Dernière minute ...
La 14ème édition du Salon International de l’Agriculture au Maroc (SIAM) se tiendra du 16 au 21 avril à Meknès  Le tribunal de Tokyo a annoncé mardi 22 janvier 2019 le rejet d'une nouvelle demande de libération sous caution de Carlos Ghosn Jean-Dominique Senard, le patron de Michelin,  nommé jeudi 24 janvier 2019 nouveau Président de Renault juste après la démission de Carlos Ghosn Le parquet de Tokyo a décidé vendredi 11 Janvier 2019 de retenir deux nouvelles inculpations contre Carlos Ghosn Les ménages marocains pessimistes pour l'année 2019 (HCP) 13,75 tonnes de résine de cannabis saisis samedi 05 Janvier 2019 au Port Tanger Med  Des données personnelles de centaines de responsables allemands, dont Merkel, divulguées sur internet Meurtres d'Imlil : le BCIJ arrête 17 complices (Le ministre de l'Intérieur le 24/12/2018) La crise des Gilets jaunes aura coûté 0,2 point de PIB à la croissance en France  à fin 2018 (Insee) Guides touristiques non formés : la phase transitoire passera à 6 ans Agriculture: 18 milliards de DH pour booster les produits du terroir 68% des Marocains contre GMT+1  Taoufik Bouachrine condamné à 12 ans d'emprisonnement Le Roi participe à Paris aux cérémonies du centenaire de l'armistice  Pas d'augmentation des tarifs de la vignette auto en 2019 au Maroc (Gouvernement) Le PIB agricole a augmenté en moyenne de 5,25% depuis le lancement, il y a 10 ans, du Plan Maroc Vert pour s'établir à 125 milliards de DH en 2018 A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Canard +
Borloo doit-il insulter le Maroc ?
Jean Louis Borloo a-t-il définitivement retourné sa veste du bon côté ? L’ex ministre français, accro à la Mamounia qui a fait une apparition furtive à la Cop 22 à Marrakech a désormais les yeux de Chimène pour l’Algé- rie où il passe plus de temps que chez lui en France. Flanqué de l’ex-ministre dans le gouvernement Ayrault Yamina Benguigui, recyclée comme vice-présidente de la fondation dont il est le fondateur baptisée « Energies pour l'Afrique », Jean-Louis Borloo est désormais à la merci des réseaux algériens, trop contents de mettre la main sur un gros gibier, qu’ils jugent très précieux dans la guéguerre écologique, bien que pas très propre, qu’ils mènent au Maroc. Pas une semaine donc sans que Jean-Louis Borloo et sa colistière ne rencontrent une fois une délégation de patrons, une autre fois une brochette de ministres ou encore et même le frérot de Boutef qui joue les présidents valides. Quelques semaines après avoir faussé compagnie à Ségolène Royal au lendemain du démarrage de la Cop 22, Borloo s’était rendu à Alger pour assister (plus exactement le 8 novembre 2016) au Forum des chefs d’entreprise (FCE) qui présentait une étude réalisée par des experts indépendants sur le thème « Quelle transition énergétique pour l’Algérie ? ». Là où il y a du business, Borloo est prêt à déployer des trésors d’énergie pour séduire ses clients potentiels. C’est ainsi qu’au cours de cette rencontre a été dévoilé, entre palabres vertes et envolées électriques, un projet porté par un consortium étranger. Ce dernier veut participer à l’appel d'offres qui sera lancé prochainement pour la réalisation d'installations de production d'électricité à partir des énergies renouvelables pour une capacité de 2000 MW. Dans cette perspective, un projet de décret a été déjà élaboré pour le développement, l’encouragement et l’intégration des énergies propres dans le système national de fourniture de l’énergie électrique. Un mois après sa participation à ce forum, le voilà qui débarque le 4 décembre dernier au Forum africain d’investissements et d’affaires, organisé par le même FCE. Mais qu’st ce qui fait courir le Borloo ? A la lumière de ces contorsions, Borloo semble redécouvrir l’Algérie qu’il est même allé jusqu’à caresser dans le sens du poil en vantant «le modèle» algérien. Visiblement, l’exministre flatteur espère décrocher des fonds pour son machin. à en croire les commentaires de la presse locale : Le journal «Dernières Infos d’Algérie» a écrit que «l’une des personnalités importantes conviées au Forum africain d’Alger, c’est incontestablement JeanLouis Borloo, l’ex-ministre français de l’économie et des finances. Jean-Louis Borloo qui dirige la fondation Energies pour l’Afrique, recherche des fonds ». La même gazette ajoute que c’est « pour cela il a envoyé à Alger l’ex-ministre de la francophonie Yamina Benguigui, en éclaireur pour tenter de décrocher le soutien d’Alger. Une opération délicate car Alger n’est plus aussi généreuse que quand le baril était à 100 dollars. On lui a fait entendre que le soutien d’Alger ne sera pas gratuit… ». Il dot dire des méchancetés sur le Maroc ?
 
 

à lire aussi :
Daoudi devient manifestant !
L’affaire du boycott fait partir en vrille le gouvernement Al Othmani. Il ne manquait plus que l’initiative pour le moins étonnante du ministre Lahcen Daoudi qui a pris part mardi...
Nizar, docteur ès réécriture
Est-ce parce qu’il s’est découvert une autre vocation, la réé- criture de l’histoire politique de l’Istiqlal, qu’on lui donne désormais du...
FIFM : Les Algériens ne jouent pas la comédie
C'est connu, tout ce qui se fait au Maroc donne de l’urticaire à certains milieux algériens. Après avoir tiré à boulets rouges sur la Cop22 et ensuite sur la...
Ils en ont marre d’El Omari
Ilyas El Omari, conscient qu’il est trop encombrant jusque dans le camp de ses proches les plus fidèles, s’est résigné enfin à démissionner. Une...