école publique marocaine, toujours en attente d’une véritable réforme sans cesse différée, est depuis longtemps en déphasage par rapport aux vrais enjeux de l’époque. Faut-il rappeler que la crise cette école, qui ne suscite plus que désaffection et critiques, remonte aux années 80 lorsque le contenu de l’enseignement fut islamisé avant d’être arabisé ? Une hérésie que l’on doit à un certain Azzedine Laraki qui, alors ministre de l’Education nationale de l’Istiqlal, a supprimé des programmes les cours de philosophie puis de sociologie? A l’époque, sous le règne de feu hassan II, les idéologies de gauche, jugées menaçantes pour le régime, n’étaient pas bien vues. Et pour contrer ces dernières, rien de tel que d’encourager les mouvements islamistes- devenus aujourd’hui à leur tour mal vus - car la réflexion, l’esprit critique et la liberté d’expression étaient suspects et faisaient peur car porteurs de subversion… Cette arabisation des esprits doublée d’une islamisation des programmes, dépourvue de la moindre vision pédagogique, ne pouvait que porter en elle les germes de la baisse du niveau scolaire des jeunes marocains auquel tout le monde assiste actuellement. Une formation d’aliénation,- où la langue arabe n’est nullement en cause- qui implique une série de déficiences notamment d’ordre intellectuel qui vont évidemment au-delà des notes du bulletin scolaire. Le directeur des programmes au ministère de l’Education a beau philosopher en se vantant que le Maroc est un des rares pays à avoir réintégré la philosophie « comme discipline obligatoire pour tous les élèves, pendant les trois années du cycle secondaire », le système éducatif national continue à reproduire les travers qu’il a hérités des erreurs du passé. n
 
 
Abdellah CHANKOU

à lire aussi :
Le diktat des intermédiaires
Ce qui contribue à la vie chère au Maroc en érodant davantage le pouvoir d’achat du grand nombre de citoyens c’est la multiplicité des intermédiaires....
Les 12 régions de Hassad
Ce serait faire preuve de grâce que de ne pas saluer le projet sur la régionalisation élaboré par le ministère de l’Intérieur et soumis aux chefs des...
Lifting politique
 Le cabinet Benkirane 2 a permis aux Marocains de découvrir combien était grande la volonté de changement qui a présidé à sa formation. Plus...
Gestion déléguée
Outre les affaires de terrorisme liées aux attentats de Paris, Tunis et Bamako, l’actualité nationale fut dominée ces derniers temps par le dossier Amendis et les...